Au bagne par Albert Londres en 1923

Une loi de 1854 marque la création des bagnes hors du territoire métropolitain pour éliminer ceux de Brest, de Rochefort et de Toulon, implantés au centre des villes. La Guyane, qui après l’abolition de l’esclavage en 1848, manquait de main-d’œuvre devient ainsi terre de bagne à partir de 1867. Le bagne de Guyane, composé de plusieurs camps et pénitenciers, à sa fermeture en 1938 aura vu passer plus de 75 000 détenus, hommes et femmes avec des taux de mortalité parfois supérieurs à 20%… Auteur : Isabelle CHALIER
Une enquête sur le terrain :

Le Petit Parisien  publie le 8 août 1923 le premier volet du reportage d’Albert Londres intitulé « En voguant vers la Guyane » (icono 1), « une enquête passionnante, accomplie patiemment et consciencieusement dans le monde des « bagnards » ». Le journaliste s’engage à dire « avec une égale liberté, ce qu’il a vu, entendu et pensé ». Chaque jour ou presque pendant un mois, Londres raconte ainsi ses rencontres, ses séjours dans l’île Royale, une des îles du Salut (icono 2) jusqu’à Saint-Laurent-du-Maroni (iconos 3 et 4) « la capitale du crime » (Le Petit Parisien du 23 août 1923). Il fait découvrir au grand public les pratiques du système judiciaire, par exemple la loi du doublage (Le Petit Parisien du 11 août 1923) : chaque détenu au terme de sa peine, a l’obligation de résider dans la colonie pendant un temps égal à la durée de celle-ci. « Le jury, ignorant, condamne un homme à deux peines. Le but de la loi était noble : amendement et colonisation, le résultat est pitoyable. Et ici, voici la formule : le bagne commence à la libération. ». Le Petit Parisien du 7 septembre 1923 annonce que l’enquête est désormais terminée. Il rappelle qu’il ne s’agissait pas de créer un apitoiement pour des hommes « que, légitimement la société a éloignés d’elle parce qu’ils constituaient pour elle un danger. ». Et à cette occasion, le journal donne la parole à maître de Moro-Giafferi, avocat d’assises (il a plaidé pour Landru, icono 5) et membre du Parlement pour qu’il donne sa conclusion à l’issue de l’enquête menée par Albert Londres. L’avocat salue le reportage qui a permis d’« appeler l’attention publique sur les laideurs stériles de ce cloaque, où croupit une humanité sans espoir ». Et il affirme que « Le législateur, quelque jour, devra s’inspirer d’une pensée moins farouche et corriger l’excès inutile des rigueurs que le journaliste nous a dénoncées. »…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site retronews.


Vous aimerez aussi...