« Rapt » – film 2009 réalisé par Lucas Belvaux

« L’enlèvement d’Édouard-Jean Empain, le PDG du groupe Empain-Schneider, le 23 janvier 1978 alors qu’il sortait de chez lui avenue Foch fait la une de tous le journaux. Les ravisseurs demandent une rançon exorbitante…

Les négociations durent, plusieurs tentatives d’échange échouent. Finalement libéré sain et sauf 2 mois plus tard, le baron d’Empain raconte son détention tandis que ses ravisseurs sont arrêtés et écroués… » sur 13eme rue

SYNOPSIS ET DÉTAILS : Homme d’industrie et de pouvoir, Stanislas Graff est enlevé un matin comme les autres devant son immeuble par un commando de truands.

Commence alors un calvaire qui durera plusieurs semaines. Amputé, humilié, nié dans son humanité, il résiste en ne laissant aucune prise à ses ravisseurs. Il accepte tout sans révolte, sans cri, sans plainte, c’est par la dignité qu’il répond à la barbarie.
Coupé du monde, ne recevant que des bribes d’informations par ses geôliers, Graff ne comprend pas que personne ne veuille payer la somme qui le délivrerait.
Au-dehors, son monde se fissure au fur et à mesure de la révélation de sa personnalité. Tout ce qu’il avait réussi à garder d’intimité, son jardin secret, est révélé à sa famille par l’enquête de police ou celle de la presse.
Chacun découvre un homme qui est loin de ressembler à celui qu’il imaginait.
Quand il retrouvera la liberté, ce sera pour s’apercevoir qu’il a tout perdu, l’amour des siens, l’estime de ses collègues, son pouvoir, la confiance en ses proches.
Sa libération se révélera plus difficile à vivre que sa captivité.
Date de sortie 18 novembre 2009 (2h 05min)
Genres Drame, Thriller

Rapt , un film inspiré de l’enlèvement du baron Empain

« Après les humiliés du Nord (La Raison du plus faible), voici les puissants du 16e arrondissement parisien. Lucas Belvaux passe dans le camp adverse (sans y perdre son âme), en suivant Stanislas Graff (Yvan Attal), capitaine d’industrie, qui est kidnappé. C’est tranchant, ça s’enchaîne vite. L’histoire rappelle celle vécue par le baron Empain en 1978. Belvaux s’en inspire et s’en détache, la transposant à notre époque. La détention est violente pour Graff. On lui coupe un doigt, il croupit dans le noir, souffre mais ne supplie pas. Blessé, hirsute, ce privilégié soudain en disgrâce garde une dignité — rendue possible par l’interprétation fine d’Yvan Attal. En le brutalisant, ses geôliers continuent de l’appeler « président ».

En vérité, président, il l’est de moins en moins au fil des jours. Les révélations de la presse à scandale tombent. Le vent tourne. Graff devient un chien dans un jeu de quilles. Il embarrasse tout le monde, révèle la cupidité du système. On ne lui pardonne pas d’être un vrai joueur, autrement dit, un faussaire. Quelqu’un qui risque, fraie avec des ministres comme avec des milieux interlopes. Du coup, dehors, l’enfer continue — on le surveille, on le soupçonne. L’homme d’action du début finit en homme vacant. Riche mais déclassé. Libre mais en danger ». — Jacques Morice, Critique du 29/09/2012 dans television.telerama

Élève au Cours Florent après une enfance à Créteil, Yvan Attal débute en 1988 sur scène, dans la pièce « Biloxi Blues » de Neil Simon, et dans un téléfilm d’Elie Chouraqui, Parlez-moi d’amour. Mais c’est sa rencontre avec Eric Rochant qui va lancer sa carrière. Sa première apparition à l’écran, en ami squatteur d’Hippolyte Girardot dans Un monde sans pitié, lui vaut en 1989 le Prix Michel-Simon et, l’année suivante, le César du Meilleur espoir masculin.Rochant confie à Attal le rôle principal de ses deux films suivants : Aux Yeux du monde, qui marque la rencontre du comédien avec celle qui deviendra sa compagne, Charlotte Gainsbourg, et Les Patriotes, film d’espionnage tourné sur sa terre natale, Israël. Jouant volontiers les héros tourmentés et les mauvais garçons, de Cantique de la racaille à Bon voyage, Yvan Attal, lauréat du prix Jean-Gabin en 1997, s’illustre aussi dans un registre pl… Lire la suite
Fille du haut-fonctionnaire Pierre Consigny, Anne Consigny a très tôt envie de devenir comédienne. A seulement 9 ans, elle monte sur les planches dans la Quatrième journée du Soulier de satin montée par Jean-Louis Barrault. Elle joue bientôt chez Peter Brook et intègre la Comédie-Française l’année de sa majorité. Après une première apparition à l’écran en 1981 dans Rêve après rêve réalisé par le couturier Kenzo (inédit en France), elle retrouve Claudel à l’écran en 1984 pour Le Soulier de satin, adapté cette fois par Manoel de Oliveira. Après cette belle expérience, l’actrice ne reçoit pourtant pas d’autres propositions au cinéma. Elle décroche quelques rôles au théâtre mais à l’approche de la trentaine, envisage d’abandonner sa carrière, et reprend ses études de droit.Anne Consigny retrouve les plateaux de cinéma au début des années 2000. Dirigée par Arnaud Desplechin dans Léo en jouant… Lire la suite

Quelques documents pour en savoir plus sur l’enlèvement du baron Empain :

L’enlevement du baron Empain – Faites entrer l’accusé


Vous aimerez aussi...