Lettre du préfet Maurice Grimaud aux fonctionnaires de police : “ Frapper un manifestant à terre, c’est se frapper soi-même. »

Le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud

Dans la longue histoire insurrectionnelle de la France, les violences des forces de l’ordre ne sont pas un phénomène nouveau. En mai 1968, le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, prend l’initiative d’écrire une lettre à ses 25 000 hommes à ce sujet. Le préfet reconnaît les difficultés auxquelles sont parfois confrontés les policiers lors de leur mission quotidienne. Il leur rappelle néanmoins que, s’ils ont le « monopole de la violence légitime », c’est dans le but d’empêcher l’escalade de la violence sur le territoire…

« Je m’adresse aujourd’hui à toute la Maison : aux gardiens comme aux gradés, aux officiers comme aux patrons, et je veux leur parler d’un sujet que nous n’avons pas le droit de passer sous silence : c’est celui des excès dans l’emploi de la force.

Si nous ne nous expliquons pas très clairement et très franchement sur ce point, nous gagnerons peut-être la bataille sur ce point, nous gagnerons peut-être la bataille dans la rue, mais nous perdrons quelque chose de beaucoup plus précieux et à quoi vous tenez comme moi : c’est notre réputation.

Je sais, pour en avoir parlé avec beaucoup d’entre vous, que, dans votre immense majorité, vous condamnez certaines méthodes. Je sais aussi, et vous le savez avec moi, que des faits se sont produits que personne ne peut accepter. Bien entendu, il est déplorable que, trop souvent, la presse fasse le procès de la police en citant ces faits séparés de leur contexte et ne dise pas, dans le même temps, tout ce que la même police a subi d’outrages et de coups en gardant son calme et en faisant simplement son devoir… »

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site des lettres

Interview de Maurice Grimaud (préfet de police de mai 68) 

Maurice Grimaud (1913-2009), après des études de Lettres, intègre la fonction publique comme attaché à la résidence générale du Maroc (1938-1943) et au commissariat à l’Intérieur d’Alger , de 1943 à 1944, il travaille auprès du Gouvernement de Gaulle-Giraud. Il est ensuite directeur de cabinet de l’administrateur général français à Baden-Baden en Allemagne, de 1945 à 1947, conseiller de l’Organisation internationale des Réfugiés (OIR) à Genève, en 1948 et 1949, délégué général pour la France, en 1950 et 1951, et directeur de l’Information à la résidence générale de France au Maroc, de 1951 à 1954. Il est ensuite directeur de cabinet de l’administrateur général français à Baden-Baden en Allemagne, de 1945 à 1947, conseiller de l’Organisation internationale des Réfugiés (OIR) à Genève, en 1948 et 1949, délégué général pour la France, en 1950 et 1951, et directeur de l’Information à la résidence générale de France au Maroc, de 1951 à 1954.

Revenu en France, il devient conseiller technique au cabinet de François Mitterrand, alors ministre de l’Intérieur (janvier 1955). Quelques mois plus tard il est nommé préfet des Landes, puis en 1957 préfet de la Savoie, et ensuite préfet de la Loire en 1961.

En 1963, Maurice Grimaud devient directeur général de la Sûreté nationale (alors qu’éclate l’affaire Ben Barka). Il sera Préfet de police à Paris en mai 68 (de décembre 1966 à avril 1971) succédant à Maurice Papon.

Il est nommé secrétaire général à la Direction générale de l’Aviation civile en 1971 (lancement du Concorde, du programme Airbus…), poste qu’il quittera en 1975 pour prendre la direction de la Régie Immobilière de la Ville de Paris (1975-1978).

Il revient à la haute fonction publique en mai 1981, en devenant le directeur de cabinet de Gaston Defferre, ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, il prépare notamment la décentralisation. En juillet 1984, lorsque Pierre Joxe est nommé ministre de l’Intérieur, il suit Gaston Defferre au ministère d’État chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire jusqu’en 1986. Son dernier poste sera celui de délégué général du médiateur de la République, de 1986 à 1992. Biographie établie sur le site sciences-po


Vous aimerez aussi...