Performer un mauvais genre : la demi-mondaine au XIXe siècle (Lola González Quijano)

Résumé de l’article : « Alors que le désir sexuel masculin est essentialisé et normalisé, se développe au cours du XIXe siècle tout un discours sur les prostituées qui va de la caricature méprisante à la pathologisation. La demi-mondaine, dont la définition oscille donc entre la prostituée de luxe et la maîtresse richement entretenue, échappe partiellement à ces représentations stigmatisantes. Elle constitue même, à partir de la Monarchie de Juillet, une figure érotique incontournable de la production littéraire, théâtrale et picturale des plaisirs de Paris. Afin de mettre en lumière le rôle des pratiques dans l’élaboration de la subjectivité des individus, cet article analyse les éléments qui caractérisent la demi-mondaine et favorisent l’ascension sociale des individus au sein de la hiérarchie vénale. La façon dont les demi-mondaines se doivent de performer un « mauvais genre » féminin pour exercer leur activité est ensuite mis en perspective avec l’écriture autobiographique que certaines mènent à la fin de leur vie. »

Lire l’article de Lola González Quijano dans la revue Criminocorpus.

Cet article est publié dans le dossier consacré à l’édition de la journée d’étude « Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l’autre »


Vous aimerez aussi...