Scandale à l’Elysée : Démission du président

Caricature de Caran d’Ache « Wilson et le wilsonisme » ; Légende : « LE COURTIER : Une de commandeur, deux d’officiers, sept de chevaliers. Le tout au comptant. Voici les fonds.[…] » ; 1887 – Gallica BnF

EN 1887, LE « SCANDALE DES DÉCORATIONS » ÉCLABOUSSA LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE JULES GRÉVY, LE POUSSANT À LA DÉMISSION. L’HISTORIEN MICHAEL PALMER REVIENT SUR CETTE AFFAIRE QUI DÉFRAYA LA CHRONIQUE POLITIQUE.

Le 8 octobre 1887, Le XIXe Siècle d’Albert-Édouard Portalis lance « l’affaire des Décorations ». Le 2 décembre, le président de la République, Jules Grévy, démissionne. En effet, son gendre, Daniel Wilson, le mari de son unique enfant, Alice, est impliqué dans le scandale : il aurait fait avancer les dossiers de postulants à la décoration de la Légion d’honneur. Grévy a beau défendre son gendre et s’efforcer de se trouver un président du Conseil, après la démission du titulaire du poste, Maurice Rouvier, rien n’y fait : acculé, il démissionne … (Photographie à la une, bande défilante : Caricature de Caran d’Ache « Wilson et le wilsonisme » ; Légende : « LE COURTIER : Une de commandeur, deux d’officiers, sept de chevaliers. Le tout au comptant. Voici les fonds.[…] » ; 1887 – Gallica BnF

Pour en savoir plus voir le billet publié par Michael Palmer, historien de la presse française et internationale sur le site retronews

Son prochain ouvrage s’intitule Les Wilson-Grévy, familles claniques; aux origines d’un scandale à l’Élysée (Honoré Champion).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *