Les heures sombres de l’internement administratif helvétique (C. Vuillemier)

Internement administratif SuisseÀ l’occasion du récent lancement d’un programme national de recherche sur l’internement administratif, l’historien Christophe Vuilleumier revient sur cette forme de détention qui, avant d’être abolie en 1981, a provoqué des ravages dont on peine à mesurer l’étendue.

Le 22 février dernier, le Conseil fédéral décidait de lancer un nouveau programme national de recherches (PNR) sur le thème «Assistance et coercition – passé, présent et avenir» en complément des travaux de la Commission indépendante d’experts mise sur pied par les autorités fédérales en juillet 2015. Une commission chargée d’étudier la question taboue des placements administratifs ordonnés avant 1981 dans les cantons helvétiques, et qui a pour mission de produire un rapport de recherches détaillé à l’attention du Conseil fédéral pour la fin de l’année 2018.

La démarche adoptée par la commission est inévitablement complexe. Rien n’est laissé au hasard, jusqu’au choix de communiquer très largement sur les activités de la Commission — une différence notable avec la Commission Bergier instituée dans les années 1990 — afin de garantir la transparence des recherches auprès de la population concernée par l’internement administratif!

À Genève, le Conseil d’État répondait en septembre 2012 à la question d’une députée sur les éventuelles mesures d’internement administratif prises dans le canton entre 1942 et 1981. Les autorités cantonales relevaient notamment que l’ensemble des fonds d’archives liés à la problématique de l’internement administratif représente quelque 500 mètres linéaires, parmi lesquels le fonds de la Société genevoise d’utilité publique dont les documents les plus anciens concernent des délinquants envoyés en Australie ou en Amérique du Sud.

Le Conseil d’État signalait d’autre part que les dossiers des enfants mineurs nés avant 1982, pris en charge par l’ancien service de la protection de la jeunesse, avaient été détruits sur décision de la Conférence suisse des directeurs de services de la protection des mineurs au nom du droit à l’oubli […]

Lire la suite de cet article de Christophe Vuillemier sur le site LaCité


Vous aimerez aussi...