« Train d’enfer » (film, 1984) inspiré du meurtre de Habib Grimzi jeté d’un train en marche en 1983

Synopsis : Un samedi soir, en banlieue parisienne, un bal dégénère en bagarre générale où fusent des propos racistes. La police intervient et embarque tout le monde. Le lendemain, trois des jeunes gens appréhendés rentrent chez eux, passablement énervés. Dans le train, ils s’en prennent à un Arabe, qu’ils rossent avant de le jeter par la fenêtre. Aucun des passagers présents n’a réagi, hormis une jeune fille, Isabelle, qui s’est vainement interposée pour éviter le drame. Son témoignage permet au commissaire Couturier d’identifier les assassins, qui ont pris la fuite. Mais la jeune femme est assassinée peu après, et l’enquête s’oriente vers la piste d’un redoutable réseau d’extrême droite international …

Avec Roger Hanin (le commissaire Couturier) , Gérard Klein (Salviat) , Christine Pascal (Isabelle) … Voir la distribution

TRAIN D’ENFER – YouTube

« Train d’enfer s’inspire d’une véritable affaire (le meurtre de Habib Grimzi jeté d’un train en marche en 1983) en relatant un crime raciste, la séquence dans laquelle a joué Hamou Graia est violente et garde encore de nos jours son impact. A la caméra c’est l’acteur Roger Hanin qui joue aussi le rôle du commissaire chargé de l’enquête (Navarro avant l’heure) et le reste du casting contient pas mal de têtes connues (de Klein à Renucci en passant par Christine Pascal). Roger Hanin dénonce tout simplement le racisme, mais aussi la bêtise humaine qui peut mener dans des cas extrêmes à des situations irréversibles et n’ayant aucun sens. Malheureusement Train d’enfer n’est pas connu du public français, puisqu’il n’a presque jamais été diffusé sur une télévision française hormis, France Télévisions mais à une heure tardive… » Pour en savoir plus voir toutdz.com

Christine PascalActrice et réalisatrice de cinéma, née le 29 novembre 1953 à Lyon, en France. Chrtistine Pascal épouse le producteur zurichois Robert Boner et s’établit en Suisse dont elle acquiert la nationalité en 1982. Elle se suicide le 2 septembre 1996 en se jetant par la fenêtre d’un hôpital parisien où elle était traitée pour des troubles psychiatriques. Déjà en 1984, elle avait exprimé le désir de mourir de façon délibérée et à l’heure de son choix dans l’espoir qu’il existe un au-delà.

Actrice, elle tourne, entre autres, avec Bertrand Tavernier dans L’horloger de Saint-Paul (1973), Que la fête commence (1975),Les enfants gâtés (1977). En 1978, elle réalise son premier film,Félicité, largement autobiographique où elle joue le rôle principal. Ce film commence par l’évocation d’un suicide. Réalisatrice, elle tourne La garce (1984) et Zanzibar (1988), mais son meilleur film est sans doute Le petit prince a dit (1992), avec Richard Berry et Anémone. Le film raconte la lutte de deux parents contre la mort de leur petite fille Violette, atteinte d’une tumeur au cerveau. Christine Pascal obtient pour la réalisation de ce film le prix Louis-Delluc en France et, à Montréal, le prix de la mise en scène (avec Robert Boner), tandis que Richard Berry y reçoit celui du meilleur acteur.

Alors qu’il est étudiant, Gérard Klein entre à Inter Service Route avant de passer à l’antenne en 1967 sur France Inter. Il continue son parcours d’animateur radiophonique sur RTL de 1968 à 1972, puis se retrouvera sur les ondes de RMC ou d’Europe 1.

Sa carrière au cinéma ne décolle qu’en 1981 avec La Passante du Sans-Souci de Jacques Rouffio, adaptant le roman éponyme de Joseph Kessel. L’année suivante, il tient son premier rôle principal dans Le Bâtard de Bertrand van Effenterre, dont il signe la bande originale. En 1983, il est à l’affiches des Cavaliers de l’orage avec Marlène Jobert et fait se succéder les longs-métrages dans la première moitié des années 1980 avec Blanche et Marie de Jacques Renard (1984), Train d’enfer de Roger Hanin, Parking de Jacques Demy et Diesel de Robert Kramer en 1985. Pour lire la suite sur allocine

Roger Hanin, de son vrai nom Roger Lévy, est né le 20 octobre 1925 à Alger, d’un père employé des PTT. Durant sa jeunesse, il est exclu de son lycée du fait des lois antisémites émises par le gouvernement de Vichy. Il s’engage ensuite dans l’aviation à partir de 1944. Après la Seconde Guerre Mondiale, Roger Hanin va en France pour y effectuer des études en pharmacie. Il décide de tenter une carrière cinématographique pour gagner sa vie. Mais de cette nécessité professionnelle émerge une nouvelle vocation pour le jeune homme, qui prend alors des cours d’art dramatique. Il fait ses premières apparitions à l’écran au début des années 50 avec Le Chemin de Damas (1952) de Max Glass, La Môme vert-de-gris (1953) de Bernard Borderie ou encore Série noire (1954) de Pierre Foucaud. Roger Hanin tourne avec les cinéastes français les plus en vogue à l’époque : Gilles Grangier sur Gas-oil (1955) où i… Lire la suite

Petit-fils d’un forgeron corse, Robin Renucci passe une enfance paisible entre la Bourgogne et l’île de Beauté. Très tôt passionné par le monde du théâtre, il crée des spectacles de rue, étudie pendant deux ans au cours Dullin et intègre le Conservatoire d’Art Dramatique de Paris, avec pour professeurs Antoine Vitez, Jean-Paul Roussillon et Marcel Bluwal. Il fait sa première apparition à l’écran en 1981 dans les Eaux profondes de Michel Deville, un cinéaste qu’il retrouvera deux ans plus tard pour La Petite Bande.Interprétant souvent des séducteurs tourmentés, Robin Renucci devient vite un des jeunes comédiens les plus en vue de la nouvelle génération. S’il prend part à des succès tels que Coup de foudre et Vive la sociale, et à la fresque de Corneau Fort Saganne, il connaît la consécration grâce à Escalier C de Tacchella : sa prestation de critique d’art misanthrope lui vaut une nominat… Lire la suite


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *