L’Empire des polices – Comment Napoléon faisait régner l’ordre

Parution du livre le 17 février 2017 – Si Napoléon conquit le pouvoir grâce à la gloire de son armée, il ne put le garder que par l’habileté de sa police. Confronté à mille complots, l’Empereur confia sa police à Fouché, mais soucieux ne pas se fier à un seul service et à un seul homme, il diversifia ses sources de renseignements. Diviser pour mieux régner, en somme. Police, gendarmerie, préfecture de police de Paris, garde impériale…

l’Empereur est le centre de ces services. C’est vers lui que convergent tous les renseignements. Il connaît, grâce au bulletin de police et aux divers rapports qu’il reçoit, le moindre crime commis dans l’Empire et n’hésite pas à manipuler les uns pour mieux contrôler les autres. Jacques-Olivier Boudon nous entraîne dans les arcanes secrètes de ce monde interlope où l’on croise aussi bien Vidocq que le duc d’Enghien ou le général Malet.

Entre répression du brigandage, chasse aux déserteurs et surveillance de l’opinion publique pour mieux la façonner, la guerre des polices faisait rage. Une nouvelle histoire du Premier Empire explorée par sa face la plus sombre.

Jacques-Olivier Boudon, successeur de Jean Tulard, est professeur d’histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université Paris Sorbonne. Il est l’auteur d’une trentaine de livres dont Les Naufragés de la Méduse (Belin, 2016) et préside l’Institut Napoléon.

 

« Dans ce beau livre, Jacques-Olivier Boudon dépasse le classique exercice de typologie. Informer et protéger le politique, en l’occurrence Napoléon lui-même, telle est la mission suprême des polices impériales. L’empereur s’appuie sur des institutions anciennes telles que la préfecture de police de Paris qui succède à la lieutenance générale, et des institutions récentes comme la gendarmerie, créée en 1791, et le ministère de la Police générale, né sous le Directoire. Pilotés par des hommes efficaces – Fouché, Savary, Dubois, Moncey -, ces services, placés au coeur même de la société, travaillent à maintenir autant que possible le calme dans l’Empire, s’appuyant sur les rapports des maires et des préfets pour connaître et contrôler une opinion publique de 44 millions d’habitants répartis dans 130 départements à l’apogée du régime.

L’un des intérêts principaux de l’ouvrage est de proposer des portraits d’hommes dans leur travail quotidien, à Paris et en province. Les uns et les autres sont sans cesse mis en concurrence par Napoléon afin de mieux les dominer, au risque de générer des dysfonctionnements internes. L’Empire des polices témoigne du besoin de toute-puissance chez un chef d’État confronté à la fragilité d’un édifice dont il est la clé de voûte. »Polices impériales | lhistoire.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *