L’empire des polices – Comment Napoléon faisait régner l’ordre

Cette synthèse complète et passionnante s’inscrit dans une ligne ouverte notamment par un ouvrage collectif paru en 2013 et dirigé par Jacques-Olivier Boudon, Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien (éditions SPM).

Si Napoléon conquit le pouvoir grâce à la gloire de son armée, il ne put le garder que par l’habileté de sa police. Gendarmerie, préfecture de police de Paris, garde impériale, police… l’empereur est le centre de ces services. C’est vers lui que convergent tous les renseignements. Il connaît, grâce aux divers rapports qu’il reçoit, le moindre crime commis dans l’Empire et n’hésite pas à manipuler les uns pour mieux contrôler les autres au point de déclencher une véritable guerre des polices.

Jacques-Olivier Boudon dévoile les arcanes secrets de ce monde interlope où l’on croise aussi bien Fouché et Vidocq que le duc d’Enghien ou le général Malet. Entre répression du brigandage, chasse aux comploteurs, lutte contre la désertion et surveillance de l’opinion publique pour mieux la façonner, c’est une nouvelle histoire du Premier Empire, explorée par sa face la plus sombre, qui nous est donnée à lire ici.Lire un extrait.

Jacques-Olivier Boudon est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne. Président de l’Institut Napoléon, il a publié une trentaine d’ouvrages dont, récemment, Les Naufragés de La Méduse (Belin, 2016).Photgraphie à la une

Année de publication : 2017

Lieu et maison d’édition : Paris, La Librairie Vuibert

Nombre de pages : 336 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *