Jouer avec la marginalité : le cas des filles soumises « indigènes » du quartier réservé de Casablanca dans les années 1920-1950

Au centre de cet article, l’idée que les prostituées « indigènes », parce qu’elles se trouvent au croisement de l’ordre et du désordre, de la conformité et de la déviance, du permis et de l’interdit, sont des êtres de l’hybridation. Bien que sous contrôle d’un système réglementariste extrêmement répressif, les prostituées « indigènes » ne se contentent pas, en effet, de se situer dans un « entre deux » mais proposent une synthèse inédite qui touche l’ensemble de leur vie quotidienne : leurs pratiques religieuses, médicales, corporelles, sexuelles, linguistiques… Ce faisant, elles donnent à voir leur extraordinaire capacité d’adaptation mais aussi la richesse et la complexité d’une société « en mouvement » qui se recompose au contact de la colonisation.

17 | 2003 : Prostituées Dossier Christelle Taraud p. 65-86

Pour lire l’intégralité de cet article  clio.revues

Christelle Taraud est une historienne et féministe contemporaine. Elle est « spécialiste de l’histoire contemporaine du Maghreb » et de la prostitution coloniale.

Elle a dirigé avec Christine Bard le dossier « ProstituéEs » (n°17 publié en 2003) de la revue Clio.

Christelle Taraud est professeur dans les programmes parisiens de Columbia University of New York et de New York University, elle est chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (laboratoire CNRS/EHESS/INSERM/Paris VIII), et à l’ULB (Université libre de Bruxelles).

Elle a notamment écrit :

– Les Chambres closes. Histoire d’une prostituée juive d’Algérie, texte de Germaine Aziz, préface de Christelle Taraud, Nouveau Monde éditions, 2007.

– Femmes d’Afrique du Nord. artes postales (1885-1930), Bleu autour, 2006.

– Les Féminismes en questions. Éléments pour une cartographie, Amsterdam, 2005.

– Mauresques. Femmes orientales dans la photographie coloniale (1860-1910), Albin Michel, 2003.

– La Prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Payot, 2003.

Source : http://www.lecavalierbleu.com/


Vous aimerez aussi...