Mesrine : L’Instinct de mort – film 2008

Synopsis : Jacques rentre en France après avoir servi sous les drapeaux, en Algérie. N’ayant aucun projet, il se voit proposer du travail par son père, Pierre-André Mesrine. Jacques refuse catégoriquement. Plus intéressé par l’argent facile, il s’acoquine avec un ami d’enfance et entame une carrière de voyou. Guido, un baron du crime, s’intéresse très vite à ce jeune homme doté d’un sang-froid stupéfiant. Multipliant les cambriolages, Jacques Mesrine fait très vite parler de lui dans la presse. Traqué par la police, il est mis sous les verrous mais parvient chaque fois à s’évader de manière spectaculaire. Sa jeune épouse, qui lui a donné trois enfants, tente désespérément de le ramener à la raison…

Réalisé par Jean-François Richet (2008)

Avec Vincent Cassel (Jacques Mesrine) , Cécile de France (Jeanne Schneider) , Gérard Depardieu (Guido) … Voir la distribution

Trailer du film Mesrine : L’Instinct de mort – Mesrine : L’Instinct de mort …

« Dans les années 1970, on l’avait baptisé « l’ennemi public numéro 1 », et ça devait carrément le faire jouir de se prendre pour l’image qu’on donnait de lui. Même sa mort, qu’il savait inévitable, Mesrine (ne prononcez pas le « s », ça le fâchait grave) ne l’aurait sûrement pas échangée pour un empire. Flingué en plein Paris, porte de Clignancourt, un jour de novembre 1979, c’est top ! Flingué avec ou sans sommation – that is the question, jamais élucidée – par les hommes du commissaire Broussard…

A la différence de l’épisode 2 (L’Ennemi public no 1), on est ici dans du cinoche pur, dans ces biographies de gangsters dont Hollywood s’est toujours régalé parce qu’elles permettaient de défier les règles d’une société bien-pensante : Richet réussit particulièrement le long passage où Mesrine tente de s’évader d’une prison canadienne : on dirait du Jules Dassin, du Don Siegel… Vincent Cassel nous joue ça avec la démesure des grands « cinglés » de jadis : Richard Widmark, ou Lee Marvin ébouillantant le visage de Gloria Grahame avec du café, chez Fritz Lang. Dans la scène où Mesrine appuie frénétiquement une arme sur la tête de son épouse avec la ferme intention de l’exploser, on sent vraiment le monstre en marche, que rien n’arrêtera plus. » – Critique du 24/09/2011 par Pierre Murat television.telerama

Fils de Jean-Pierre Cassel, Vincent Cassel passe par l’école du cirque et l’Actor’s Institute de New York avant d’entrer à Paris dans la troupe de Jean-Louis Barrault. Il fait ses débuts au cinéma dans Les Clés du paradis (Philippe de Broca, 1991). Sa rencontre avec Mathieu Kassovitz est déterminante. Le jeune cinéaste dirige le comédien et lui donne la réplique dans Métisse (1993), La Haine (1995) et Les Rivières pourpres (2000). Si Métisse ne reste pas dans les mémoires, La Haine est un véritable cataclysme dans le cinéma français, aussi bien du point de vue du sujet sensible abordé que des performances (spectaculaires) des acteurs. Non content de son succès commercial, le film permet de faire émerger dans le débat public le sujet controversé de la violence urbaine et policière. Se dégage également un acteur de génie, Vincent Cassel. Adapté du roman de Jean-Christophe Grangé, Les Riviè… Lire la suite

Passionnée de théâtre, Cécile de France quitte la Belgique à l’âge de 17 ans pour s’installer à Paris, où elle entame sa carrière de comédienne. Elle débute par des stages d’art dramatique entre 1992 et 1994 chez Jean-Paul Denizon, puis étudie à l’école de la rue Blanche (l’ENSATT), où elle est découverte par l’agent artistique Dominique Besnehard. Cécile de France enchaîne alors les courts métrages (Tous nos voeux de bonheur, Le Mariage en papier), les téléfims (Nana d’Edouard Molinaro) ainsi que les pièces de théâtre (Le Baladin du monde occidental, Electre). En 2000, Richard Berry lui offre le rôle de l’irrésistible Laure, qui fait tourner la tête de Patrick Timsit, dans son premier long métrage, L’Art (délicat) de la séduction. Cette comédie lui permet de se faire connaître du grand public français.Faisant partie des jeunes actrices de talent, Cécile de France ne tarde pas à jouer la… Lire la suite

Issu d’un milieu modeste (son père est tôlier-formeur), Gérard Depardieu grandit au milieu de cinq frères et soeurs. Après une adolescence difficile, qui le voit flirter avec la délinquance, il se découvre une passion pour le théatre lors d’un voyage à Paris. Elève de Jean-Laurent Cochet, il fait ses premiers pas au cinéma en 1970 dans Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard.Gérard Depardieu est révélé en 1974 par son rôle de gentil voyou en cavale dans Les Valseuses, fable libertaire de Blier avec Patrick Dewaere et Miou-Miou. L’année suivante, le succès du thriller médical Sept morts sur ordonnance permet au comédien, jusqu’alors abonné aux rôles de loubards, de montrer l’étendue de son répertoire. Tournant avec de grands réalisateurs italiens (1900 de Bertolucci en 1976, La Dernière Femme du provocateur Ferreri), Depardieu passe avec aisance de l’univers de … Lire la suite

Parution du livre le 3 octobre 2002 – Le vendredi 2 novembre 1979, Jacques Mesrine tombait dans une embuscade, porte de Clignancourt à Paris. L’ennemi public n°1, qui avait défié le régime, la justice et la police française pendant plus de dix ans, finissait sous le feu de plusieurs armes automatiques, assis, sanglé au volant de sa voiture. Pour la première fois, le commissaire divisionnaire Aimé-Blanc, ancien patron de l’Office central de répression du banditisme, s’est résolu à raconter la vérité sur la mort de Jacques Mesrine. Toute la vérité ! Son récit, véritable roman noir, dépasse de loin tout ce qui a pu être soupçonné ou imaginé. Il révèle les dessous d’une affaire d’Etat, dont il fut le marionnettiste : manipulation d’indicateurs, mise en liberté de malfaiteur, protection d’un cambriolage, pression sur les magistrats, chantage, menaces… Il nous entraîne dans le monde des indics, des intrigues judiciaires et des manipulations policières où petits malfrats, journalistes véreux,  » balances  » et policiers ripoux côtoyaient, dans les coulisses du pouvoir giscardien, les plus grands noms de la police, de la magistrature et du gouvernement.

Lucien Aimé-Blanc, né le 13 mars 1935 à Marseille, fils d’un résistant déporté et mort à Dachau, licencié en droit, entre comme commissaire adjoint à la Préfecture de Police de Paris en janvier 1962. En 1966, il rejoint la « Brigade antigang », adjoint du commissaire Le Moël. En 1974, à la tête de Ia brigade des stups de Marseille, il contribue au démantèlement de la « French Connection ». Nommé commissaire divisionnaire en 1977, il dirige l’OCRB à Paris. En 1982, il devient directeur du SRPJ de Lille…

Editeur : PLON


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *