Les Brigades du Tigre – film 2005

Parution du livre le 1er avril 1995 – Au début des années 70, les Français découvraient sur leur petit écran  » Les Brigades du Tigre « , un nouveau feuilleton policier. Les inspecteurs champions de savate traquant les malfaiteurs à bord de leur De Dion-Bouton allaient connaître un immense succès, confirmé depuis par de nombreuses rediffusions. Aucun livre à ce jour n’a pourtant relaté la véritable et passionnante naissance des brigades mobiles créées par Clemenceau en 1907 pour lutter contre les bandes organisées qui sévissaient impunément sur tout le territoire.

Haut responsable de la police judiciaire, Charles Diaz raconte ici cette saga d’une poignée d’hommes attachants, Jules Sébille, dit  » le Puritain « , le père Faivre ou Jules Belin, apprenti policier et futur tombeur de Landru. De la  » bande à Pollet  » aux  » chauffeurs de la Drôme « , de Bonnot au vol de la Joconde, il retrace toutes les grandes enquêtes qui ont forgé la légende des  » mobilards  » et marqué les débuts de la police moderne. Editeur : Calmann-Lévy

Synopsis : 1907. Face aux bandits d’un nouveau siècle, le « Tigre » Clemenceau, alors ministre de l’Intérieur, crée les Brigades mobiles, plus connues sous le nom de Brigades du Tigre. 1912. Membres d’une de ces unités policières d’élite, Valentin, Pujol et Terrasson se lancent à la poursuite de l’anarchiste Bonnot. Réalisation : Jérôme Cornuau (France/Italie, 2006) D’après la série télévisée. Distribution : Clovis Cornillac (le commissaire Valentin), Diane Kruger (Constance), Edouard Baer (l’inspecteur Pujol), Olivier Gourmet (l’inspecteur Terrasson), Stefano Accorsi (Achille Bianci), Jacques Gamblin (Jules Bonnot), Thierry Frémont (Piotr), Gérard Jugnot (le commissaire Faivre), Léa Drucker (Léa), Didier Flamand (le préfet de police), Philippe Duquesne (Casimir Cagne) Genre : policier Palmarès : nomination César 2007 des meilleurs costumes.

« On est en 1912, après que Clemenceau, « le Tigre », a décidé d’équiper quelques escouades policières d’élite de véhicules motorisés. C’est le nec plus ultra de la flicaille des années 1910, à l’image du commissaire que joue Clovis Cornillac, agile au pistolet, à la savate, et pas ramolli du ciboulot. Poursuivre Jules Bonnot, ennemi public n° 1 (un Mesrine apache), le met sur la piste d’anarchistes anti-tsaristes.

Peu importe que tout cela frise l’invraisemblable. Ou tant mieux. Le premier mérite de ce scénario à tiroirs est de retrouver des vertus feuilletonesques : l’abondance de péripéties ménage de vraies surprises et autorise une grande liberté de ton. A l’intense noirceur du personnage de Bonnot, qui finit dans un bain de sang, succède ainsi le baroque plus pittoresque de la seconde partie, avec soirée de gala, opéra russe et bombinette anar »… Critique du 27/11/2010 Par Aurélien Ferenczi. En savoir plus sur television.telerama

Les brigades du Tigre (2006)

Trailer du film Les Brigades du Tigre

Enfant de la balle, Clovis Cornillac débute sa carrière sur les planches à 15 ans aux côtés de metteurs en scène aussi réputés que Peter Brook ou Alain Françon (Une lune pour les déshérités). Apparaissant pour la première fois au cinéma en jeune délinquant dans Hors-la-loi de Robin Davis, il interprète très tôt des personnages de malfrats (Les Années sandwiches de Pierre Boutron, Il y a maldonne de John Berry). En 1998, il tourne La Mère Christain sous la direction de sa mère, la comédienne Myriam Boyer.S’il multiplie les rôles sur le petit et le grand écran ainsi qu’au théâtre, Clovis Cornillac devra attendre 1999 et Karnaval de Thomas Vincent – un film qui a également révélé Sylvie Testud – pour voir son talent reconnu. Dans cette histoire d’amour sur fond de carnaval de Dunkerque, il campe un mari jaloux au sang chaud, une prestation qui lui vaut une nomination au César du Meilleur es… Lire la suite

Diane Kruger passe sa jeunesse en Allemagne puis étudie la danse à Londres en intégrant le Royal Ballet. Elle revient ensuite dans son pays natal et mène une carrière de mannequin dans toute l’Europe. Sur la suggestion de Luc Besson, elle prend des cours d’art dramatique à l’Ecole Florent à Paris, et y remporte le Prix Classe Libre de la meilleure comédienne.Diane Kruger entame sa carrière d’actrice en jouant aux côtés de Dennis Hopper et Christophe Lambert dans le film indépendant The Piano player resté inédit en salles. Puis elle tourne en 2002 Ni pour, ni contre (bien au contraire) de Cédric Klapisch et Mon idole sous la direction de son compagnon Guillaume Canet, qu’elle retrouvera trois ans plus tard dans les tranchées de Joyeux Noël. Grimpant les échelons, elle partage aux côtés de Sagamore Stévenin l’affiche du film « automobile » Michel Vaillant (2003) de Louis-Pascal Couvelaire. H… Lire la suite


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *