René la Canne – film 1976

L’ ennemi public numéro 1, René La Canne

René Girier : «Traction avant, police après.» De 1940 à 1951, René «la Canne», chef du «gang des Traction avant», a semé les flics de toutes les façons. Vendredi, le bandit «rangé des voitures» n’a pas pu semer la camarde. Il est mort d’un cancer et dans son lit. Né à Oullins (Rhône) en 1919 d’un père sévère et d’une mère malade, René Girier a fugué à 10 ans, volé 10 francs à 14 ans, et peiné en maison de correction. Tentative de suicide à Fresnes. Service militaire à Casablanca. Retour en France. René braque à vélo en 1940, se retrouve au STO en Allemagne, vole à tire-larigot et revient à Paris avec une jambe folle et une notoriété dans le milieu.Pour lire la suite sur liberation – Mort de René la Canne, qui «n’avait volé que les riches». Le chef du «gang des Traction avant» s’était rangé et écrivait des livres – Par Patricia Tourancheau 31 janvier 2000

SYNOPSIS ET DÉTAILS : A Paris, en 1942, René Bornier, dit René la Canne, jeune truand de 25 ans, rencontre l’inspecteur Jacques Marchand dans un asile psychiatrique. Marchand s’est réfugié là après avoir fait preuve d’indiscipline envers ses supérieurs. René, capturé après un coup manqué, a simulé la folie, pensant s’évader plus facilement de cet établissement que d’une prison. Les deux hommes sympathisent. Envoyés en Allemagne dans le cadre du Service du travail obligatoire, les deux compères se débrouillent pour prendre du bon temps. Mais voilà que Krista, la fiancée de René, fait irruption…

Avec Gérard Depardieu (René Bornier) , Sylvia Kristel (Krista) , Michel Piccoli (l’inspecteur Marchand)… Voir la distribution

René La Canne, 1977, trailer

René la Canne de Francis Girod (1977) , synopsis, casting, diffusions

Issu d’un milieu modeste (son père est tôlier-formeur), Gérard Depardieu grandit au milieu de cinq frères et soeurs. Après une adolescence difficile, qui le voit flirter avec la délinquance, il se découvre une passion pour le théatre lors d’un voyage à Paris. Elève de Jean-Laurent Cochet, il fait ses premiers pas au cinéma en 1970 dans Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard.Gérard Depardieu est révélé en 1974 par son rôle de gentil voyou en cavale dans Les Valseuses, fable libertaire de Blier avec Patrick Dewaere et Miou-Miou. L’année suivante, le succès du thriller médical Sept morts sur ordonnance permet au comédien, jusqu’alors abonné aux rôles de loubards, de montrer l’étendue de son répertoire. Tournant avec de grands réalisateurs italiens (1900 de Bertolucci en 1976, La Dernière Femme du provocateur Ferreri), Depardieu passe avec aisance de l’univers de … Lire la suite

Issue d’une famille bourgeoise, Sylvia Kristel est promise à un bel avenir. Avec des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne, elle saute plusieurs classes et parle quatre langues : le néerlandais, le français, l’anglais et l’italien. Ses aptitudes lui assurent la promesse d’une stabilité professionnelle ; pourtant, dès l’âge de 17 ans, elle préfère s’orienter vers le mannequinat, et remporte le concours de Miss TV Europe en 1973. Elle se fait alors une place dans le milieu et est d’abord engagée pour divers spots publicitaires avant d’obtenir ses premiers rôles sur grand écran. Elle se retrouve propulsée au rang de vedette internationale lorsqu’elle devient l’héroïne du plus gros succès français de 1974 : Emmanuelle de Just Jaeckin, un film de charme dans lequel la comédienne joue une épouse oisive qui trompe son ennui dans la luxure. La jeune actrice se fait alors remarquer … Lire la suite

Fils d’un violoniste et d’une pianiste, Michel Piccoli est envoyé en pension dès l’enfance. A l’occasion d’un spectacle de fin d’année, un déclic se produit chez cet adolescent introverti qui s’épanouit sur les planches. Décidant de devenir acteur à 18 ans, il prend des cours de théâtre chez Andrée Bauer-Thérond, puis René Simon. S’il apparaît à l’écran dès 1945 dans Sortilèges de Christian-Jaque et trouve un premier vrai rôle (celui d’un mineur) dans Le Point du jour en 1948, il se consacre surtout à la scène, au sein des compagnies Renaud-Barrault et Grenier-Hussenot ou encore du très novateur Théâtre de Babylone. Remarqué dans Le Doulos et les films de Pierre Chenal, Michel Piccoli accède à la célébrité grâce au Mépris de Godard (1963), dans lequel il forme avec B. B. un couple de légende. La popularité du comédien fait un bond après son interprétation de Dom Juan dans une adaptatio… Lire la suite


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *