Chili, septembre 1973 : un stade et un coup d’état – Le stade national du Chili, approche historique

Le stade national du Chili devient un camp de prisonniers

Le Stade national de Santiago est devenu au Chili un lieu central de la mémoire du coup d’état militaire de septembre 1973. Au travers l’évocation de quelques faits liés au destin particulier de cette enceinte sportive, nous revenons ici sur l’une des pages les plus sombres de l’histoire du Chili.

C’est à Santiago que se trouvent les deux monuments les plus célèbres et les plus emblématiques du Chili : la Moneda, le palais présidentiel depuis 1845, et “el Estadio nacional” qui est le “coeur” de la passion chilienne pour le football. Construit en 1938, le stade national est le lieu des émotions sportives les plus mémorables du pays, telles que la qualification pour les quarts de finale de la coupe du monde de 1962 organisée par le Chili ou la victoire de la Copa América 2015. Mais, pour les plus de 50 ans, l’image du Stade national est indissociable de la fin brutale de l’expérience socialiste de l’ Unité populaire menée par le président Salvador Allende. Le lendemain du coup d’état militaire de septembre 1973, il devient pour quelques semaines le principal centre de détention, de tortures et d’exécutions du pays. Les images des centaines de prisonniers politiques assis dans les gradins, sous la menace des mitraillettes de leurs geôliers en uniforme, sont gravées dans la mémoire collective et sont devenues emblématiques d’une des périodes les plus sombres de l’histoire contemporaine de l’Amérique du sud. En septembre 1973, le stade national a donc acquis une dimension historique et il nous a paru intéressant d’évoquer ce pan de l’histoire du Chili au travers le destin particulier de ce monument dédié aux joies collectives du sport … Photographie à la une bande défilante : le stade national devient un camp de prisonniers.

Pour en savoir plus voir le billet publié par Gilles Legroux le mardi 14 mars 2017 sur le site clionautes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *