Une conférence contre l’alcoolisme à la Prison de Fresnes, 1903.

« Figurez-vous une immense salle en gradins. Ces gradins sont élevés de trente centimètres environ les uns au-dessus des autres, comme d’immenses marches, et chaque gradin est une rangée de boîtes à l’ouverture de chacune desquelles apparaît une tête. Car c’est une des règles de la prison cellulaire. […] Ces spectateurs sans corps, entre lesquels aucune communication ne s’établit ! Le spectacle est étrange ! »

— Petit Journal Supplément littéraire illustré, 22 mars 1903 : retronews


Vous aimerez aussi...