Aux bigames : les quenouilles

Autour des procédures criminelles de 1670 à 1790

Le classement progressif du fonds de la justice criminelle des capitouls permet d’aborder certaines facettes insolites de la société toulousaine à la fin de l’Ancien Régime.

Ces petits billets mensuels vous permettent aussi de télécharger des dossiers complets comprenant : un article plus abouti sur le sujet évoqué, ainsi que le fac-similé d’une procédure criminelle choisie, et son commentaire et transcription éventuelle.

 

Nicolas-Edmé Restif de la Bretonne, Les Contemporaines ou Aventures des plus jolies femmes de l'âge présent. Dessin de Louis Binet, gravé par Berthet et Pépin. BnF-Impr. microfilm R.21014-21018, R21734-21739, R 23879-23884 (ici : Vol. XIV. 81e nouvelle. p. 534 : « Le bigame ». La jeune paysanne vient d'épouser le bigame. En rentrant, ce dernier voit le portrait de son épouse, que son valet a fait peindre exprès pour lui donner un objet de comparaison et dit : "C'est le portrait de ma femme!")

n° 15 – mars 2017 archives .Toulouse

En 1776, le chroniqueur toulousain Pierre Barthès commente l’exécution du nommé Jean Bertier et rappelle un cas similaire arrivé « il y a plus de cent ans, qu’un homme du Bas Languedoc, convaincu de bigamie fut condamné à faire amende honnorable en tenant deux quenouilles, une à chaque main ».

À lire les Mémoires de Barthès, on serait tenté de croire que la justice toulousaine n’a guère eu l’occasion de traiter le crime de bigamie.

En effet, rares sont les hommes qui convolent en justes noces avec deux femmes à la fois : l’exercice est difficile, voire périlleux, et nécessite une bonne dose d’audace et de tromperie, non seulement envers les « épouses », mais encore plus particulièrement vis-à-vis de l’église qui doit fournir les certificats nécessaire aux unions.

D’ailleurs, n’était-il pas plus simple (et même quelquefois même de bon ton) d’avoir une épouse légitime et une maîtresse, voire plusieurs si affinité ?

Ces bigames qui, par malheur, se font prendre, risquent gros : la pendaison jusqu’au début du XVIIIe siècle, puis, les moeurs se radoucissant par la suite : le bannissement, voire les galères.

Mais, comme les châtiments de l’Ancien Régime ne se limitent pas à une seule peine, ces hommes indignes sont tout d’abord exposés au public, équipés d’attributs infamants qui indiquent clairement leur statut de bigame : des quenouilles !

Les cas de bigamie restent effectivement très rares, pourtant Jean Bertier n’aura toutefois pas été le seul toulousain à se retrouver devant la justice des capitouls pour répondre d’un tel crime…

téléchargez ici le dossier complet sur les bigames et leur châtiment