Eric Caravaca, comédien discret et pudique joue le rôle d’une « gueule cassée » dans La Chambre des officiers

Une opération sur un blessé de la face. © Archives / L’Union des Blessés de la Face et de la Tête

Rappel historique : « Dans le cadre du centenaire de 14-18, l’Union des blessés de la face organise un colloque sur les Gueules cassées, les 17 et 18 octobre 2014, à Paris. Les blessures de ces hommes, reflets de souffrances physiques et morales, ont fait avancer la médecine.

Cent ans après la Première Guerre mondiale, les portraits des Gueules cassées sont toujours aussi glaçants et difficilement soutenables. Ces hommes, grièvement blessés, ont laissé durant les combats, un œil, un nez ou même tout un pan de leur visage. Des plaies béantes, symboles de la violence extrême du conflit. « Ils avaient perdu leur photo d’identité. Pour certains, il n’y avait plus rien de ce qu’ils étaient auparavant », explique le docteur François-Xavier Long.

Depuis plusieurs décennies, ce médecin spécialiste de la chirurgie maxillo-faciale s’intéresse au sort de ces grands blessés de 14-18. Membre du Comité scientifique de la fondation des Gueules cassées, il participe les 17 et 18 octobre 2014 à un colloque organisé à ce sujet à l’École militaire de Paris. « Lors de la Première Guerre mondiale, on a assisté à l’émergence d’une blessure qu’on ne connaissait pas à grande échelle, la blessure faciale. Durant le conflit, 11 à 14 % des blessés étaient touchés au visage », explique ce chirurgien du centre hospitalier de Verdun. « Il y avait bien sûr des blessures de la face depuis l’Antiquité, mais pas d’une telle ampleur. Les fusils, les obus, les shrapnels ou encore les lance-flammes de ce premier conflit mondial ont provoqué des dégâts considérables… » Lire la suite sur france24

« Il fallait de l’audace pour imaginer un film à partir du roman de Marc Dugain, La Chambre des officiers, qui raconte une histoire très forte (et vraie) mais a priori infilmable. La vie d’un soldat de 1914 réduite à l’espace d’une salle d’hôpital où il arrive dès les premiers jours de la Grande Guerre. Il y restera cinq ans. Un enfermement qui n’est rien, pourtant, comparé à celui que cet homme doit endurer dans sa chair : défiguré lors d’un bombardement, il ne revient à la vie que pour se découvrir prisonnier d’un visage monstrueux qui n’est plus le sien, qui n’est plus humain. L’histoire du lieutenant Adrien, c’est le portrait d’un homme qui n’a plus de portrait. C’est un regard porté sur celui qui ne supporte plus les regards, et que la plupart des regards fuient. Comment braquer sur cet univers-là l’oeil d’une caméra ? La difficulté a stimulé François Dupeyron, qui ne se contente pas d’éviter les écueils : il s’empare vraiment de ce sujet délicat, douloureux, intimiste, et fait de La Chambre des officiers un film de chambre, comme on dit de la musique. Mais un film de guerre aussi. La scène d’ouverture est d’ailleurs une cérémonie militaire, remise de médailles figée dans les honneurs, et finalement dans l’effroi quand apparaît le visage d’Adrien, barré par un bandeau laissant entrevoir une bouche affreusement grimaçante. Etre une gueule cassée, c’est avoir une image terrible, comme cette cicatrice qui frappe d’abord plus l’esprit que le regard, et que François Dupeyron dévoilera peu à peu. A travers Adrien résonne le fracas de la guerre, même lorsque son visage n’est plus visible, même dans le silence ou les moments de douceur. Il y en a un, très beau. Retour en arrière : sur un quai de gare, au milieu de la foule et des soldats qui partent au front, Adrien rencontre Clémence. Elle accompagne un autre garçon, mais elle répond à ses sourires. Adrien reste avec elle et, pour fuir la meute des va-t-en-guerre, l’emmène dans sa chambre, où ils font l’amour. Clémence, qui veut oublier qu’elle est infidèle, recouvre le visage d’Adrien avec un foulard. Ce geste de pudeur fait surgir, dans ce moment de bonheur, le pressentiment du cauchemar, et ouvre une faille par laquelle s’engouffre la peur. Avec son héros mutilé, son décor d’hôpital-galerie des horreurs de la guerre, on pouvait se demander si La Chambre des officiers n’allait pas jouer à nous effrayer. Jamais. Car François Dupeyron n’est pas du côté des personnages qui se lamentent devant les ravages physiques spectaculaires, et qui apparaissent tous eux-mêmes assez lamentables, comme la mère d’Adrien. Mais il n’est pourtant question que de la peur, une autre, plus cruciale. Un gradé avec qui s’entretient Adrien a la trouille d’y passer. Adrien, après l’explosion, a l’angoisse de ne plus sentir son visage, son palais, ses dents. Il a la hantise de vivre. Sa blessure est si profonde qu’il ne peut plus parler, et c’est sa voix intérieure que nous entendons, assez claire, presque posée. Dupeyron refuse là encore, dans la bande-son comme à l’image, d’ajouter un effet pour souligner l’horreur. Il n’édulcore rien, mais c’est la vie qu’il dramatise, le long chemin de croix d’Adrien vers le monde des vivants. Le film développe l’espace autour de son personnage, jusqu’à prendre une ampleur inattendue. Du lit de supplice à la chambre, où les miroirs ont été enlevés mais pas le reflet des vitres, de la chambre aux couloirs de l’hôpital, des couloirs à la rue, d’abord la nuit et finalement le jour… c’est une bataille qui se livre. Une guerre qu’Adrien mène, avec ses camarades de chambrée aussi amochés que lui, contre sa peur des autres, et contre la haine, la honte de lui-même. Quand il retrouve l’usage de la pa- role, il s’attache à un mot qu’il répète à l’envi, presque comiquement: patience. François Dupeyron l’a fait sien également. Sa mise en scène attentive a le rythme de la persévérance. Comme le chirurgien militaire (André Dussollier) qui tente de redonner un visage à Adrien, en lui greffant des ossements de nourrissons, et qui se fie au temps, son plus sûr allié. C’est de la reconquête d’une humanité que le film donne ainsi la mesure. La peinture de la camaraderie virile illustre le même propos, d’une manière plus classique mais jamais banale, car tous les comédiens forcent l’admiration. Clémence est l’autre mot clé de La Cham-bre des officiers. Ce n’est pas un prénom pour la guerre, dit Adrien à cette jeune femme dont le souvenir refuse, comme la vie, de le quitter. Une jolie réplique, et beaucoup plus que ça. La clémence, au sens le plus fort, naît en effet des femmes, qui semblent se relayer auprès d’Adrien pour qu’une douceur lui vienne dans son enfer. Il y a Anaïs, l’infirmière qui s’attache à lui comme à un fils (Sabine Azéma), et Marguerite, défigurée elle aussi (Isabelle Renauld), il y a sa soeur et la fille de la maison close, et les petites nièces qui jouent avec lui à colin-maillard quand il rentre enfin chez lui ­ une très belle scène. Jusqu’à la dernière image, la vie est une présence féminine. Qui porte Adrien et guide Dupeyron. Le cinéaste réussit même quelque chose d’étonnant : filmer cette histoire terrible comme une femme dont il serait tombé amoureux ». – Frédéric Strauss – Critique lors de la sortie en salle le 26/09/2001 dans telerama

Durée 127 mn – Nationalité : français

Trailer du film La Chambre des Officiers – La chambre des officiers …

Parution du livre en poche en janvier 2000 –   Tous sourit à Adrien, ingénieur officier. La guerre éclate et lors d’une reconnaissance sur les bords de la Meuse, un éclat d’obus le défigure. Le voilà devenu une « gueule cassée ». Adrien ne connaîtra pas les tranchées mais le Val-de-Grâce, dans une chambre réservée aux officiers. Une pièce sans miroir, où l’on ne se voit que dans le regard des autres.Adrien y restera cinq ans. Cinq ans pour penser à l’après, pour penser à Clémence qui l’a connu avec sa gueule d’ange…« On n’oubliera pas le premier roman de Marc Dugain, qui a su rendre au visage d’Adrien, dans un style simple et sanglé, toute son humanité. » Jérôme Garcin – Le Nouvel Observateur. Ce livre a obtenu le Prix des libraires Marc Dugain, 42 ans est financier. Il a passé son enfance dans le château des « Gueules Cassées » où il accompagnait son grand-père. Leur histoire lui a inspiré ce premier roman.

Marc Dugain est un réalisateur et romancier français né en 1957 au Sénégal. Il construit depuis 1999 une œuvre littéraire couronnée de succès avec des romans qui mettent en avant des personnages très variés dans des circonstances très différentes, comme un jeune officier français défiguré par un obus en 1914 au tout début de la Première Guerre mondiale, un homme d’affaires britannique dépressif, un officier de marine russe et Staline ou John Edgar Hoover et le monde politique américain.

Biographie : Marc Dugain est né en 1957 au Sénégal où son père appartenait à une des branches de l’administration coloniale de l’Afrique-Occidentale française. Il revient en France à l’âge de sept ans et durant son enfance, il accompagne son grand-père à La maison des Gueules cassées de Moussy-le-Vieux, château qui avait accueilli les soldats de la Première Guerre mondiale mutilés du visage à l’origine de son premier roman La Chambre des officiers.

Il obtient ensuite son diplôme de l’Institut d’études politiques de Grenoble et travaille dans la finance avant de devenir entrepreneur florissant dans l’aéronautique. À trente-cinq ans, il commence une carrière littéraire en racontant le destin de son grand-père maternel, « gueule cassée » de la guerre de 14-18 : ce sera La Chambre des officiers, publié en 1998 et qui le fera connaître. Dès lors, Marc Dugain se consacre avec succès entièrement à l’écriture en traitant de sujets très différents.

Regard sur l’œuvre

La Chambre des officiers (1998) est un bref roman de moins de 200 pages sur les soldats défigurés durant la Première Guerre mondiale comme le jeune lieutenant Adrien qui, entre les mains des chirurgiens et les soins de son infirmière, commence à s’accepter et amorce son retour à la vie sociale. Le roman concis, fort et sans sentimentalisme, est un succès de librairie couronné par une vingtaine de prix littéraires dont le Prix des Libraires, le Prix des Deux-Magots et le Prix Roger-Nimier. Le roman a été adapté avec brio au cinéma par François Dupeyron en 2001, avec Eric Caravaca, André Dussollier et Sabine Azéma dans les rôles principaux. Lire la suite sur de-plume-en-plume

Eric Caravaca se forme au Conservatoire et à l’Actor’s studio avant de se faire remarquer sur les planches, notamment dans des spectacles mis en scène par Philippe Adrien, dans les années 90. A cette époque, il a entre autres pour partenaire Bruno Putzulu. Après une poignée de courts métrages, il obtient en 1996 son premier grand rôle au cinéma avec Un samedi sur la terre de Diane Bertrand, une œuvre singulière sur le Destin.Aperçu dans plusieurs films signés par la jeune garde du cinéma français, Eric Caravaca accède à la reconnaissance en incarnant Nicolas, trentenaire issu d’une famille de paysans, qui aspire à rompre avec un quotidien morne et rude, dans C’est quoi la vie ? de Francois Dupeyron. Cette prestation lui vaut le César du Meilleur espoir en 2000 et marque le début d’une longue collaboration avec le réalisateur, qui offre à ce comédien discret et pudique le rôle d’une « gueu… Lire la suite


Vous aimerez aussi...