Verere Saint-Leger Goold (1907) par Philippe Collin

Vere Goold à bord du « La Loire » 1908 (coll. P. Collin)

Le 17 juillet 1908, Vere Goold quitte le dépôt de Saint-Martin de Ré pour embarquer sur « La Loire » à destination de la Guyane et de son bagne qui aura rapidement raison de lui puisqu’il y meurt le 19 avril 1909 à l’âge de 56 ans1. L’homme venait avec sa femme Marie Girodin de défrayer la chronique judiciaire, pour avoir tué à Monaco une riche héritière suédoise, Emma Levin, que l’on avait retrouvée en morceaux dans les bagages qui les suivaient en gare de Marseille.

Qui pouvait croire que ce grand corps sec et voûté, ce visage émacié aux oreilles proéminentes et décollées, aux sourcils broussailleux était celui d’un ancien séducteur de la jetset de la fin du XIXe siècle et qui, sportif accompli, fut même finaliste du troisième tournoi de Wimbledon ?

Trois petits cahiers écrits de sa main où il raconte sa vie et son crime, un témoignage direct sur lui par un médecin du bagne, concernant son séjour en Guyane, et des photos viennent de refaire surface un siècle après sa mort…

Pour en savoir plus voir le billet publié par PHILIPPE COLLIN sur le site criminocorpus


Vous aimerez aussi...