Dawson île 10 : Un camp de concentration sous Pinochet

Parution du livre le 10 février 2017 – Dans son avant-propos Isabel Allende plante d’entrée le décor de Dawson île 10, Un camp de concentration sous Pinochet : « Les pages qui suivent illustrent parfaitement l’histoire ensanglantée de notre République, tout comme l’expérience concentrationnaire dont Sergio Bitar fut témoin et victime. » Nous faisons ici et maintenant une plongée dans l’univers répressif de la dictature chilienne, au lendemain du coup d’État du 11 septembre 1973. Ces pages sont écrites dans un style minutieux, à vocation de témoigner, de laisser trace dans l’histoire, et de raconter le quotidien — d’instant en instant — de l’univers concentrationnaire du camp de Dawson île 10. Ce récit révèle avec détermination l’acharnement des militaires à déshumaniser ces anciens responsables politiques de l’Unité populaire, trop connus pour être « disparus », et qui subiront jusqu’à l’épuisement : la violence, le désespoir… C’est une chronique sur les détenus mais aussi sur leurs geôliers dans une description sobre et scrupuleuse.

Comme le constate Miguel Littín dans sa préface : « J’ai compris alors l’essence même du livre de Sergio Bitar : aux expériences de leurs geôliers, les hommes de Dawson firent face avec loyauté et fermeté, à la violence ils opposèrent l’humanisme, à la brutalité, la culture, et cela avec une cohérence telle qu’ils finirent par désarmer leurs oppresseurs. »

Cet ouvrage certes fait acte de mémoire mais aussi est l’outil essentiel de la reconstruction et la transition démocratie du Chili et de contribuer à cicatriser la profonde blessure de son peuple.

Sergio Bitar né le 30 décembre 1940 à Santiago du Chili, ministre dans le gouvernement du président Salvador Allende. A été ministre dans divers gouvernements de l’après Pinochet.

Préface Miguel Littin Avant-propos Isabel Allende – Photographie à la une bande défilante : CAMP DE CONCENTRATION COMPINGIM SUR L’ILE DAWSON À L’EXTRÊME AUSTRAL DU CHILI. PHOTO : COLLECTIF D’ANCIENS PRISONNIERS DAWSON 2000.

Éditeur : ÉDITIONS TIRÉSIAS

Collection / Série : Lieu EST Mémoire ; 11

Une vidéo d’appui : Dawson, Isla 10 – vidéo Dailymotion

 

DAWSON ISLAND 10 – L’île Dawson, une petite île du bout du monde battue par les vents et la neige de la Terre de Feu, est devenue un bagne à partir de 1973 pour les principaux collaborateurs du président Allende.

Miguel Littin a opté pour un film choral. Il s’attache à mettre en scène aussi bien les prisonniers que les gardiens. Dans leurs activités quotidiennes comme dans leurs pensées intimes. Malgré la négation de leur identité (les prisonniers ne peuvent plus user de leurs noms, ils doivent répondre au matricule qui leur a été attribué : ils sont l’île n°1, l’île n°2,…), tous attendent et revendiquent la visite de la Croix Rouge Internationale. Certains réalisent des petits cadeaux en bois sculptés pour leur famille, s’inventent des lettres et tentent même un travail utile : reconstruire une chapelle en ruine. Le film ne s’attache pas à dresser un portrait à charge du régime. Les faits parlent d’eux mêmes. Ils constituent un réquisitoire précis et déterminé contre tout système concentrationnaire. Au Chili ou ailleurs.

R/D : MIGUEL LITTIN – Sc : Miguel Littin • Ph/C : Miguel Ioan Littin • M/Ed : Andrea Yaconi • S : Nicolás Hallet, Simone Dourado • Mus : Juan Cristóbal Meza • Déc/AD : Carlos Garrido • Cos : Marisol Torres • P : Azul Films (Chili), Walter Lima (Brésil), Villa del cine (Venezuela) • 100’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Benjamin Vicuña, Cristián de la Fuente, Pablo Krög, Jose Bertrand, Sergio Hernandez

Genre Drame

Vous aimerez aussi...