Les Révoltés de l’île du Diable – film 2010

Synopsis : En 1915, à quelques heures de route d’Oslo, la maison de redressement de Bastoy referme ses portes sur deux nouveaux détenus, Erling et Ivar. Erling devient le numéro 19 et Ivar, le numéro 5. Autant Ivar est faible, autant Erling manifeste des qualités de meneur qu’il essaie d’imposer dans son dortoir, face à la brute qui y sévit et à son leader jusque-là incontesté, numéro 1. Une forme de solidarité unit bientôt les plus résistants face aux brutalités de l’institution. Ivar, livré à lui-même, devient la proie du surveillant général, qui le viole régulièrement. Erling parvient à s’enfuir. Repris, il est ramené sur l’île de Bastoy. La révolte éclate … Réalisé par Marius Holst (2011)

Avec Stellan Skarsgard (Bestyreren) , Benjamin Helstad (Erling) , Kristoffer Joner (Brathen) … Voir la distribution

LES RÉVOLTÉS DE L’ILE DU DIABLE – YouTube

Les révoltés de l’ile du Diable – YouTube

Critique du 09/08/2014 – « C’est le pendant norvégien des Magdalene Sisters. Avec, au coeur des sévices et des hypocrisies, un centre de redressement pour garçons (qui a existé jusqu’en 1953). Le scénario aligne des épisodes attendus (l’arrivée d’un petit nouveau cabossé et cabochard…) que la vigueur de la mise en scène rend étrangement émouvants. Superbe photo qui oppose à la noirceur des bâtiments la luminosité presque aveuglante des paysages. Et belle interprétation des gamins ; Benjamin Helstad surtout, qui, parce qu’il ne sait ni lire ni écrire, dicte à son copain une fiction qui l’obsède : l’histoire, à la Herman Melville, d’une baleine blessée qui n’en finit pas de mourir »… — Pierre Murat dans telerama

Révélé à 16 ans par Bombi Bitt och Jag, une série télévisée dans laquelle il tient le rôle principal, le Suédois Stellan Skarsgard rejoint en 1972 le Théâtre Royal de Stockholm. Il en devient un des piliers, travaillant, durant quinze ans, sous la direction des plus grands metteurs en scènes scandinaves, parmi lesquels Ingmar Bergman. Stellan Skarsgard apparaît pour la première fois au cinéma en 1972 dans Firmafesten de Jan Halldoff, et devient bientôt l’un des acteurs les plus populaires de son pays, décrochant en 1982 le Guldbagge – équivalent suédois des César – pour son rôle dans L’ Assassin candide, qui lui vaut également le Prix d’interprétation au Festival de Berlin. Remarqué par les cinéastes américains, il apparaît dans L’Insoutenable Légèreté de l’être de Philip Kaufman et A la poursuite d’Octobre rouge de John McTiernan. En 1996, Stellan Skarsgard incarne un ouvrier paralysé… Lire la suite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *