Violette – film 2013 – Emmanuelle Devos qualifie son personnage d’« attachiante » !

Synopsis : Pendant l’Occupation, Violette Leduc vit cachée à la campagne avec son mari Maurice Sachs, un écrivain qui aime l’auto-fiction. Celui-ci encourage sa femme à écrire sur ses propres expériences. Le couple prétend être marié alors que Sachs est homosexuel et que Violette, qui se trouve affreuse, est à la recherche d’affection et de plaisir charnel. Leduc monte à Paris, où elle découvre le travail de Simone de Beauvoir, qui vient juste d’écrire «L’invitée». Elle parvient à lui montrer son premier manuscrit. Impressionnée par son travail, De Beauvoir parvient à la faire publier. De son côté, Violette a une fascination sans bornes pour «Le Castor»…Réalisé par Martin Provost (2013)

Avec Emmanuelle Devos (Violette Leduc) , Sandrine Kiberlain (Simone de Beauvoir) , Olivier Gourmet (Jacques Guérin) … Voir la distribution

Trailer du film Violette – Violette Bande-annonce VF

Violette Leduc : film « Violette Leduc » – Entrée libre

Hier, Séraphine de Senlis, aujourd’hui, Violette Leduc. De toute évidence, Martin Provost aime les cabossées, les provocatrices, les rejetées : celles qu’on enfer­me (dans un asile ou en elles-mêmes) pour les empêcher de peindre ou d’écrire. Pour lui, Séraphine et Violette sont des soeurs jumelles, unies par leur laideur et le peu d’amour qu’elles suscitent autour d’elles. Et en elles. Il les filme de la même façon : saisies de près ou de loin par de longs travellings, elles marchent, elles marchent sans cesse, elles ne font que marcher vers un but qui se dérobe. Elles sont abruptes, pas faciles et même carrément insupportables (sur le tournage, Emmanuelle Devos qualifiait son personnage d’« attachiante » !), mais, curieusement, c’est en scènes lentes, presque calmes que le cinéaste traduit leur emportement. C’est que la force des sentiments passe, chez lui, par une sagesse (parfois excessive) de la forme… Critique lors de la sortie en salle le 06/11/2013 par Pierre Murat – Lire la suite sur telerama

Fille de comédiens, Emmanuelle Devos quitte le lycée en classe de première pour se consacrer au théâtre. Elève au cours Florent, elle y a pour professeur Francis Huster, qui lui offre sa première apparition à l’écran dans On a volé Charlie Spencer ! en 1986. Proche de la jeune génération de cinéastes issus de la Fémis, elle tourne dans les premières oeuvres de deux de ses plus brillants représentants : Noémie Lvovsky (le court Dis-moi oui, dis-moi non en 1989) et Arnaud Desplechin (le moyen-métrage La Vie des morts en 1990). Aux côtés d’Emmanuel Salinger ou Marianne Denicourt, Emmanuelle Devos devient une des figures familières de l’univers de Desplechin : à l’intérieur du choral Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), ses émouvants monologues lui valent une nomination au César du Meilleur espoir féminin en 1997. Cérébrale et charnelle à la fois, l’actrice tient des seconds rôle… Lire la suite

Petite fille solitaire qui aime faire rire son entourage, Sandrine Kiberlain est très tôt attirée par la comédie. Lycéenne, elle parle de ce désir à Francis Huster, qui lui propose de venir observer le travail des élèves du Cours Florent. Le bac en poche, elle y sera admise en classe libre. Elle intègre ensuite le Conservatoire (en ayant passé des scènes du Cid et de… Annie Hall) avec pour prof Daniel Mesguich. Au cinéma, après plusieurs apparitions (Cours privé en 1986, Cyrano de Bergerac en 1990), elle décroche le rôle d’une call girl dans Les Patriotes de Rochant, prestation qui lui vaut une nomination au César du Meilleur espoir en 1995. Sollicitée par les jeunes réalisatrices, de Sophie Fillières à Laurence Ferreira Barbosa, en passant par Pascale Bailly, l’actrice rencontre bientôt une autre cinéaste prometteuse, Laetitia Masson, qui lui offre le rôle principal de son premier … Lire la suite

Parution du livre le 23 octobre 2013 – Vingt ans après la mort de Violette Leduc (1907-1972), j’écrivais, pour la collection que dirigeaient J-M-G. Le Clézio et sa femme Jemia, et qu’animait Philippe Rey, un hommage à cet écrivain dont la découverte a été déterminante pour moi. Le principe de cette collection éphémère était de proposer un texte qui soit à la fois un portrait et une confidence intime. Il ne s’agit donc pas d’une biographie, mais du récit très personnel de mon rapport avec l’oeuvre de Violette Leduc.

J’y raconte l’influence qu’elle exerça sur ma vie personnelle et ma vie de lecteur et d’écrivain. J’y analyse ses livres, en les comparant à d’autres oeuvres qui ont également compté pour moi (Marguerite Duras, Jean Genet, Tony Duvert, Julien Green, Pasolini entre autres). Lorsque Martin Provost préparait son film Séraphine, je fis sa rencontre et lui appris que Violette Leduc était une grande admiratrice de cette artiste autodidacte et mystique.

Martin se mit à lire Violette Leduc et, complètement conquis par son talent et sa personnalité, il décida de lui consacrer un film, en me demandant mon aide pour l’écriture du scénario, avec son ami Marc Abdelnour. Ce film que j’ai co-écrit évoque donc la vie de Violette entre 1942 et 1958, c’est-à-dire entre le moment où elle écrit son premier livre et celui où elle commence la rédaction de La Bâtarde et va donc connaître le succès.

René de Ceccatty est l’auteur d’une trentaine de romans (L’Accompagnement, Aimer, Une fin, L’Hôte invisible, Raphaël et Raphaël), essais (Noir souci) et biographies (Pasolini, Callas, Moravia), chez Gallimard, au Seuil et chez Flammarion. Il a publié en mars 2013 un récit sur Greta Garbo, Un renoncement (Flammarion). Editeur au Seuil et traducteur d’italien et de japonais, il écrit aussi pour le théâtre (le plus souvent avec Alfredo Arias) et le cinéma.

Il est le co-scénariste du film de Martin Provost, Violette.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *