Dossier – Que s’est-il passé à Ouvéa ?

CAFÉ CRIMES – Archive sonore du 1er juin 2010

En 1988, la grotte d’Ouvéa a été le théâtre d’une affaire d’Etat sur laquelle toute la lumière n’a pas encore été faite. Alain Picard, alors lieutenant-colonel en poste en Nouvelle-Calédonie, était en première ligne. Il est le  mardi 1er juin l’invité de Jacques Pradel dans Café Crimes.

Retour sur les faits : à Ouvéa, petite île située à l’est de la Nouvelle-Calédonie, des indépendantistes canaques assassinent quatre gendarmes et prennent en otages 26 autres militaires. Alors qu’en France bat la campagne pour l’élection présidentielle, un bras de fer s’engage. Il s’achève, dans le sang, deux semaines plus tard.

Au cours de l’opération Victor, le 5 mai, deux jours avant la réélection de François Mitterrand, l’assaut est donné. Deux militaires et 18 preneurs d’otages sont tués. Certains auraient été exécutés sommairement.

La Nouvelle-Calédonie reste marquée par ce drame :

« Quelles sont les responsabilités des politiques, des militaires, du FLNKS ( le parti indépendantiste) ? » s’interroge aujourd’hui le militaire Alain Picard. La justice ne s’est jamais penchée sur cette affaire, une loi d’amnistie ayant été décrétée. Billet rédigé par par Fannie Rascle sur Europe 1

Pour écouter l’archive sonore sur Europe1

Parution du livre le 22 avril 2008 – Ouvéa une grotte sacrée au fin fond d’une forêt presque impénétrable dans laquelle sont retenus 17 gendarmes mobiles, 7 membres du GIGN, un jeune officier des Troupes de Marine et un magistrat. « Puisque vous ne voulez pas collaborer, la France déclare la guerre au peuple Kanak ». Les mots sont terribles, mais ils sont faux. Il s’agit d’une mystification du Comité indépendantiste Pierre-Declercq, relayée par Le Monde, et dès lors reprise comme parole d’évangile. Et ce n’est pas le seul mensonge dans cette affaire d’État qui se déroule sur fond d’élection présidentielle, d’avril-mai 1988, où s’affrontent MM. Chirac et Mitterrand. Le 5 mai, l’affaire se dénoue par une véritable opération de guerre. 19 indépendantistes et 2 militaires des forces spéciales sont tués ce jour-là. Fallait-il en arriver à cette extrémité? Pourquoi avoir dépêché en Nouvelle-Calédonie, terre française, des unités spéciales, le 11e Choc et le Commando Hubert, censées n’intervenir qu’à l’extérieur du pays. Éditeur : Little Big Man

Alain Picard, alors lieutenant-colonel, est arrivé sur le  « Caillou »  le 22 janvier 1988. Il commande le sous-groupement opérationnel de maintien de l’ordre Sud, c’est-à-dire les escadrons de gendarmerie mobile au sud de la Nouvelle-Calédonie et dans les Îles Loyautés (dont Ouvéa fait partie). Le 22 avril, il arrive sur les lieux de l’attaque de la brigade de Fayaoué où 4 gendarmes viennent d’être tués par des indépendantistes canaques. II restera sur l’île d’Ouvéa jusqu’à l’assaut de la grotte, le 5 mai, et assistera aux obsèques des 19 indépendantistes, le 8 mai …

Parution du livre le 3 juin 2010 – Un témoignage inédit! OUVEA, le 22 avril 1988. La brigade de gendarmerie de Fayaoué est prise d’assaut par un commando indépendantiste. Quatre gendarmes sont assassinés et vingt-sept autres sont pris en otage. Après une douzaine de jours de négociations rendues vaines, le Président de la République et son Premier ministre ordonnent l’opération  »Victor » de libération par la force des otages. L’opération, extrêmement difficile, se solde par la libération de tous les otages sains et saufs, la mort de deux militaires français et de dix-sept ravisseurs. Vingt ans après, le général Vidal qui commandait cette opération nous fait vivre, heure par heure, le véritable déroulement de cette prise d’otages. Il démonte la machination de certains médias qui, intoxiqués par les indépendantistes et leurs avocats, ont cherché à transformer cette libération réussie des otages en massacre délibéré des ravisseurs. Éditeur : Volum – Collection : Zone Interdite

Parution du livre le 9 novembre 2012 – Le 22 avril 1988 sur l’île d’Ouvéa, après avoir tué quatre gendarmes et pris vingt-sept autres en otage, des indépendantistes canaques déposent les armes à la gendarmerie de Fayaoué. A travers ce récit, Michel Lefèvre, chef du groupe d’assaut, nous fait partager son histoire au sein du GIGN dont le moment le plus marquant est la prise d’otages à Ouvéa. En exclusivité, il revient pour nous sur cette affaire qui a marqué à jamais tous ceux qui y ont été engagés. « Faire entendre ma voix vingt-quatre ans après, c’est un peu tard, ne manqueront pas de noter les esprits mal tournés. Pour ma part, je pense qu’il n’est jamais trop tard pour clamer la vérité. Le sentiment qui m’anime dans cette démarche est le même que celui qui, un jour de l’année 1981. m’a poussé à postuler pour entrer au GIGN : une envie profonde de rendre justice. Au nom de cette justice, je me dois de parler aujourd’hui ». Éditeur : Editions du Rocher (9 novembre 2012) – Collection : Documents.

Michel Lefèvre a fait partie du GIGN de 1981 à 1993 en tant que sous-officier.

Parution du livre 6 mars 2015 – Le 22 avril 1988, à Ouvéa, 27 gendarmes sont pris en otage par un groupe d’indépendantistes kanak. Cette explosion de violence, qui entraîna la mort de six militaires et 19 indépendantistes, devint un enjeu national et électoral majeur, alors que s’annonçait le second tour de l’élection présidentielle de 1988.

En donnant la parole aux différents acteurs de ce drame, qu’ils soient indépendantistes ou défenseurs de l’ordre républicain, l’auteur nous livre la première lecture historique de l’affaire d’Ouvéa : un événement singulier, mais aussi l’expression d’un conflit identitaire qui trouve son origine au milieu du XIXe siècle, lorsque Napoléon III décida de faire de la Nouvelle-Calédonie à la fois une terre de bagne et une colonie de peuplement.

Avant le référendum qui donnera pour la première fois à la population calédonienne la possibilité de décider de son sort indépendance ou maintien dans la République française , ce récit documenté sur l’histoire dramatique de l’archipel est indispensable. Éditeur : VENDEMIAIRE – Collection : Chroniques

Né à Nouméa, Frédéric Angleviel est spécialiste de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique. Appartenant à la communauté caldoche, il est aussi reconnu pour ses travaux par la communauté kanak. Il dirige la revue Annales d’histoire Calédonienne.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11 mai 2017

    […] propos de l ‘article publié le 10 mais 2017 et  intitulé  Dossier – Que s’est-il passé à Ouvéa ? la rédaction de Criminocorpus  a reçu un courriel de monsieur Jean-Guy Gourson qui a dirigé  […]