Steve McQueen, en forte tête solitaire, infuse son charme flegmatique légendaire dans « La Grande évasion »

Synopsis : En Allemagne, durant la Seconde Guerre mondiale. Des officiers alliés, connus pour leur goût de l’évasion, mais ayant toujours échoué jusqu’ici, sont transférés dans un camp de prisonniers dirigé par von Luger. Leur capitaine, Ramsey, prévient celui-ci qu’il est de leur devoir d’essayer sans cesse de s’évader, afin que l’ennemi n’ait point de répit. Incorrigible, Hilts tente la belle aussitôt et se retrouve au cachot. Plus méthodique, Bartlett propose de creuser trois tunnels partant des baraquements et aboutissant sous les barbelés et l’enceinte du camp. Chacun au fait de sa tâche, les prisonniers se mettent consciencieusement à l’ouvrage…

« En 1943, des officiers alliés, prisonniers dans un camp allemand, creusent méthodiquement des galeries pour s’évader. Un long tunnel d’ennui ? Point du tout : on reste même scotché du début à la fin devant cette incroyable aventure de près de trois heures, ­inspirée d’une histoire vraie. Épreuve de titan, travail de fourmi, chapardages subtils, art de la diversion composent les étapes de cette longue opération pour se faire, enfin, la belle. Steve McQueen, en forte tête solitaire, infuse son charme flegmatique légendaire. A ses côtés, Donald Pleasence, ornithologue aveugle, Charles Bronson, herculéen et claustro, et James Coburn, impérial de désinvolture, se distinguent aussi.

Quant au final à l’air libre, avec ses morceaux de bravoure dignes d’un western ­(la chevauchée à moto, avec saut d’obstacles !), il laisse un goût de victoire et de défaite mêlées pas déplaisant. Pour beaucoup, l’évasion foire cruellement. Pas pour nous. » — Jacques Morice – Critique  du 04/06/2016 dans telerama.fr

Date de sortie 11 septembre 1963 (2h 49min)
Nationalité Américain

Terrence Steven McQueen (son vrai nom) vit une enfance solitaire et qui façonnera sa vie de manière indélébile. Abandonné par ses parents, Steve McQueen est élevé comme un orphelin. Son père, aviateur acrobatique, disparaît peu après sa naissance tandis que sa mère l’abandonne dans une ferme. Steve McQueen retrouvera celle qui l’a mis au monde quelques années plus tard mais ne lui pardonnera jamais de l’avoir délaissé. Adolescent incontrôlable, McQueen se mêle aux bandes de voyous de Los Angeles. Il quitte très tôt l’école et s’engage finalement dans la marine marchande puis avec la marine militaire (1947). Lire la suite sur allocine

Charles Buchinski le 3 novembre 1921 à Ehrenfeld en Pennsylvanie dans une famille d’immigrés lituaniens, Charles Bronson commence en travaillant dans des mines de charbon. Après avoir effectué son service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, il étudie la comédie en Californie avant de débuter au cinéma dans les années cinquante, où son visage très typé et sa musculature de boxeur le vouent durablement aux rôles de « durs » tout au long d’une carrière qui s’étale sur près de quarante ans. D’abord cantonné aux séries B où divers cinéastes exploitent son physique imposant et monolithique, Charles Bronson apparaît également chez Robert Aldrich, dans Bronco Apache ou chez Samuel Fuller dans Le Jugement des fleches. C’est en 1960 qu’il a pour la première fois l’occasion de se distinguer, dans Sept mercenaires de John Sturges et trois ans plus tard, sous la direction du m… Lire la suite


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *