« Prisonnières » : un film réalisé par Charlotte Silvera avec Bernadette Lafont, Marie-Christine Barrault, Annie Girardot …

Un film de prison de femmes des années 80, très daté dans la forme et le jeu des comédiennes, qui s’éloigne de la série B d’exploitation pour privilégier le carcan du cinéma d’auteur. Pas inintéressant. Voir la critique avoir-alire

SYNOPSIS ET DÉTAILS : L’univers carcéral féminin : un monde impitoyable.

Centrale de Rennes : contraintes à vivre dans la promiscuité, les prisonnières sont des centaines avec, chacune, son histoire, ses errances, ses petites victoires et surtout sa révolte.

Ces femmes que l’on tente d’infantiliser, de rendre passives en les poussant à faire de leur cellule leur nouveau foyer, resteront marquées à vie, ne cherchant pas à s’évader. Une fois libérées, la prison continue à vivre en elles à jamais.

Les rapports de force primitifs qu’entretient une hiérarchie avec ses exclues comme Nicole, l’infanticide, ou ses privilégiées, comme Marthe qui domine, impose sa loi aux unes, materne les autres et compose habilement avec la surveillante-chef. Nelly trouve dans la révolte et l’insolence, l’affirmation de ses droits. La découverte de trois sachets d’héroïne dans ses affaires va mettre le feu aux poudres, car Nelly n’est ni dealeuse, ni droguée. Quelqu’un a tout simplement voulu la « faire tomber »…

Midinette du Midi, Bernadette Lafont, fille de pharmacien, prend des cours de danse à l’Opéra de Nîmes, et rêve de cinéma -en 1955, elle assiste, émerveillée, au tournage des Salauds vont en enfer avec son idole Marina Vlady. A 16 ans, elle rencontre Gérard Blain, comédien venu jouer dans la région. Grâce à celui qui deviendra brièvement son mari, elle côtoie, à Paris, les Jeunes Turcs de la Nouvelle Vague. Truffaut lui offre en 1957 son premier rôle dans le court métrage Les Mistons et la même année, elle tourne dans Le Beau Serge, coup d’essai, couronné de succès, de Claude Chabrol, un cinéaste qui lui sera toujours fidèle (Les Bonnes femmes, qui fait scandale en 1960, Inspecteur Lavardin en 1986).Brune sensuelle qui ne s’en laisse pas conter, l’égérie de la Nouvelle Vague, vue dans L’Eau à la bouche, travaille bientôt avec les francs-tireurs Pollet et Garrel (Le Révélateur en 68), mai… Lire la suite
Après une année d’études supérieures de Lettres, Marie-Christine Barrault entre au Cours Simon en 1963 puis est admise au Conservatoire d’Art Dramatique en 1964. Jusqu’en 1968, elle se consacre exclusivement au théâtre, sous les auspices de son oncle, l’illustre Jean-Louis Barrault, et de Maurice Bejart. Elle fait ses premiers pas au cinéma en 1969, lorsqu’Eric Rohmer la choisit pour jouer, aux côtés de Jean-Louis Trintignant, le rôle d’une petite provinciale catholique dans Ma nuit chez Maud.En 1970, elle donne la réplique à Pierre Richard dans Le Distrait. Elle collabore à nouveau avec Rohmer pour L’Amour l’après-midi, qu’elle retrouvera en 1978 sur le tournage de Perceval le Gallois L’immense succès de Cousin, cousine (particulièrement aux Etats-Unis), en 1975, lui apporte la consécration : elle est citée à l’Oscar de la Meilleure actrice. Après Femme entre chien et loup d’André Delva… Lire la suite
Après s’être orientée vers des études d’infirmière, Annie Girardot se tourne vers la comédie. Etudiante à la Rue Blanche puis au Conservatoire, elle en sort diplômée avec un double premier prix, ce qui lui vaut d’intégrer rapidement la Comédie Française. Au cinéma, elle fait ses débuts en 1955 dans Treize à table de André Hunebelle. Elle est également remarquée dans Maigret tend un piège de Jean Delannoy et L’Amour est en jeu de Marc Allégret. Mais son premier rôle marquant, elle le trouve chez Rocco et ses frères (1960) de Visconti. Le grand public ne sera pas le seul à succomber à son charme insolent, puisque l’acteur italien Renato Salvatori, son partenaire sur le tournage, l’épousera peu de temps après. Ce qui ne l’empêchera pas de nouer des liens privilégiés avec Claude Lelouch sous la direction duquel elle tourne les émouvants Vivre pour vivre (1967), La Vie, l’amour, la mort (1969… Lire la suite

Vous aimerez aussi...