J’ai vu tuer Ben Barka – film 2005

Mehdi Ben Barka

Pourquoi tant d’obstacles à l’établissement de la vérité ? Depuis cinquante ans, en France comme au Maroc, la « raison d’Etat » est parvenue à empêcher que la vérité soit dite sur l’enlèvement et l’assassinat de Mehdi Ben Barka. Responsables et complices doivent être enfin désignés.Il y a 50 ans : l’affaire Ben Barka27 OCT. 2015 PAR GILLES MANCERON BLOG : LE BLOG DE GILLES MANCERON

Texte intégral sur blogs.mediapart

Synopsis : En 1966, le journaliste Georges Figon est retrouvé mort chez lui. L’enquête, contestée, conclut rapidement au suicide. Quelques mois avant sa mort, ce fils de bonne famille, mais aussi repris de justice, sortait de prison et fréquentait le milieu intellectuel parisien. Attiré par l’appât du gain, mais lassé de vivre de menues escroqueries, il accepte avec joie un projet ambitieux : produire un documentaire sur la décolonisation avec Marguerite Duras et le cinéaste Georges Franju. Mehdi Ben Barka, un farouche opposant au régime de Hassan II, et le dirigeant de l’Union nationale des forces populaires au Maroc sont chargés de le conseiller. L’équipe ainsi formée se donne rendez-vous dans une brasserie parisienne, mais Ben Barka disparaît…

« Par son rythme et son style, c’est le thriller à l’ancienne qui inspire Serge Le Péron. Car J’ai vu tuer Ben Barka est un film d’ombres. Totalement inattendues quand surgissent Marguerite Duras et Georges Franju, dont on ne connaissait pas, jusque-là, le rôle involontaire mais déterminant dans l’enlèvement du leader marocain Mehdi Ben Barka, dans le Paris de 1965. Pour le reste, avec rigueur et clarté, Le Péron rappelle des faits. Qui était Ben Barka, l’espoir qu’il symbolisait. Le danger qu’il représentait pour Oufkir, ministre de l’Intérieur du roi Hassan II, explique bien le rôle embarrassant de la France dans un enlèvement qui demeure mystérieux. Avec une touche d’émotion et de nostalgie en plus (Fabienne Babe dans le rôle de la copine de Figon), le film rappelle les pamphlets que l’Italie savait si bien faire, jadis, et que la France ne fait plus. » – Critique du 06/12/2008 par Pierre Murat dans telerama

Avec Charles Berling (Georges Figon) , Simon Abkarian Mehdi Ben Barka) , Josiane Balasko (Marguerite Duras) … Voir la distribution

J’ai vu tuer Ben Barka (Serge Le Péron, 2005)

J’ai vu tuer Ben Barka Bande-annonce

Fils d’un médecin et d’une enseignante, Charles Berling se produit au sein de la troupe de son lycée de Toulon avant de suivre une formation de comédien à l’Insas de Bruxelles. S’il se consacre essentiellement au théâtre dans les années 80 – en particulier dans le cadre du TNS dirigé par Jean-Louis Martinelli -, il fait sa première apparition à l’écran en 1982 dans Meurtres à domicile. Par la suite, on le remarque en fils rongé par le ressentiment dans Petits arrangements avec les morts, premier opus de Pascale Ferran en 1994, et en époux d’Emmanuelle Béart dans Nelly et Monsieur Arnaud, film-testament de Claude Sautet en 1995.Charles Berling accède à la notoriété en 1996 grâce à son rôle de marquis candide dans Ridicule de Patrice Leconte, avec à la clé une nomination au César du Meilleur acteur. Héros d’un remake de Jules et Jim pour le petit écran, il est au cœur de deux autres trios … Lire la suite

Après une enfance passée au Liban, Simon Abkarian se rend à Los Angeles et y intègre une compagnie théâtrale arménienne dirigée par Gérald Papazian. De retour à Paris en 1985, il entre au Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine et se produit sur les planches avec des pièces comme L’Histoire terrible mais inachevée d’Hélène Cixous, Les Atrides, Iphigénie à Aulis d’Euripide et Les Euménides d’Eschyle. La consécration, sur scène, viendra en 2001 avec Une bête sur la Lune de Richard Kalinoski, qui lui vaudra le Molière du Meilleur comédien. Simon Abkarian décroche ses premiers rôles au cinéma grâce à Cédric Klapisch, qui le fait tourner dans Ce qui me meut (1989), Poisson rouge (1994) et Chacun cherche son chat (1996). Les deux hommes collaboreront à nouveau sur Ni pour, ni contre (bien au contraire) en 2003. Son regard sombre, sa stature et son côté animal lui permettent par ailleurs de joue… Lire la suite


Vous aimerez aussi...