Le site historique du pénitencier de Eastern State, Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis

Looking south toward Center City Philadelphia, 2015. Courtesy of Tim Emgushov.

Auteur : Sara Jane Elke est présidente et directrice générale du site historique du pénitencier de Eastern State  (Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis). Cet article a été traduit de l’anglais par Florence Cabaret.

Résumé : À une époque, le pénitencier d’Eastern State fut la prison la plus célèbre et la plus coûteuse jamais construite au monde mais, désormais, il n’est plus que l’ombre de lui-même ; il est hanté par les ruines, les cellules délabrées et les tours de garde désertes. Connue pour son impressionnante conception architecturale et la discipline très stricte qui y régnait, cette prison avait été conçue pour inspirer le remord ou le regret sincère dans le cœur des prisonniers et elle fut le premier vrai « pénitencier » du monde.

Cet article revient sur les origines du pénitencier, sur la réussite du système pennsylvanien de réforme pénitentiaire et sa disparition progressive. Il explore également la diffusion de ce modèle à travers le monde avant que les différents établissements ne soient fermés et abandonnés. Après 20 ans d’oubli, ce monument incontournable de l’histoire nationale fut rouvert en tant que  musée en 1994. Aujourd’hui, c’est un établissement dont certaines parties sont abîmées mais stabilisées, et qui accueille 300 000 visiteurs par an à l’occasion de visites guidées, d’expositions, d’installations artistiques, d’événements culturels variés et d’une levée de fonds autour d’une animation saisonnière, Terror Behind the Walls.

Abstract : Eastern State Penitentiary was once the most famous and expensive prison in the world, but stands today in ruin, a haunting world of crumbling cellblocks and empty guard towers. Known for its grand architecture and strict discipline, this was the world’s first true “penitentiary,” a prison designed to inspire penitence, or true regret, in the hearts of convicts.

This article explores the origin of the penitentiary, the rise and fall of the Pennsylvania system of prison reform in the 19th century, how it was copied worldwide, and its closing and abandonment.  After twenty years of neglect, this National Historic Landmark was reopened as a prison museum in 1994.  Today it is a stabilized ruin that hosts over 300,000 visitors annually for tours, exhibits, artist installations, events and the annual fall fundraiser, Terror Behind the Walls.


Fairmount Avenue elevation, 2001. Courtesy of Albert Vecerka.

À une époque, le pénitencier d’Eastern State fut la prison la plus célèbre et la plus coûteuse jamais construite au monde mais, désormais, il n’est plus que l’ombre de lui-même, hanté par les  ruines, les cellules délabrées et les tours de garde désertes. Connue pour son impressionnante conception architecturale et la discipline très stricte qui y régnait, cette prison avait été conçue pour inspirer le remord ou le regret sincère dans le cœur des prisonniers et elle fut le premier vrai « pénitencier » de cette période. Fondé en 1829 par le Commonwealth de Pennsylvanie, il fonctionna jusqu’en 1970 : les cellules en arc de voûte uniquement éclairées par  la lumière du jour accueillirent nombre des malfaiteurs les plus connus des États-Unis, dont le voleur de banque « Slick Willie » et Al Capone.[1] La ville de Philadelphie s’en servit comme d’une prison pendant quelques mois encore en 1971 ; après quoi, le site fut laissé à l’abandon et personne ne s’en préoccupa pendant plus de vingt ans.

Aujourd’hui, ce pénitencier assez abîmé a été reconverti en un lieu culturel qui abrite un musée  à visée éducative, ainsi que des expositions, des événements culturels et des installations artistiques créées pour cet endroit en particulier. Alors que les États-Unis détiennent le taux de détention le plus élevé au monde avec 2,2 millions de citoyens incarcérés, ils n’ont pas de musée national de la détention : le pénitencier d’Eastern State pourrait donc bien jouer ce rôle. En plus du programme éducatif lancé au milieu des années 1990, le pénitencier a en effet mis en place des espaces d’échanges avec le public afin que l’on puisse y débattre de criminalité, de justice et des changements qui parcourent l’histoire du système pénal des États-Unis. Si la ville de Philadelphie est propriétaire des lieux, c’est le Site Historique du pénitencier d’Eastern State, organisme à but non lucratif, qui est chargé de leur gestion.

Eastern State :  la naissance du Système de Pennsylvanie

Ruinous Cellblock 11 from Death Row Yard, 2015. Collection of Eastern State Penitentiary Historic Site (ESPHS).

Imaginé par l’architecte John Haviland entre 1822 et 1836, l’imposant bâtiment d’inspiration néo-gothique incarnait parfaitement l’esprit du système carcéral pennsylvanien, qui trouvait ses fondements chez les Quakers, convaincus que les condamnés pouvaient prendre conscience des méfaits qu’ils avaient commis à condition que chaque prisonnier vive en cellule individuelle et apprenne un métier par la pratique et le travail.

Construit à partir de roches extraites localement (schiste et gneiss de la vallée de Wissahickon), le pénitencier occupe une surface d’environ 44 515 m2 entièrement ceinte d’un mur de 9 m de haut renforcé à chaque coin par des tours surmontées de créneaux. On ne peut y entrer qu’en empruntant les portes du bâtiment administratif, qui occupe le tiers central de la façade principale. Avec ses trois tours crénelées et ses fenêtres géminées à barreaux, le bâtiment administratif domine intégralement le mur d’enceinte et illustre à merveille le renouveau du style gothique de la période.

À l’intérieur de ces murs, les sept bâtiments originellement conçus autour de couloirs desservant les cellules de part et d’autre étaient disposés autour d’un observatoire octogonal tels les rayons d’une roue : ils matérialisaient ainsi une conception radiale dite « en étoile ». Les blocs 1 à 5 n’avaient qu’un étage tandis que les blocs 4 à 7 en possédaient deux. Les cellules individuelles de ces bâtiments étaient dotées d’une cour de promenade adjacente et d’un « environnement sous contrôle » comprenant, pour chaque cellule, chauffage, ventilation, lumière  naturelle, eau et installations sanitaires avec évacuation. Quant aux prisonniers qui étaient incarcérés au deuxième étage,  ils disposaient d’une cellule adjacente dont ils se servaient comme espace de promenade.

Plusieurs décennies après la construction des premiers bâtiments, des ajouts et modifications ont été apportés, en particulier dans les espaces restés libres entre chaque bâtiment, mais sans que cela n’altère la conception géométrique de départ. Les bâtiments ainsi insérés au cours du XIXème siècle ressemblaient aux prototypes dessinés par Haviland ; à l’inverse, ceux qui ajoutèrent de nouveaux bâtiments au XXème siècle ne se soucièrent pas de conserver le style propre au pénitencier et ils se contentèrent d’adopter le type de construction institutionnel contemporain de leur époque. S’il avait d’abord été prévu que le pénitencier puisse héberger 450 prisonniers, au moment de sa fermeture en 1971, on y avait parfois entassé jusqu’à 1700 détenus. Malgré tout, le plan d’ensemble conçu par Haviland était resté globalement intact, de même que le mur d’enceinte, le bâtiment administratif et les sept blocs contenant les cellules, ainsi que l’intérieur de l’observatoire situé à l’intersection de chaque bâtiment.

Eastern State:  étape incontournable des débuts de l’histoire pénitentiaire aux États-Unis

Abandoned Hospital Block (Cellblock 3), 2001. Vecerka.

Le pénitencier d’Eastern State est la prison dont l’influence a été la plus importante dans l’histoire de la détention.[2] Certaines prisons ont pu acquérir un statut culturel particulièrement notable du fait des prisonniers politiques qui y ont vécu (comme c’est le cas de la prison de Robben Island en Afrique du Sud, où Nelson Mandela fut enfermé) ou de leur place dans la culture populaire (telle Alcatraz pour San Francisco), mais c’est le pénitencier d’Eastern State qui a joué un rôle absolument crucial dans la manière dont on a commencé à considérer les prisonniers dans le monde entier il y a deux siècles de cela.

À partir d’un idéal de réformes sociales soutenues par de puissantes mobilisations au cours du XVIIIème siècle,  ce pénitencier fut la figure de proue d’un mouvement de réforme des prisons qui commençait à émerger à l’échelle internationale. L’idée était  de réformer les prisonniers en les isolant les uns des autres  dans des cellules individuelles. Travail, éducation scolaire et pratiques religieuses furent mis en œuvre dans les cellules mêmes et les détenu(e)s pouvaient pratiquer une activité physique dans la cour attenante à leur cellule. C’est ce qu’on appelait le système de Pennsylvanie, ou encore le système séparé. Il fut ainsi aménagé dans quelques états américains où l’on autorisa les prisonniers à travailler et à prendre un repas par jour avec d’autres s’ils respectaient strictement la règle du silence. (Quant au système Auburn, dit justement « système du silence », où la dimension punitive  primait sur la dimension réformatrice de l’enfermement, il fut mis en place dans les prisons d’Auburn et de Sing Sing dans l’état de New York.[3] Sing Sing fut d’ailleurs construite dans la perspective de faire appliquer ce système.)[4]  Au pénitencier d’Eastern State,  l’organisation radiale des bâtiments, son réseau de tuyaux particulièrement efficace, son système de ventilation et de chauffage et cette idée révolutionnaire qui consistait à séparer et à isoler les prisonniers les uns des autres  devint un véritable modèle de conception pénitentiaire si bien qu’à l’échelle de six continents, plus de 300 prisons furent construites suivant ce schéma.[5]  Qui plus est, la possibilité d’y adjoindre des « espaces sous contrôle » intégrés, ce qui ne s’était jamais vu auparavant, en fait incontestablement le premier bâtiment « moderne » au monde.[6]

Une telle influence, notable dès avant la fin des travaux de construction du pénitencier, continua de s’exercer jusqu’au XXème siècle ; ce pourquoi le lieu fut classé au patrimoine historique national des États-Unis en 1965, alors qu’il servait encore de prison. Aucun établissement pénitentiaire n’a eu un impact mondial aussi durable sur les fondements théoriques, architecturaux et technologiques présidant à la conception d’une prison. Si l’on constate désormais que l’organisation originelle du pénitencier a été remarquablement conservée, il apparaît aussi que les ajouts subséquents sont le reflet de l’évolution des idées et du développement technique qui ont modifié l’approche de l’incarcération au fil des ans. C’est ainsi qu’aujourd’hui, le pénitencier incarne le modèle de prison le plus influent jamais conçu au monde mais qu’il donne également à observer l’accumulation des changements théoriques et technologiques qui lui ont succédé.

Barber chair, 2005. Courtesy of Michael Cevoli.

En 1818, l’assemblée générale de Pennsylvanie adopta un nouveau système de discipline carcérale dans le cadre du Commonwealth et autorisa la construction de deux pénitenciers : le premier, pour le district ouest (qui fut un échec et qui n’existe plus aujourd’hui), fut construit non loin de Pittsburgh peu de temps après la décision de l’assemblée générale. C’est en 1822 que débutèrent les opérations de terrassement et la pose des fondations du pénitencier de Philadelphie telles que l’architecte John Haviland[7] les avaient prévues. L’ensemble était situé sur un ancien verger de cerisiers, dans les environs de Philadelphie[8], à un endroit qui serait bientôt localisé le long de Fairmount Avenue.

On commença d’abord à ériger les murs d’enceinte, puis la « maison principale » (Headhouse) également connue sous le nom de Administration Building, et le bâtiment central, aussi appelé Observatory. Trois bâtiments d’un étage regroupant les cellules suivirent entre 1826 et 1831, et le premier à accueillir des prisonniers ouvrit en octobre 1829. Après 1831, afin de répondre à l’augmentation croissante de la population carcérale, Haviland modifia les plans des bâtiments cellulaires pour y ajouter un deuxième étage et y apporter un certain nombre d’améliorations. Et ce sont les quatre blocs de deux étages érigés entre 1831 et 1836 qui servirent de modèles pour la plupart des prisons séparées construites à l’étranger par la suite, mis à part quelques établissements qui s’inspirèrent plutôt des blocs d’un étage, surtout au Japon et en Chine.[9]

Il ne fait pas de doute que la forteresse d’Haviland ait été conçue pour impressionner, voire intimider —du fait de son apparence lugubre et massive d’inspiration néo-gothique, mais aussi de part sa localisation au sommet d’une colline— ; pourtant, elle abrite une conception intérieure qui se voulait tout le contraire, même si elle demeure tout aussi impressionnante.[10] Dans l’enceinte de la prison, certains bâtiments ne sont pas sans évoquer l’architecture religieuse : les couloirs hauts de plafonds et les petites cellules où l’on retrouve chaque fois des voûtes en berceaux ressemblent assez explicitement à des églises et des chapelles.

Haviland avait conçu une prison qui plaçait le prisonnier au centre : ses besoins sanitaires et son confort matériel constituent le socle du texte qu’il avait rédigé en 1822, intitulé « Explication de la conception d’un pénitencier ».[11] Ce document n’était autre qu’une proposition en forme de vision sociale rédigée à l’intention des services professionnels concernés. Ce pour quoi on attribue à Haviland le mérite d’être le premier à avoir formalisé l’intégralité de la réalisation d’une telle vision, même si cette réalisation était loin d’être parfaite.

Eastern State: une prison de son temps

Abandoned storeroom, 2005. Cevoli.

À l’époque où il fut construit, le pénitencier d’Eastern State était la prison la plus étudiée et la plus visitée du monde ; il était ainsi considéré comme l’emblème du mouvement de réforme sociale qui anima le XIXème siècle.[12] Le pénitencier était la preuve tangible d’un précédent sans égal : il était possible de mettre en œuvre une théorie sociale qui s’incarnait dans une structure matérielle coûteuse et complexe témoignant des nouvelles valeurs d’une société qui se montrait ainsi désireuse de concrétiser des réformes sociales et humanitaires.

Émergeant d’un bouillonnement social qui plongeait ses racines au Siècle des Lumières mais aussi dans l’extraordinaire transfert de pouvoir opéré au moment de la Révolution industrielle, une réflexion d’ampleur prit forme autour de la notion de Loi et de ses implications théoriques et pratiques. La réforme du régime pénal et des lois en la matière avait commencé dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle et avait atteint sa phase la plus active en Europe. On fait souvent démarrer l’histoire de la réforme pénitentiaire avec les écrits de John Howard, philanthrope et shérif du comté de Bedfordshire en Angleterre. Celui-ci produisit un grand nombre de descriptions factuelles détaillées des conditions de vie dans les prisons et maisons de correction en Grande Bretagne et en Europe, et ses enquêtes furent publiées dans des éditions régulièrement reprises de L’État des prisons, qui avait d’abord paru en 1777.

Durant cette période, la réforme pénitentiaire fit très vite l’objet d’un soutien gouvernemental et populaire important. Dans le droit fil de ses conclusions sur l’influence délétère que les prisonniers pouvaient avoir les uns sur les autres, Howard avait proposé que soit mis en place un régime d’isolement dans des cellules distinctes ainsi qu’un régime de silence pendant les heures de travail. Il était convaincu qu’une surveillance adaptée des prisonniers et des gardiens permettrait de résoudre nombre des maux des prisons de son temps. Suite à la perte des colonies d’Amérique, qui servaient de soupapes en accueillant les criminels déportés depuis Londres, et parce que la peine de mort était de plus en plus perçue comme une punition disproportionnée de moins en moins utilisée à la fin du XVIIIème siècle, il fallut construire davantage de prisons, surtout en Irlande et en Angleterre, pour contenir une population carcérale dont le nombre augmentait rapidement. On considérait en effet qu’une surveillance accrue, associée à un système qui séparaient les prisonniers en les regroupant suivant certaines caractéristiques individuelles ou en les isolant dans des cellules différentes, était la condition sine qua non d’une bonne administration des prisons. Cette philosophie de la détention pénale et cet intérêt pour la surveillance se retrouvent dans les quelques hospices, geôles et prisons de comtés construits à ce moment-là, même si aucun de ces bâtiments ne parvint à mettre en œuvre cet objectif somme toute limité. Dans les quelques cas où les autorités avaient essayé de pratiquer l’incarcération séparée, les projets furent abandonnés du fait de la surpopulation carcérale la plupart du temps. Si, au début du XIXème siècle, la réforme morale du criminel était devenue l’un des principaux objectifs du mouvement de réforme des prisons en Grande Bretagne et sur le continent, il fallut attendre les années 1830 pour que se mette en place un programme cohérent et précis de régime interne au sein des prisons.

Engraving of Eastern State Penitentiary, 1831. C. Burton.

On aurait pu penser que seul un pays stable politiquement, depuis longtemps soutenu par un système gouvernemental éprouvé et des structures sociales pérennes, puisse s’offrir le luxe d’une telle ambition réformatrice. Mais, les réformateurs du XIXème siècle puisèrent aussi leur inspiration auprès du Nouveau Monde afin d’instiller des idées différentes dans des mouvements qui se retrouvaient alors dans une impasse. Dans certaines colonies nord-américaines, notamment en Pennsylvanie où les Quakers étaient très actifs, la réforme des prisons et du droit pénal émergea relativement tôt. En 1787, des Quakers épaulés par des réformateurs qui partageaient la même sensibilité créèrent la « Société de Philadelphie pour la promotion de la réduction des souffrances dans les prisons publiques », aujourd’hui connue sous le nom de « Société des prisons de Pennsylvanie ». Les membres de cette société, la première du genre dans le monde entier, ne cessèrent de faire pression sur le législateur à l’échelle du comté et de l’état pour que l’on remplace la peine de mort par une peine d’emprisonnement. C’est ainsi qu’en 1790, la prison de Walnut Street à Philadelphie fut transformée en prison d’état.[13]

À la prison de Walnut Street, les équipements initiaux ne permirent pas malgré tout de mettre en place un fonctionnement plus élaboré, ni d’accueillir une population carcérale plus importante.  Au cours des quarante années qui suivirent, les réformateurs de Philadelphie imaginèrent une philosophie cohérente du système pénitentiaire, laquelle puisait sa source aux idées chrétiennes de rédemption, elles-mêmes ancrées dans des pratiques antérieures d’incarcérations monacales, mais aussi dans les premières tentatives de réformes des prisons en Europe et dans l’influence constante exercée par les Quakers. Les réformateurs de Philadelphie connaissait l’ouvrage intitulé L’État des prisons d’Howard ; ils connaissaient également les efforts d’Elizabeth Fry pour améliorer le sort des femmes au sein de la prison londonienne de New Gate.[14]

Parce que cette question délicate de réforme pénale était « dans l’air » à la fin du XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle en Europe et dans les Amériques, l’idée que l’on puisse combiner avec succès une nouvelle méthode de réforme à une nouvelle architecture carcérale préoccupait davantage l’opinion publique et aiguisait l’intérêt des hommes politiques et de gouvernement. Juste après la Révolution américaine, les efforts consentis par les réformateurs au sein de la  jeune république retinrent l’attention des Européens, dont certains trouvaient intéressant de voir par eux-mêmes ces expériences sociales exemplaires. En 1793, le duc de la Rochefoucauld-Liancourt (qui deviendra plus tard président de l’Assemblée nationale française) visita la prison de Walnut Street à Philadelphie et, en 1796, un compte-rendu de cette visite fit l’objet d’une publication à Philadelphie et à Paris.

Eastern State : la première construction « moderne »

John Haviland radial plan as completed in 1836. Demetz and Blouet, Rapports . . . sur les pénitenciers des États-Unis, 1837.

John Haviland réussit à proposer un plan du pénitencier d’Eastern State qui conciliait les exigences de soins des prisonniers mais aussi la nécessité d’isoler ces mêmes prisonniers. Ce plan d’origine révèle l’intégrité de sa vision.[15] Sept bâtiments cellulaires étaient disposés en étoile autour de l’observatoire central de surveillance. Les innovations techniques qu’il avait conçues dès 1822 étaient sans précédent : on n’avait jamais vu une mise en œuvre si cohérente et si interdépendante à la fois.  Il faut se rappeler qu’à cette époque, la plupart des foyers riches ne disposaient pas d’eau courante et qu’ils étaient chauffés au charbon ;  mais, à Eastern State, chaque prisonnier et prisonnière (il y eut des détenues femmes à Eastern State jusqu’en 1923, période à laquelle elles furent transférées ailleurs) possédait une cellule particulière avec chauffage central, ventilation forcée, eau courante, toilettes avec chasse d’eau et lumière naturelle. Et, à partir de leur cellule, ils et elles pouvaient accéder directement à une cours privée close par un mur de 3 m de haut pour leurs exercices physiques.

En plus de l’influence de la conception radiale du pénitencier à l’échelle mondiale, il ne fait pas de doute qu’Eastern State représente le premier effort d’aménagement systématique d’un environnement où les commodités étaient toutes contrôlées à distance et équipées des derniers progrès en matière de technique. Haviland s’employa à généraliser les moyens techniques les plus élémentaires dans des proportions jamais expérimentées jusque là. S’agissant du système sanitaire, il avait fait installer des toilettes en fonte, des tuyaux d’évacuation, des égouts internes alimentés par un réservoir central et vidés par d’énormes robinets hydrauliques situés à l’extrémité de chaque bâtiment cellulaire ; chaque cellule disposait également de tuyaux et de robinets pour l’eau courante.  Enfin, pour éclairer les cellules, il avait dessiné des puits de lumière en fonte adaptée (suivant une conception conique pour ceux qui avaient été installés dans les trois premiers bâtiments, puis avec une forme pyramidale pour les bâtiments construits après  1831) qui étaient destinés à optimiser l’accès de la lumière dans ces pièces où les prisonniers devaient travailler pendant la journée.

Haviland avait également tracé sous chaque bâtiment des tunnels où un homme pouvait tenir debout. Pour chauffer toutes les cellules, des poêles à charbon répartis aux extrémités de chaque bâtiment devait produire de l’air chaud envoyé dans les souterrains puis acheminé par un système de ventilation réglable installé dans le plancher. L’air frais n’était plus transmis par les moyens traditionnels qu’étaient les fenêtres ouvrantes : il provenait désormais de l’extérieur des bâtiments grâce à des entrées d’air débouchant dans le sol, avant d’être évacué par des conduites d’air vicié installées dans les couloirs au-dessus des plafonds en arc de voûte. L’hiver, les conduites d’air chaud et les conduites de ventilation fonctionnaient de pair, anticipant un fonctionnement qui serait utilisé plus tard par David Boswell Reid à la prison de Perth en Écosse et aux Maisons du parlement à Westminster.[16]

Une telle utilisation de nouvelles technologies afin de remédier aux problèmes sociaux et la confiance placée dans ce recours au progrès technique pour créer un environnement maîtrisé et programmé apparaissent ainsi avoir été les principes fondamentaux de ce que l’on appelle le Mouvement moderne en architecture, et justifie dès lors que l’on puisse affirmer que le pénitencier constitue le premier bâtiment d’architecture « moderne », tout autant (voire plus) que d’autres constructions majeures comme le Crystal Palace. Dès les premiers temps de son  occupation, le pénitencier fut la preuve des points forts et des points faibles de cette confiance nouvellement accordée en architecture à tel ou tel domaine particulier de la technique.[17]

Haviland imagina enfin une méthode sophistiquée pour distribuer la nourriture dans les trois premiers bâtiments cellulaires, grâce à un système de portes « passe-plats » qui pouvaient aussi servir de petite table côté cellule. Au fur et à mesure de la construction du pénitencier d’Eastern State, Haviland ne cessa d’apporter des changements à ces différents systèmes. Il abandonna ainsi les portes « passe-plats » pour des portes plus grandes donnant sur les couloirs dans les quatre derniers bâtiments ; les puits de lumière furent élargis et modifiés de manière à permettre une meilleure ventilation des premières cellules ; dans le bloc 7, le couloir est plus large et les cellules du deuxième étage ont été aménagées de façon à ce qu’elles soient mieux éclairées.

Eastern State :  un modèle pour le monde entier

Across the globe, 2014. Collection of ESPHS.

Le pénitencier d’Eastern State fut l’exemple le plus influent d’un modèle de prison totalement innovant créé pour mettre en pratique une nouvelle conception de la réforme de ses prisonniers. Si d’autres établissements pénitentiaires ont pu bénéficier d’une plus grande notoriété ou ont pu être associés à des événements historiques particuliers — on pense à la Bastille, à Newgate à Londres, et à Devil’s Island —, Eastern State demeure le seul à être parvenu à exercer une telle influence en matière de traitement des détenus. Plus qu’un prototype architectural ou une stratégie de rééducation, ce pénitencier est un symbole extraordinaire de l’optimisme, de l’énergie et des bonnes intentions de ce XIXème siècle, quand Philadelphie et le reste des États Unis étaient convaincus que tout était possible dans la nouvelle république.

Au XIXème siècle, presque toutes les prisons furent conçues à partir de l’un des deux systèmes :  le système Auburn dans l’état de New York, finalement adopté par la plupart des prisons d’état, et le système d’isolement de Pennsylvanie, adopté partout dans le monde. Le système de Pensylvanie fut associé à l’architecture d’Eastern State, qui incarnait la volonté de ses partisans de consacrer beaucoup pour réformer chaque individu (plutôt que de chercher à contrôler tous les criminels comme s’ils formaient une classe à part), ce qui passait par la nécessité d’offrir un confort matériel décent, par opposition à ce que l’on trouvait jusque là dans les établissements de stockage, véritables « cages pour humains ».[18] Dans les prisons à voûtes éclairées par des puits de lumière, les prisonniers d’Eastern State se voyaient offrir la lumière du ciel et du paradis, la parole de Dieu (grâce à des Bibles fournies par l’institution) et un travail respectable (de cordonnier, de tisserand, etc.), qui leur permettrait d’accéder au repentir.

Henry-Russell Hitchcock, historien réputé de l’architecture, a ainsi pu écrire que le pénitencier d’Eastern State  « fournissait un nouveau concept opératoire susceptible d’influencer fortement l’architecture carcérale à l’étranger »[19] tandis que George Tatum, autre spécialiste de l’histoire de l’architecture, fit remarquer que « en tant qu’aboutissement d’une longue lignée d’expériences en matière de réforme judiciaire, la prison de Philadelphie comptait parmi les bâtiments les plus célèbres de son temps et se démarquait comme la seule construction à avoir eu un rayonnement mondial. »[20]

Al Capone Bertillon Card. Courtesy of the Philadelphia City Archives.

En 1831, deux jeunes magistrats français, Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville, se rendirent aux États-Unis afin d’y visiter Eastern State ainsi que d’autres prisons. Au pénitencier,  Tocqueville interrogea tous les prisonniers au cours des huit jours sur les douze qu’il passa à Philadelphie et, plus tard, les deux hommes publièrent le fruit de leurs recherches à Paris. Quelques années après, le gouvernement français envoya en Amérique Frédéric-Auguste Demetz, qui était magistrat, et Guillaume Blouet, qui était architecte et travaillait pour le gouvernement. En 1837, Demetz et Blouet publièrent un rapport (avec des plans reproduisant certains parties d’Eastern State) où ils soulignaient les avantages de l’architecture et du traitement des prisonniers tels qu’ils les avaient observés à Philadelphie.[21]

D’autres pays avaient manifesté un net intérêt pour le pénitencier. En 1831, le Ministère de l’intérieur britannique envoya Sir William Crawford étudier les prisons américaines. Il fut particulièrement impressionné par Eastern State et publia son rapport en 1835, lui aussi avec des  plans.[22]  Le Haut Canada (Ontario) et le Bas Canada (Québec) dépêchèrent également des représentants en 1832 et 1834 respectivement , de même qu’ils correspondirent avec l’architecte d’Eastern State, John Haviland. En 1834, c’est la Prusse qui envoya le Dr. Nicolaus Julius de Berlin à Eastern State. Lui aussi se montra très favorable à l’architecture et au système qu’il découvrit à Philadelphie.[23] D’autres pays ou colonies s’employèrent également à envoyer  des officiels issus de leur gouvernement, dont l’Espagne, le Brésil, le Pérou, la Norvège, Antigua, la Jamaïque et Puerto Rico.[24]

Au cours  des voyages qu’il effectua à travers les États-Unis en 1824 et 1825, le Marquis de Lafayette visita Eastern State, qui était alors en construction.[25] D’autres grands personnages s’y rendirent également : Andrew Jackson et John Quincy Adams en 1833, mais aussi l’Empereur du Brésil, des membres du parlement britannique et de la chambre des députés français. En 1860,le Prince de Galles, qui deviendrait plus tard Edward VII, fut le premier membre de la famille royale à se rendre dans cette ancienne colonie rebelle. Même s’il ne resta pas plus de deux jours à Philadelphie, il trouva le temps d’assister à un opéra, de nouer une relation peut-être sentimentale avec la cantatrice et de visiter le pénitencier d’Eastern State

En 1842, Charles Dickens lui aussi visita le pénitencier. On raconte qu’il aurait alors déclaré : « Avec les chutes du Niagara, je pourrais presque dire que votre pénitencier est le deuxième endroit que je l’ai le plus envie de voir ici. » [26] Du fait de la renommée du lieu, mais aussi parce que c’était une prison, nombre de ceux qui venaient là en visite étaient de simples touristes, parmi lesquels se trouvaient des chefs indiens et des représentants de tribus issues du Wisconsin et du  Michigan. La plupart du temps, les visiteurs qui venaient d’Amérique latine et d’Europe avaient tendance à préférer le système de Pennsylvanie ainsi que l’architecture qui lui était associée au  système Auburn.[27]

Au XIXème siècle, l’Europe eut à affronter un important excédent de main d’oeuvre. Les États- Unis, à l’inverse, souffraient d’un manque chronique de main d’oeuvre. [28]  Si bien que l’Europe adopta volontiers le système de Pennsylvanie et accepta le principe d’un travail moins efficace de la part des détenus, puisque ce postulat était au cœur du système d’isolement et de séparation de chacun. Aux États-Unis, des usines florissantes produisaient en grande quantité et engrangeaient les bénéfices. Dans ces conditions, le système Auburn semblait proposer un fonctionnement rationnel auquel il était difficile de résister, surtout à une époque antérieure au renforcement de l’organisation du travail où l’on autorisait parfois certaines sociétés à construire et à diriger des usines dans l’enceinte des prisons, leur permettant ainsi de vendre sur le marché des biens fabriqués en prison et d’amortir les coûts liés à l’emprisonnement consentis par l’état.  Ce pour quoi, même si le système d’isolement fut expérimenté dans quelques états, il fut assez vite abandonné, sauf par l’institution de Philadelphie. Ce pour quoi également, même si la conception  radiale du plan d’Eastern State eut une influence notable sur la construction d’autres prisons à travers le pays, et ce jusqu’au XXème siècle, c’est généralement le système Auburn qui fut retenu pour les prisons américaines.

Eastern State :  de Philadelphie à SimCity

Inmate work crew, c. 1930. Collection of ESPHS.

La Grande Bretagne fut le premier pays à construire un prototype de prison calqué sur Eastern State. À Londres, dans la foulée du retour d’Amérique de William Crawford, la Parlement fit voter une loi décrétant les premiers principes qui permettraient au gouvernement national d’acquérir une forme de contrôle et de regard homogène sur les prisons locales.[30] Les inspecteurs qui furent nommés pour mener à bien cette entreprise avaient une nette préférence pour le système de Pennsylvanie et la « Prison modèle », connue plus tard sous le nom de Pentonville, fut construite entre 1840 et 1842.[31]  On attribua largement la paternité du plan radial qui y fut mis en place à «  M. Haviland, l’architecte qui conçut et construisit le pénitencier d’Eastern State à  Philadelphie. »  Très vite en Angleterre et au Pays de Galles, les prisons furent aménagées comme autant de variations du plan de Pentonville, et ce jusqu’à la fin du XIXème siècle. En  1885 déjà, le responsable de la Commission des prisons, Edmund Du Cane, indiquait que 54 nouvelles prisons étaient construites suivant le plan d’ensemble de Pentonville.[32]

Après les plans d’Haviland, tels qu’ils avaient pu être communiqués par l’architecte lui-même avant d’être relayés et publiés par Demetz et Blouet, et la construction de Pentonville, le pénitencier d’Eastern State allait exercer une influence réelle sur les constructions dans les colonies britanniques : que l’on songe à Montréal avec St. Vincent de Paul (1873) et la prison de Bordeaux (1913) ; à l’Australie avec Berrima, dans le New South Wales en 1840, et Melbourne dans l’état de Victoria dans les années 1850 ; New Plymouth et Auckland en Nouvelle Zélande aux environs de 1880 ; Pul-e-Charhi près de Kaboul en Afghanistan ; Salisbury en Rhodésie du Sud en 1936; La Vallette à Malte vers 1860 ; Rangoun (Yangon) en Birmanie vers 1890 ; et Shanghai dans les années 1930.

Le système de Pennsylvanie, les choix architecturaux du pénitencier d’Eastern State et, désormais, son satellite à Pentonville eurent une influence notable sur le continent européen.  À Berlin, une partie de prison de Moabit adopta le modèle de Pentonville en 1844 et fut à son tour abondamment copiée. Un autre établissement fut construit en Allemagne à Ratibor (aujourd’hui Racebórz en Pologne) à la même époque et par le même architecte, mais ce dernier opta pour un nouveau type de plan radial. Cette conception fut ensuite systématiquement retenue par les autorités allemandes jusqu’à la Première Guerre mondiale. En Belgique, c’est à Verviers en 1853 qu’un premier exemple de prison avec système d’isolement fut adopté. Par la suite, la Belgique engagea des fonds importants pour construire toutes ses prisons aux normes prônées par le modèle d’Eastern State. Des institutions telles que St. Giles à Bruxelles (1878-1885) et Louvain (ouverte en  1860) en sont des incarnations magistrales.

Eastern State. Eastern State Penitentiary: Historic Structures Report. Marianna Thomas (ed.), 1995.

L’Espagne reconstruisit également ses institutions pénitentiaires en se fondant sur le modèle de  Pennsylvanie : elle commença par Vitoria (1859-1861), puis poursuivit avec la Prison modèle de Madrid (1877) jusqu’à son remplacement par Carabanchel après la Guerre civile (1952). D’autres pays européens érigèrent eux aussi des prototypes de prisons, souvent mais pas toujours, dans leur capitale : Amsterdam en Hollande (1847-1850) ; Oslo en Norvège (1851) ; Gävle en Suède (1847) et la prison centrale de Långholmen près de Stockholm (1878) ; Helsinki en Finlande avec une construction effectuée par les Russes en 1881 ; Copenhague au Danemark (1860) ; dans plusieurs cantons suisses avec l’exemple Lenzburg en Argau (1859) ; Budapest en Hongrie (1895) et Lisbonne au Portugal (1884). Des prisons semblables virent enfin le jour en Italie : à Palerme (1840), Alessandria dans le Piedmont (1846) et à Milan (1879). Quant à la Russie, comme de nombreuses régions d’Europe, elle souffrait d’instabilité politique et de manque d’argent. Son premier modèle de prison radiale fut conçu à Staraya-Russa (1881-1885) suivant un plan qui était généralement utilisé à cette époque pour des prisons de plus petite taille. Un autre exemple de prison radiale ouvrit à St. Petersbourg (1880) ainsi qu’une importante prison centrale à Kresty (1884-1890), laquelle a été fermée tout récemment.  La France, qui connaissait les mêmes problèmes que la Russie, fit construire sa première prison radiale à Paris (Mazas, entre 1840 et 1850) et une autre rue de la Santé entre 1860 et 1867.

L’Amérique centrale et l’Amérique latine furent influencées à la fois par l’Amérique du Nord et par l’Europe. On y construisit des prisons radiales avec système d’isolement sous forme d’institutions prototypes situées dans les capitales. Par exemple, en Argentine, une prison de ce genre fut construite à Buenos Aires en 1872 ; on rapporte que, plus tard, le Directeur général de l’Architecture du gouvernement en place avait déclaré que le pénitencier d’Eastern State lui avait servi de modèle. Des prisons ayant recours à des dispositions radiales variées furent ensuite érigées à Córdoba, Olomos et Ushuaia (dans la Terre de Feu), et d’autres encore à Recife au Brésil (1855), à Lima au Pérou (1862), à Quito en Equateur (dans les années 1870), à Bogota en Colombie (1876), à Cochabamba en Bolivie (dans les années 1950) et à San José au Costa Rica (1915).

Center, c.1893. Haviland wrote that the radial plan was a design that would promote « watching, convenience, economy and ventilation. » From Michael J. Cassidy, Warden Cassidy on Prisons and Convicts (Philadelphia: Patterson and White, 1897).

L’Asie elle aussi, avec le Japon puis la Chine, se lança dans une opération de reconstruction s’inspirant de l’architecture et du fonctionnement expérimentés à Philadelphie. Des pénalistes britanniques et français influencèrent la construction des prisons coloniales japonaises et britanniques de Hong Kong et de Singapour. La première prison réformée du Japon vit le jour à Miyagi en 1879 : c’était une conception radiale type, avec une étoile à sept branches. Entre 1879 et 1936, une série de 34 prisons radiales furent érigées. On y trouvait des cours de promenade compartimentées, comme c’était le cas aussi en Europe. Les bâtiments cellulaires ne dépassaient généralement pas un ou deux étages. La Chine engagea un vaste programme de construction soutenu par des architectes japonais qui s’inspiraient explicitement du système de Pennsylvanie.  Après la mise en route de la première prison de Pékin (Beijing) en 1909, 16 autres prisons comprenant divers agencements en étoile furent érigées dans les vingt années qui suivirent. Certaines fonctionneraient suivant le système Auburn tandis que d’autres se rallieraient au système d’isolement de Pennsylvanie.

Les pays qui adoptèrent le système de Pennsylvanie le firent sur des durées variables. Si la surpopulation carcérale et le manque de ressources conduisirent souvent à l’abandon de ce système, il demeura malgré tout un idéal, tout au long du XIXème siècle et au-delà.[33] C’est en France qu’on en trouve l’utilisation la plus longue puisqu’il y était encore en application après la Seconde Guerre mondiale.[34]

De manière ironique, on s’aperçoit que la conception radiale a survécu la plupart du temps à la philosophie qui lui avait donné naissance. Le plan du pénitencier d’Eastern State fut à l’origine de la conception d’un certain nombre de prisons aux États Unis[35] et la majorité de ces bâtiments attestent de l’influence du travail de Haviland, mais ceux qui virent le jour dans les années 1980 se contentèrent d’utiliser la disposition en étoile uniquement pour faciliter la surveillance des lieux.

Généralement, après la Seconde Guerre mondiale, on estima que l’architecture issue d’Eastern State n’était plus un modèle à imiter et, pourtant, on trouve encore des prisons construites à cette période qui suivent le schéma radial. Aux États Unis, on en voit des exemples apparaître dans l’état de Washington (1954) et dans le New Jersey (1968). L’Espagne, qui avait opté pour la construction d’une prison radiale dans sa colonie des Philippines en 1865, en conçut d’autres sur ce modèle, dont l’énorme prison de Carabanchel à Madrid (1952), qui comprenait sept ailes rattachées à un bâtiment central et qui pouvait accueillir 8 000 prisonniers répartis à deux ou trois par cellules. Ce type de très grandes prisons regroupant sur un même site plusieurs centres conçus pour la surveillance avec bâtiments en étoile connexes virent ainsi le jour en France et en Italie : Fleury Merogis près d’Orly (1968) et Rebibbia à Rome (1971). Holland conçut la prison de Zutphen (1997), et le Canada ouvrit des prisons dessinées d’après son modèle à Burnaby près de Vancouver (1995), ainsi qu’à Millhaven (1967) et Coansville (1968). Le jeu vidéo SimCity pourrait en être l’un des derniers avatars puisque sa prison emprunte elle aussi au modèle radial.[36]

Eastern State : l’érosion du système de Pennsylvanie

Al Capone’s Cell, furnished according to 1929 newspaper article, 2003. Courtesy of Tom Berault.

Alors que les touristes affluaient à Philadelphie dans les années 1830 et 1840 afin d’admirer ce miracle architectural, une controverse se mit à enfler, qui mettait en cause l’efficacité du système d’isolement et la compassion réelle qu’il incarnait. Est-ce qu’il n’était pas cruel d’enfermer ces hommes et ces femmes sans qu’ils aient jamais de visites, sans qu’ils puissent avoir accès à des livres ni à des lettres envoyées par leurs proches, sans qu’ils aient jamais aucun contact avec l’extérieur ? Les avis variaient.

Quand Alexis de Tocqueville visita Eastern State en 1831 avec Gustave de Beaumont, les deux hommes écrivirent dans leur rapport au gouvernement français :

Jeté dans la solitude, [le prisonnier] réfléchit. Laissé seul à l’examen de son forfait, il apprend à le haïr ; et si son âme n’est toujours pas saturée par le  crime qu’il a commis, si elle n’en a pas perdu le goût au profit de quoi que ce soit de meilleur, c’est dans la solitude qu’un tel changement s’opérera, quand le remords viendra l’assaillir…. Peut-il exister combinatoire plus puissante que celle de la prison qui livre le prisonnier à toutes les épreuves de la solitude, qui l’amène au remords par la réflexion, à l’espoir par la religion, et qui le rend industrieux grâce au fardeau de l’oisiveté ?[37]

Mais Charles Dickens était en désaccord avec un tel point de vue. Il décrit la visite qu’il effectua en 1842 au pénitencier d’Eastern State dans le Chapitre 7 de son journal de voyage, American Notes for General Circulation. Le chapitre s’intitule « Philadelphie et le système d’isolement de sa Prison » :

Si je suis bien persuadé que, dans ses intentions, ce système est bon, humain et qu’il cherche à réformer le prisonnier, je suis convaincu, en revanche, que ceux qui ont conçu ce système de discipline carcérale et que ces hommes bienveillants qui le mettent en application ne savent pas ce qu’ils font […].  Je pense que cette altération lente et quotidienne du fonctionnement mystérieux du cerveau est pire que n’importe quelle torture physique et que les conséquences en sont incommensurables ; et parce que ces manifestations n’en sont guère visibles à l’oeil nu et qu’elles arrachent peu de cris qu’une oreille humaine puisse percevoir, je dénonce ce système avec d’autant plus de virulence qu’il me semble être une punition cachée par laquelle l’humanité en sommeil n’est nullement invitée à se réveiller durablement.[38]

Ce sont finalement les critiques qui l’emportèrent et le système de Pennsylvanie fut abandonné en 1913.

Exercise yard door, 2006. Collection of ESPHS.

Les ajouts successifs dont Eastern State fut l’objet illustre les tentatives de compromis dès lors que ce mouvement intellectuel généreux mais malheureux vint heurter de plein fouet la réalité du fonctionnement de la prison moderne. Warden Michael Cassidy compléta le pénitencier de plusieurs bâtiments cellulaires dans les années 1870 et 1890.[39] On y retrouvait les voûtes en berceaux, les puits de lumière, les portes passe-plats et l’automatisation des commodités. Des miroirs permettaient une surveillance ininterrompue des nouveaux bâtiments depuis l’observatoire central. Mais il n’y avait plus de cours attenantes aux cellules. Les détenus devaient porter des sortes de cagoules qui ne laissaient voir que les yeux si bien qu’ils pratiquaient leurs activités physiques ensemble, en silence, sans se connaître.

On ne peut pas dire que le système d’isolement d’Eastern State se soit effondré du jour au lendemain : il s’est plutôt érodé au fil du temps. Mais, en 1905, soit huit ans avant que ne soit mis un terme officiel à ce fonctionnement, on y ajouta encore un atelier collectif, surnommé le « Bâtiment industriel ».

En 1929, l’administration du pénitencier réalisa un film muet à l’occasion du centenaire de l’institution.  Mis à part quelques allusions à la longévité de l’institution, le film ne s’intéressait pas tant à son histoire qu’aux améliorations qui lui avaient été récemment apportées. Il mettait donc en valeur les nouveautés : des ateliers de tissage ressemblant à des usines, la boulangerie et les cuisines modernes, où des dizaines de détenus s’activaient jour et nuit, ainsi que les nouvelles tours de garde équipées de projecteurs et de sirènes. Mais, durant tout le film, on voit les détenus évoluer dans ce qui reste de l’ancien système de Pennsylvanie. Les cellules, qui abritaient désormais deux ou trois hommes, avaient conservé leurs voûtes en berceaux, leur puits de lumière ainsi qu’une étrange porte complètement fermée sur le mur du fond. Les ateliers et les salles de cantines faisaient 3 m de large et des centaines de mètres de long, traces des anciennes cours d’exercice auxquelles on avait retiré les murs et ajouté des plafonds.

Toutefois, d’autres bâtiments cellulaires y furent encore construits tout au long du XXème siècle. Le béton armé remplaça la pierre. Les nouvelles cellules étaient plus petites, carrées et éclairées par des fenêtres classiques mais les halls conservaient les coursives et les puits de lumière qui caractérisaient les premiers bâtiments du pénitencier. Cependant, les nouveaux bâtiments n’étaient pas visibles depuis l’observatoire. Enfin, des cellules construites en sous-sol, sans fenêtre, sans électricité ni eau marquèrent le retour de l’isolement à Eastern State, non plus à des fins de rédemption mais bien en guise de châtiment.

C’est en 1956 que fut apporté le dernier ajout notable au pénitencier d’Eastern State, avec la construction du bâtiment 15, dit aussi « couloir de la mort ». Ce bâtiment moderne consacra l’abandon effectif du vocabulaire architectural qui avait marqué les origines du projet. Un système d’incarcération totalement automatisé séparait désormais complètement les détenus des gardiens, et ce 24 heures sur 24. Dans l’enceinte d’un pénitencier qui avait d’abord été conçu suivant l’idée que tout individu est capable de se racheter, les prisonniers attendaient maintenant d’être exécutés.

Dans les années 1960, la prison était particulièrement vétuste et nécessitait des réparations coûteuses. Le Commonwealth décréta la fermeture des lieux en 1970 et, après une année de fonctionnement partiellement pris en charge par la ville de Philadelphie, le pénitencier fut officiellement fermé, 142 ans après l’admission de son premier détenu. En 1988, alors que le site se dégradait de plus en plus du fait qu’il demeurait inoccupé, et alors que plusieurs  propositions de reprise des lieux n’avaient pas été jugées recevables, le Comité de réflexion du pénitencier interpella avec succès le maire, Wilson Goode, en lui demandant de mettre un terme aux appels à projets de reconversion du site. La Société de la Prison de Pennsylvanie ouvrit le pénitencier pour une première saison de visites guidées en 1994, et, en 1997, elle signa un accord avec la ville qui put ainsi gérer le site sur une période de 20 ans. Depuis 2001, c’est un nouvel organisme à but non-lucratif, le Site historique du Pénitencier d’Eastern State, qui a pris la suite du partenariat.

Eastern State : des ruines jusqu’au site historique

Stabilized ruin open for tours, 2009. Collection of ESPHS Courtesy of John Van Horn.

Aujourd’hui, le pénitencier d’Eastern State se présente comme un complexe certes abîmé mais préservé, qui fait l’objet de plusieurs projets de restauration dûment choisis. Cette approche de conservation  historique est régulièrement saluée pour son caractère innovant et ambitieux mais elle s’est révélée extrêmement coûteuse dans la mesure où il fallait rouvrir au public un site abandonné sans chercher à en tirer de quelconques bénéfices.

Malgré cette impression qu’une prison en pierre aussi imposante est indestructible, il s’avère que les forces de la nature n’ont pas épargné Eastern State, au point de la réduire à l’état de ruine.   Alors que le site n’était plus occupé, des vandales y ont saccagé plus de 1100 puits de lumière, aggravant le délabrement de l’ensemble du fait de toits qui fuyaient, de gouttières bouchées, de tuyaux en mauvais état et d’une végétation envahissante.  En 1998, un rapport sur l’état des bâtiments avait conclu à leur insalubrité.

Dix ans plus tôt, quand la ville était revenue sur son projet de vendre les lieux, suivant en cela le Comité de pilotage du pénitencier, elle avait alors indiqué sa préférence pour un temps de réflexion plus long qui lui permettrait d’étudier le meilleur usage possible du site.[40] La municipalité avait également donné son accord pour que soient prises les premières mesures de conservation du bâti, de même qu’elle avait accordé à la Société de la prison de Pennsylvanie de mettre sur pied un programme test de visites. C’est donc un double effort qui se concrétisait là : préserver le site et l’ouvrir au public.

Alors que cette démarche était déjà en cours, le Fonds mondial des monuments inclut Eastern State à deux reprises dans sa « Liste des endroits les plus menacés » (en 1996, puis encore en 2000), soulignant la difficulté à ses yeux de vouloir protéger le site tout en permettant au public d’y accéder. Il est à noter que seul six autres lieux situés aux États-Unis étaient mentionnés dans  la liste publiée en 2000.

La stabilisation du site fut prise en main quand la municipalité le débarrassa de toute végétation en 1993. Des visites saisonnières furent organisées dès 1994 mis les visiteurs devaient porter des casques de chantier et un certain nombre de panneaux indiquaient les endroits dangereux à éviter. Entre 1995 et 1997, la municipalité participa également à la reconstruction de trois toitures, en commençant par les premiers bâtiments conçus par Haviland – le bâtiment de l’administration, le bloc 1 et le passage 1 qui le reliait à l’observatoire, que l’on appelle désormais le Centre.

Cellblock 4 roof, 2007. Collection of ESPHS.

Le projet de toiture du passage 1 permit de mettre en route l’opération de conservation des bâtiment d’origine, qui a été reprise ensuite par chaque projet – où il s’agissait donc de conserver ou de réparer des structures historiques et de tout faire pour retrouver leur état premier. Le toit du passage 1 avait perdu certains morceaux de la charpente métallique située au-dessus du couloir si bien que des éléments de sa structure avaient été abîmés et que le plâtre de cette zone là était en très mauvais état. Tout fut mis en oeuvre pour respecter l’intégrité de chaque élément restauré, la nature des matériaux remplacés et les bâtiments d’origine. Une nouvelle structure en métal prévue pour durer 75 ans fut installée pour remplacer la toiture défectueuse tandis qu’on décidait de laisser à nu la charpente en bois afin de permettre aux visiteurs de voir la nature du travail de restauration effectué. Quant au plâtre, soit on avait pu le réutiliser sur les pierres d’origine, soit on l’avait  posé sous forme de plaques vissées dans la structure d’origine.

Dans les quelques années qui suivirent, le Département des autorisations et inspections de la ville travailla avec Eastern State à la réalisation d’un Certificat d’occupation qui permettait de décréter que les espaces ouverts au public étaient conformes aux normes de sécurité.

Au printemps de l’année 2000, un projet de toiture chiffré à 1 million de dollars permit de restaurer les toits en métal galvanisé peint qui couvraient le Centre et les divers passages menant aux autres bâtiments cellulaires conçus par Haviland.[41] Cela permit d’assurer un accès en toute sécurité aux autres bâtiments de la structure radiale, dans la perspective d’étendre les visites au reste du pénitencier.

Sous les toits malgré tout, le délabrement de certains puits de lumière qui éclairaient les couloirs ainsi que le plâtre qui se décrochait des murs empêchaient d’accéder à plusieurs des bâtiments Cassidy. Une fois ce plâtre retiré, et afin de stabiliser l’ensemble, il fallut imaginer des structures innovantes pour consolider les puits de lumière et poser tout un système de filets suspendus aux plafonds pour empêcher le plâtre de tomber par terre. Cela permit d’ouvrir une nouvelle saison en 2003, sans casques de chantier, avec un accès à de nouveaux lieux et la possibilité d’une visite en audio-guide proposée par l’acteur Steve Buscemi.

Le nombre de visites annuelles commença à progresser, passant de 11 000 visiteurs la première année d’ouverture à près de 100 000 en 2008. À l’automne de cette même année, le projet « Terreur derrière les murs » (Terror Behind the Wall, TBTW) imaginé pour lever des fonds connut un énorme succès populaire et financier. Il fallait de nouveau songer à des améliorations importantes du site et, dès 2008, plusieurs énormes chantiers furent démarrés. Le personnel vint s’installer sur le site dans une zone qui venait d’être réhabilitée car les deux bureaux qu’ils occupaient jusque là sur le trottoir d’en face étaient devenus trop petits.[42] On lança également les travaux de réfection des toitures des blocs  2 à 4, 7 à 11, et 15, lesquels furent achevés en 2013.[43]

De 2015 à 2016, un dernier projet de réfection de toitures viendra parachever les travaux de conservation des toits. Jusque là, ce genre de travaux avait concerné l’installation de toits d’une durée de vie de 25 ans pour le bâtiment de l’administration et les blocs 1, 9, 10 et 11. Des toits en métal galvanisé peint et garantis 75 ans furent donc installés pour le Centre, les passages d’un bâtiment à l’autre, le bâtiment cellulaire 9 et le bureau de l’aumônier catholique. Après avoir été conçus avec une toiture d’ardoise de Pennsylvanie d’assez mauvaise qualité, les bâtiments Haviland sont désormais couverts en ardoise DeVinci,  un matériau de bardeau composite qui a une durée de vie de 50 ans et qui ressemble au toit d’ardoise grise posé au moment de la construction d’Eastern State. S’agissant des bâtiments qui ne peuvent encore recevoir du public,  des efforts de conservation ont été faits pour les toits et les fenêtres. En 2005, la technique d’emballage sous vide de matériaux industriels Tuff-Wrap a été utilisée pour les toitures des blocs 5 et 6 et, deux ans plus tard, c’est le bâtiment industriel et les cuisines qui en ont bénéficié.[44] Procédé peu conventionnel pour ce type d’intervention, il a largement contribué à sauver ces bâtiments d’une perte irréparable.

Eastern State : un bâtiment abîmé faisant l’objet de restaurations ciblées

Au fur et à mesure que le nombre de visiteurs augmentait, le personnel du site se mit en quête de groupe de visiteurs et de membres de la Société auprès desquels fut lancé chaque année un appel  aux dons. Le temps passant, une base solide de donateurs s’est ainsi constituée, permettant la restauration de lieux qui venaient compléter la présentation de la vie quotidienne à Eastern State du temps où c’était une prison. Ces projets comprenaient la restauration de la cellule d’isolement de 1830, d’une cour d’exercice des années 1830, de la serre de 1926 et de la salle d’opération du bâtiment 3, dit « bâtiment hôpital ».  Les deux projets phares concernaient toutefois la synagogue et l’aumônerie catholique.[45]

Restauration de la synagogue

Synagogue restoration in progress, 2008. Collection of ESPHS.

Construite sur l’ancienne rangée des cours de promenade du bloc 7, la synagogue fut  fréquentée par les détenus juifs d’Eastern State du début du XXème siècle jusqu’à la fermeture de la prison en 1970.

Des recherches ont permis de révéler l’histoire passionnante de cette synagogue.[46] Bien qu’il n’y ait jamais eu plus de 80 détenus juifs en même temps à Eastern State, ceux-ci ont toujours été pris en charge par des bénévoles issus de la communauté juive. On a retrouvé la trace, dans des dossiers datant de 1845, de visites de rabbins locaux qui venaient prodiguer conseils et ouvrages religieux aux prisonniers. Puis, dans les années 1920, quand le système d’isolement a été abandonné, la synagogue fut construite pour permettre aux détenus juifs de se rassembler, d’observer le Sabbat et diverses autres fêtes. Des organisations telles que B’nai B’rith ont contribué à subventionner plusieurs phases de cette construction mais elles ont aussi fait en sorte de veiller à ce que toutes les fêtes soient respectées. On peut constater les bienfaits de ces œuvres de charité sur les prisonniers dans leurs lettres, où ils évoquent combien ils appréciaient ces démarches et à quel point ils étaient prêts à consacrer leur temps et leurs économies pour entretenir et remettre en état la synagogue.

Cependant, après de nombreuses années sans entretien aucun, la synagogue était en piteux état : les murs étaient très délabrés et d’énormes morceaux du décor du plafond s’étaient détachés.  Mais il demeurait des signes manifestes de ce que cet édifice avait été une synagogue : on voyait encore des étoiles de David au niveau de l’entrée, il y avait une table de lecture au centre de la salle et une arche sainte en bois très bien conservée venait décorer le mur est du bâtiment.

Les travaux préliminaires de restauration ont débuté avec la récupération et le tri des diverses couches de débris qui jonchaient le sol : on fit ainsi plusieurs découvertes intéressantes, dont plusieurs partitions de chants d’Hannouca enfouies sous 15 cm de gravats. Des échantillons de plâtre, de mortier et de peinture retrouvés là permirent aussi de savoir à quoi ressemblait la synagogue à différents moments de son utilisation. Enfin, on réalisa aussi des analyses et divers traitements furent pratiqués sur les bancs en bois et l’arche sainte.

La question de savoir quelle serait la meilleure méthode de restauration à adopter fut soumise à une groupe d’experts et la synagogue a ainsi pu être totalement remise en état.[47] En 2008 et 2009, on restaura les murs extérieurs, qui en avait un besoin urgent, ainsi que le toit et les puits de lumière, et on choisit de restaurer certaines parties de la maçonnerie, certains décors et certains meubles. Cela permit, au printemps 2009, de rouvrir les portes de ce lieu, qui reçut un prix de la meilleure restauration historique, et d’y installer une exposition sur la vie de la communauté juive.

L’aumônerie catholique

Catholic Chaplain’s Office opens, 2014. Collection of ESPHS.

Quand ce petit bâtiment fut construit dans les années 1880, il était destiné à l’aumônier de l’époque, Michael Cassidy. À sa mort, il fut transformé pour accueillir les autres aumôniers de la prison.

Cette aumônerie de deux pièces recèle le témoignage unique de la foi d’un prisonnier qui y avait réalisé 23 peintures murales. C’est assez tard, en 1955, que Lester Smith avait peint ses fresques en y apposant la signature « Paul Martin » en l’honneur de ses deux saints préférés, St. Martin DePorres et St. Paul. Lester Smith était un artiste autodidacte qui s’était converti au catholicisme en prison, avant son transfert à Eastern State. Quand le Père Edwin Gallagher, qui fut aumônier catholique au pénitencier de 1952 à 1958, découvrit que Smith peignait, il lui proposa de décorer les salles où il recevait les détenus pour converser avec eux. Smith peignit presque tous les jours pendant ses sept années d’incarcération, laissant derrière lui des images magnifiques et émouvantes destinées à inspirer ceux qui les regardaient. La fresque la plus frappante, qui est aussi la plus personnelle,  représente un prisonnier à genoux alors qu’il attend de recevoir l’absolution au moment de la confession.

Dans les années 1990,  quand démarra le programme des visites, les fresques étaient dans un état de délabrement avancé du fait qu’elles avaient été réalisées sur un enduit qui se détachait du plâtre qui se trouvait en dessous. En 1995, des fonds permirent d’embaucher un restaurateur de tableaux afin qu’il stoppe la détérioration des fresques à l’aide d’un revêtement à base de cire et de papiers de soie en attendant que la restauration proprement dite puisse démarrer.

Au vu de la réussite de la restauration de la synagogue, le projet de réhabilitation de l’aumônerie fut mis en route. Un rapport fut commandité afin de lancer une étude historique et une analyse détaillée des fresques et du bâtiment abîmé, et de proposer divers traitements de préservation de la structure, ainsi que des éléments de finition des fresques et de l’intérieur.

Les travaux commencèrent en 2012, avec la restauration de la structure extérieure, qui comprenait la pose d’un nouveau toit en métal peint, d’une nouvelle installation électrique et d’une climatisation automatique. Concernant l’intérieur, c’est l’état des fresques qui fit trancher en faveur du choix de la préservation et de la stabilisation du bâtiment tel qu’il était. On fit en sorte de pouvoir conserver la conception intérieure au stade où elle en était. En juin 2013, un travail d’un an s’engagea, mobilisant toute une équipe de restaurateurs de tableaux qui s’employèrent à préserver la peinture qui s’écaillait, à retirer le revêtement de protection, à éliminer les traces de colle et de crasse ainsi qu’à reprendre certaines surfaces où il n’y avait plus du tout de peinture.

L’aumônerie ouvrit de nouveau ses portes à la fin de l’été 2014. Ces impressionnantes fresques constituent le témoignage de la vie d’un détenu qui fit l’expérience d’une transformation profonde  lors de son séjour en prison ; elles viennent aussi compléter le projet de restauration de la synagogue et étayer les débats sur la vie spirituelle dans l’enceinte d’Eastern State – sujet crucial pour les hommes et les femmes qui ont vécu entre ces murs et sujet déroutant pour les visiteurs contemporains.

Eastern State :  panorama des travaux à venir

Artist installation, 2014. Courtesy of Jesse Krimes.

En 1990, le Comité des directeurs adopta la déclaration suivante concernant les missions à venir :

Le Site historique du pénitencier d’Eastern State, Inc. (ESPHS) vise à préserver et à restaurer l’architecture du pénitencier d’Eastern State ; à rendre le pénitencier accessible au public ; à expliquer et à interpréter la complexité de son histoire ; à replacer les questions actuelles de justice et de peines dans un cadre historique ; et à mettre en place des forums publics où ces questions pourront être débattues. Si le programme d’interprétation ne défend aucune position particulière quant à l’état des prisons américaines, il n’en reste pas moins que nous sommes convaincus que les problèmes auxquels les architectes du pénitencier d’Eastern State se trouvent confrontés n’ont pas tous reçu de réponses et que ces questions sont de première importance pour notre nation.

Nous sommes persuadés qu’Eastern State est le site le mieux adapté aux États-Unis pour poser la question de l’histoire et de l’état actuel du système américain de justice pénale. Le « système d’isolement » inspiré des Quakers au cours des premières décennies d’existence du pénitencier, combiné à une architecture hors du commun et à l’innovation technique, a donné lieu à des centaines de copies à travers le monde. Puis, au cours de ses dernières années de fonctionnement,   Eastern State a mis en place des changements qui étaient communément adoptés par de nombreux autres pénitenciers aux États-Unis. Sur une période de deux siècles, le pénitencier et son architecture n’ont cessé d’illustrer les priorités qui ont incarné l’esprit de la justice correctionnelle et ses évolutions.

Eastern State vient donc compléter le Independence Hall ainsi que le National Constitution Center de Philadelphie sur la manière d’appréhender l’héritage de certains moments fondamentaux de l’histoire américaine. Il met en avant les réalisations de citoyens importants qui ont pris l’initiative de repenser les solutions qui pouvaient être apportées à diverses questions de société. Il permet également d’appréhender l’histoire sociale des pauvres, des nouveaux immigrants et des exclus et d’en proposer l’explication à un public nombreux, ce que peu de sites encore permettent d’envisager aux États-Unis.

Aujourd’hui, avec un billet d’entrée, la programmation du pénitencier permet d’avoir accès à la visite en audio-guide intitulée « Voix d’Eastern State » (The Voices of Eastern State), à une deuxième visite intitulée « Les clés sont à vous » (Hands-On History), à des installations d’artistes et à diverses expositions historiques.

La visite Voices of Eastern State est une expérience sonore riche fondée sur des dizaines de témoignages personnels – dont ceux de trois anciens responsables du pénitencier ainsi que de vingt-cinq surveillants et détenus – qui accompagnent la visite des cellules et des cours de promenade. Le parcours principal comprend 10 étapes et dure environ 35 minutes. Un autre parcours incluant davantage d’étapes propose 2 heures de visite, au cours desquelles on peut voir le couloir de la mort, les cours d’isolement, la synagogue rénovée et la cellule d’Al Capone.

Les visites intitulées Hands on History proposent de courtes démonstrations de 5 minutes dans divers endroits du pénitencier. Un guide spécialiste d’Eastern State illustre différentes activités et manipulations qui étaient quotidiennement effectuées au sein de la prison, et ce sont les visiteurs qui prennent ensuite en charge le gros de la manœuvre. Parmi les étapes proposées, on trouve « comment ouvrir une cellule », « comment ouvrir la porte d’entrée du pénitencier », « explorer les cellules disciplinaires du sous-sol ». Mais la salle d’opération, l’aumônerie catholique et le « couloir de la soupe » (qui conduit  aux salles de cantine) sont également accessibles au cours de ces visites.

Les installations artistiques font désormais parties intégrantes de ce programme de visites. Chaque année, un jury sélectionne des travaux d’artistes en fonction de leur approche des thèmes centraux qui caractérisent Eastern State — dont les questions de criminalité et de justice, d’histoire de l’architecture et du passé du site lui-même — et de l’originalité de leur point de vue. Et, pour chaque saison, huit à dix installations sont ainsi exposées dans l’enceinte du pénitencier.

Les expositions et installations artistiques de l’année 2015 sont visibles à l’adresse suivante: http://www.easternstate.org/visit/regular-season/history-artist-installations

Eastern State Penitentiary : un forum de discussion

Big Graph Exhibit, 2015. Collection of ESPHS.

Le pénitencier d’Eastern State est aussi devenu l’occasion d’instaurer un dialogue avec le public autour des questions liées à la criminalité, à la justice et aux modifications qu’a pu connaître le système pénal aux États-Unis.

Ainsi, The Big Graph, sculpture en acier installée en 2014, qui fait presque 5 m de haut et qui pèse 1 588 kg, met en scène trois types de statistiques que le visiteur découvre en fonction de l’endroit où il se trouve pour regarder la sculpture. Côté sud, on peut voir les chiffres illustrant la montée sans précédent des taux d’incarcération aux États-Unis depuis les années 1900. Côté nord,  c’est l’explosion de l’incarcération des populations ethniques depuis les années 1970 qui est évoquée. Enfin, côté est, The Big Graph propose un classement des nations du monde entier à partir de leur taux d’incarcération et de leur législation concernant la peine de mort. La sculpture a été conçue pour pouvoir être mise à jour jusqu’en 2020.

Voici un extrait d’un des textes que l’on peut lire sur The Big Graph :

Le développement du système carcéral aux États-Unis au cours de ces 40 dernières années bat des records historiques. Pendant plus d’un siècle, les États-Unis ont emprisonné entre 100 et 200 personnes pour 100 000 citoyens. Mais cette moyenne a explosé depuis la fermeture d’Eastern State en 1970. De nouvelles lois et des peines de prison plus longues ont contribué à faire augmenter la population carcérale dans des proportions incroyables. Aujourd’hui, les États-Unis emprisonnent plus de 700 personnes pour 100 000 citoyens. Il s’agit du taux d’incarcération le plus élevé du monde. Les taux de criminalité n’ont cessé d’osciller aux cours de ces années sans que l’on puisse établir aucun lien avec le taux d’incarcération.

Une nouvelle exposition ainsi qu’un nouvel espace de dialogue dénommés « Prisons à l’époque de l’incarcération de masse » (Prisons in the Age of Mass Incarceration, titre de travail) offriront un nouveau lieu permettant de réfléchir et de dialoguer sur ces questions complexes de criminalité et de justice aujourd’hui en Amérique. Cette nouvelle animation ouvrira en 2016.

L’exposition occupera une surface de 111 m2 et sera installée sur un emplacement jusque là réservé à des boutiques situées de l’autre côté du terrain de base-ball. Le choix de cet endroit, qui correspond à la fin de la visite audio-guidée, permettra aux visiteurs qui viennent de terminer le parcours de s’y arrêter tout naturellement en profitant des nombreux bancs installés là avant de reprendre leur déambulation au sein de l’exposition.

Prisons in the Age of Mass Incarceration fonctionnera comme un contrepoint à The Big Graph. En effet, si la sculpture peut aider à déclencher un certain nombre de discussions, toute l’histoire du pénitencier ne se résume pas à des chiffres et des diagrammes portant sur des millions de gens et des milliards de dollars. L’histoire plus fondamentale concerne l’impact de cette institution sur les vies individuelles, mais aussi la manière dont les citoyens vont s’emparer de ces discussions pour avancer et le rôle de chaque Américain dans l’évolution de la justice pénale.

Quant à Prisons in the Age of Mass Incarceration, ce projet ne sera pas proposé pour provoquer des débats, ce qui impliquerait de défendre un point de vue particulier. Mais il incitera plutôt au dialogue, encourageant des interactions ouvertes et respectueuses des divers points de vues. En effet, les modèles d’interprétation dialogiques reposent sur la participation, l’écoute active et le respect des divergences.

Eastern State est bel et bien devenu une destination touristique, attirant 200 000 visiteurs par an.  Près de 70% d’entre eux ne sont pas originaires des environs de Philadelphie et 10% sont des visiteurs venus de l’étranger. Terror Behind the Walls attire 100 000 visiteurs supplémentaires venus de chaque état de l’union au cours des 29 nuits d’automne durant lesquelles ce programme saisonnier est ouvert. À l’évidence, la popularité du site est la résultante d’une programmation remarquable, d’une stratégie marketing particulièrement efficace et de la réussite de Terror Behind the Walls. Mais on ne peut nier la fascination exercée par le bâtiment lui-même. La plupart des visiteurs sont surpris de se retrouver face à un édifice si énorme, partiellement en ruines et qui puisse susciter autant d’interrogations sur des sujets de société aussi épineux.

Nous pensons que The Big Graph et l’exposition qui complétera la sculpture favoriseront les échanges d’idées et feront d’Eastern State un important centre de discussions. Le système de justice pénale aux États-Unis traverse une crise grave et nous sommes convaincus que ce lieu chargé d’histoire, qui a incarné une idée de la réforme des prisons au XIXème siècle, est un lieu adéquat  pour engager des discussions concernant d’éventuelles améliorations de ce même système.

Le pénitencier d’Eastern State, lieu incontournable de l’histoire nationale des États-Unis, est ouvert tous les jours (sauf au moment de Thanksgiving, de la veille de Noël et du jour de Noël ainsi qu’au Jour de l’an).

[1] Avant d’être arrêté à Philadelphie en 1929, Al Calpone avait déjà été interpelé mais n’avait jamais été condamné et encore moins envoyé en prison ; il n’avait jamais été pris en photo par la police et ses empreintes n’avaient jamais été relevées non plus jusque là. Son séjour au pénitencier d’Eastern State fut relativement confortable : on l’avait  autorisé à décorer sa cellule et il y avait fait amener des objets anciens, des tapis et des tableaux. Quant à Willie Sutton, le voleur de banques, il périt en 1945 alors qu’il cherchait à s’enfuir avec onze autres prisonniers en empruntant un passage souterrain.

[2] Norman Johnston, « The World’s Most Influential Prison: Success or Failure? », The Prison Journal, Supplément au n°84 (décembre 2004): 20S.

[3] En 1820 aux États-Unis, le mouvement de réforme des prisons suivit deux tendances qui s’opposaient sur les choix de systèmes réformateurs et de conceptions architecturales destinées à les soutenir. Le système Auburn voulait que les détenus soient enfermés la nuit dans de petites cellules individuelles construites dos-à-dos sur des niveaux indépendants entre les murs de chaque bâtiment. Ce système imposait aussi que les détenus travaillent en groupes dans des ateliers. Quant au système de Pennsylvanie  pratiqué à Eastern State, il confinait les détenus dans de grandes cellules individuelles où chacun devait travailler, prendre ses repas, prier, lire des textes religieux et faire des exercices physiques. On espérait ainsi que les détenus puissent réfléchir aux erreurs commises par le passé, ce qui les conduirait à se réformer. Dans les deux systèmes, la règle du silence était destinée à empêcher tout contact entre détenus. Le système Auburn imposait le silence le plus strict en usant de la menace du châtiment corporel tandis que le système de Pennsylvanie s’efforçait d’obtenir le même résultat en isolant absolument les prisonniers les uns des autres.

[4] Voir David Rothman, The Discovery of the Asylum (Boston: Little, Brown & Co., 1971), chap. 4, et Harry Elmer Barnes and Negley Teeters, New Horizons in Criminology (New York: Prentice-Hall, 1945), chap. 23.

[5] Norman Johnston,  Kenneth Finkel et Jeffery A. Cohen, Eastern State Penitentiary: Crucible of Good Intentions (Philadelphia: Philadelphia Museum of Art, 1994), 79 et note 16, p. 112. Informations recueillies auprès du Dr. Norman Johnston, Professeur Emérite, Université Arcadia, 27 mars 2007.

[6] David A. Cornelius, Eastern State Penitentiary: Historic Structures Report, in Marianna Thomas (ed.), Philadelphia, Philadelphia Historical Commission, 2 vol., 1994, que David A. Cornelieus co-rédigea avec elle. Voir plus récemment également son  Institutional Building Systems of John Haviland: A Study of Innovation and Influence.

[7] Haviland fut aussi l’architecte d’autres bâtiments notoires tels que des églises, l’Institut Franklin (1825), l’École d’enseignement pour les sourds et muets de Pennsylvanie (1822; aujourd’hui, Université des Arts), et un hôpital de la marine à Portsmouth en Virginie, mais, au fil du temps, on l’a de plus en plus présenté comme l’architecte des prisons. Il a en effet construit des pénitenciers d’états dans le New Jersey, à Pittsburgh, Rhode Island, ainsi que dans le Missouri, sans compter plusieurs prisons de cantons en Pennsylvanie,  à Newark dans le New Jersey, et les célèbres prisons et tribunaux de New York City surnommés « the Tombs. » Voir Norman Johnston, « John Haviland, » in Pioneers in Criminology, chap. 5.

[8] Negley Teeters et John Shearer, The Prison at Philadelphia: Cherry Hill (N.Y.: Columbia University Press for Temple University Publications, 1957), en particulier chaps. 1-3.

[9] Teeters et Shearer, Cherry Hill, mais aussi Norman Johnston, Forms of Constraint: A History of Prison Architecture (Urbana and Chicago: University of Illinois Press, 2000): 128-132.

[10] Encyclopedia Londinensis (London 1826), s.v. « Prisons. »

[11] John Haviland Papers, Université de Pennsylvanie, 1: 19-20.

[12] C’est la conclusion qui fut établie après d’importantes études des aspects disciplinaires et organisationnels du système pratiqué en Pennsylvanie telles que divers représentants des gouvernements européens  purent les conduire. La France en envoya deux : Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville, auteur d’un ouvrage intitulé Du système pénitentiaire aux États-Unis, trad. Francis Lieber (Philadelphie: Carey, Lea & Blanchard, 1837). Le gouvernement prussien envoya Nicolaus H. Julius, éminent criminologue, qui écrivit par la suite Nordamerikas sittliche Zustände: Nach eigenen Anschauungen in den Jahren 1834, 1835 und 1836 (Leipzig: F.A. Brockhaus, 1839). Mais, de manière cruciale, des descriptions plus importantes de l’architecture et de la construction du pénitencier de Philadelphie avaient été coonsignées dans le rapport de l’émissaire du Minsitère de l’intérieur britannique, William Crawford, intitulé The Penitentiaries of the United States (1835; rpt. Avec une nouvelle introduction de Norman Johnston (Montclair, N.J.: Patterson Smith, 1968). Les Français avaient envoyé quatre commissaires, dont F.-A Demetz, magistrat et réformateur du mouvement, et  G.A. Blouet, architecte travaillant pour le gouvernment. Leurs Rapports . . . sur les pénitenciers des États-Unis furent publiés à Paris par l’Imprimerie royale en 1837.

[13] Teeters et Shearer, Cherry Hill, et Negley Teeters, They Were in Prison: A History of the Pennsylvania Prison Society 1787-1937 (Philadelphia: John C. Winston Co., 1937).

[14] Teeters et Shearer, Cherry Hill, 11, et Teeters, They Were in Prison, 249.

[15] Reproduuit dans Crucible, 37.

[16] Concernant le rôle fondateur de Reid dans le dévelopement de moyens modernes de chauffage et de ventilation, voir Robert Bruegmann,  « Central Heating and Forced Ventilation: Origins and Effects on Architectural Design, » Journal of the Society of Architectural Historians 337 (1978): 143-160.

[17] Cornelius, « Innovation and Influence, » 6-25.

[18] Johnston, Norman, The human cage: A brief history of prison architecture, 1973.

[19] Henry-Russel Hitchcock, Architecture: Nineteenth and Twentieth Centuries. Pelican History of Art, édité par Nikolaus Pevsner (New York: Penguin Book, 1981), 121.

[20] George Tatum, Macmillan Encyclopedia of Architects (New York: Free Press, 1982), vol. 2, s.v. « Haviland, John. »

[21] Les dessins que Blouet a pu faire des pénitenciers d’Eastern State et du New Jersey, à partir de dessins que lui avait fournis Haviland, était d’une précision extraordinaire. Une fois publiés, ils furent étudiés de très prés par Crawford et ses collègues, qui travaillaient sur la prison modèle britannique, ainsi que par leurs homologues écossais et français. Les dessins de  Blouet permirent d’établir un plan type qui fut ensuite repris par le contrôleur général des prisons Joshua Jebb quand il travailla sur ses projets exposés dans Construction, Ventilation and Details of Pentonville Prison (London: Her Majesty’s Stationery Office, 1844). Le plan d’Haviland pour Eastern State fut même minutieusement copié par le grand architecte prusse Schinkel quand il conçut le quartier de Moabit à Berlin, qui devait intégrer en son sein une prison modèle prusse.

[22] Crawford, Report. Voir en particulier xv-xvi et 11-12.

[23] Julius, Nordamerikas sittliche Zustände.

[24] Pour une présentation complète de ces diverses visites, voir Johnston, Forms of Constraint.

[25] Dans son Brief Sketch of the Origin and History of the State Penitentiary for the Eastern District of Pennsylvania at Philadelphia (Philadelphie: McLaughlin Bros., 1872), Richard Vaux, qui fut longtemps membre du Conseil des inspecteurs de ce pénitencier, note que Lafayette avait souligné que l’extérieur du pénitencier, en particulier les tours, lui rappelait énormément La Bastille. Ce commentaire ne nous surprendra guère. Quelques jours après la prise de La  Bastille par la foule des révolutionnaires en 1789, Lafayette, qui était alors à la tête des Gardes nationaux de Paris, avait ordonné la destruction de la prison. Plus tard, lui-même fut emprisonné pendant près de quatre ans et dans des conditions très dures dans les prisons autrichiennes et prussiennes.

[26] Vaux, Brief Sketch, 94.

[27] Johnston, Forms of Constraint, chaps. 6 et 7.

[28] Johnston, et al. Crucible, 69.

[29] Par exemple, l’ouverture du pénitencier d’Eastern State donna immédiatement lieu à des mouvements de protestation, animés par Haviland lui-même et des réformateurs sociaux très connus tels que le Dr. Thomas Kirkbride et Dorthea Dix, lesquels s’opposaient à l’incarcération des malades mentaux et plaidaient pour la construction d’un asile prévu à leur intention. Ils obtinrent gain de cause en 1852 avec la construction à Harrisburg de l’Hôpital d’état pour malades mentaux, conçu par Haviland qui s’était inspiré des plans imaginés par le célèbre Kirkbride pour ce type d’institutions. Voir First Annual Report of the Board of Trustees of the State Lunatic Hospital of the State of Pennsylvania (Harrisburg: Theo. Fenn & Co., 1852).

[30] Grande Bretagne, Second Report of the Inspectors of Prisons (1837) et Third Report (1838). Les deux ont été résumés par Crawford, Penitentiaries in Johnston’s « Introduction, » xv.

[31] Pour une discussion générale sur quelques prisons, voir Johnston, et al. Crucible et Johnston, Forms of Constraint.

[32] Edmund Du Cane, The Punishment and Prevention of Crime (London: Macmillan, 1885), 56.

[33] Pour des précisions sur la manière dont s’est répandu le modèle architectural et pénitentiaire d’Eastern State, voir  Johnston, Forms of Constraint, en particulier les chapitres 6 et 7, ainsi que Johnston, et al. Crucible, chap. 5.

[34] Johnston, « World’s Most Influential Prison, » 40S, note de bas de page 8.

[35] Johnston, et. al. Eastern State Penitentiary, 70.

[36] https://www.flickr.com/photos/mrjmartin/4858887248?ytcheck=1

[37] Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville ont écrit Du Système pénitenciaire aux États Unis, trad. Francis Lieber (Philadelphia: Carey, Lea and Blanchard, 1837).

[38] Charles Dickens, American Notes, New York, The Modern Library, 1996 [Introduction de C. Hitchens].

[39] Michael Cassidy avait commencé à travailler à Eastern State en tant que charpentier en 1861. Puis, il accèda au poste de surveillant avant de devenir contremaître principal. C’est en 1881 qu’il devint directeur, fonction qu’il occupa jusqu’à sa mort en 1900. Voir son ouvrage intitulé Warden Cassidy on Prisons and Convicts (Philadelphie: Patterson & White, 1897).

[40] Le processus fut subventionné par le Pew Charitable Trust, la Getty Foundation et le Commonwealth of Pennsylvania’s Museum Project Grant.

[41] Le projet “Terreur derrières les murs” (Terror Behind the Wall, TBTW) bénéficia des subventions suivantes : en 2000, un versement de 500 000 dollars de la part de la société des services des parcs nationaux pour la défense des grand trésors américains, un autre de 355 000 dollars de la municipalité et un dernier de 55 000 dollars du leveur de fonds d’Eastern State.

[42] Ce projet d’un montant de 1 million de dollars fut intégralement financé par TBTW.

[43] Les subventions pour ce projet qui s’élevait à 6 millions de dollards provinrent essentiellement du Programme d’aide à la réhabilitation du Commonwealth (Commonwealth’s Redevelopment Capital Assistance Program, RACP) de la bourse Keystone, ainsi que de la bourse des Couloirs culturels de la ville (City’s Cultural Corridors), de la société de mécénat Pew (Pew Charitable Trust) et de TBTW.

[44] Les soutiens financiers pour ce projet ont été apportés par Annual Appeals, la municipalité, the Conseil du Commonwealth et TBTW.

[45] Ces projets furent d’abord financés grâce à des donations privées, le Pew Charitable Trusts et TBTW.

[46] Laura A. Mass, The Synagogue at Eastern State Penitentiary: History and Interpretation, Mémoire de Master, Université de Pennsylvanie, 2004.

[47] Ce groupe était constitué de membres du conseil du pénitencier, de donateurs, de conservateurs travaillant en architecture, de spécialistes des monuments historiques, d’interprètes et d’historiens ; ils aboutirent à un consensus à la suite de recherches historiques fiables croisées avec les analyses effctuées sur l’ensemble du bâtiment.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    • Jean-Lucien Sanchez dit :

      Chère Madame,
      Je vous remercie pour cet honneur et pour l’intérêt que vous avez porté à cet article.
      Je vais notamment y ajouter aujourd’hui de nombreuses photographies.
      Bien cordialement,
      Jean-Lucien Sanchez