Le Crime de Soleilland : 1907, les journalistes et l’assassin …

Le crime de Soleilland-@ Capture ecran credit CNRS

CAFÉ CRIMES du 14/04/2010 – Jacques Pradel revient sur une affaire qui a reporté l’abolition de la peine de mort en France.

31 janvier 1907, Paris. La petite Marthe Erbelding, 11 ans, est violée et assassinée par un ami de ses parents, Albert Soleilland. Le 24 juillet, il est jugé et condamné à mort par les assises de la Seine. Partisan de l’abolition de la peine capitale, le président de la République Armand Fallières décide d’exercer son droit de grâce. Dans le même temps, un projet en faveur de l’abolition de la peine de mort est déposé à l’Assemblée en novembre.

La presse s’empare de l’affaire

Dès lors, une partie de la presse se déchaîne. Les détails de ce crime sordide sont livrés par les journaux et bouleversent l’opinion. Dans ses colonnes, Le Petit Parisienorganise un référendum sur la peine capitale. Les résultats sont sans appel : 74 % des lecteurs déclarent y être favorables. Voilà où il est. Voilà où il devrait être » titre de son côté l’hebdomadaire L’Illustration, montrant en vis-à-vis un Soleilland au bagne et un Soleilland sur l’échafaud.

C’est dans ce contexte que le débat sur l’abolition de la peine capitale arrive à l’Assemblée. En dépit des plaidoyers de Jean Jaurès et d’Aristide Briand, la peine de mort est maintenue en 1908 par 330 voix contre 201. Elle sera abolie le 17 septembre 1981.

Invité de l’émission l’historien  Jean-Marc Berlière

Pour écouter le document sonore sur Europe1

Parution du livre le 21 mai 2003 – 1906 : le débonnaire Armand Fallières est élu président de la République. Cet homme affable et rassurant, porteur des idéaux de la gauche républicaine, est un ferme adversaire de la peine capitale. Il gracie systématiquement les condamnés à mort, tandis qu’un projet abolitionniste est déposé en novembre à la Chambre. L’affaire semble en bonne voie quand survient le crime d’Albert Soleilland. Albert-Louis-Jules Soleilland, né en 1881, est le type même du petit-bourgeois déclassé. Le 27 janvier 1907, il assassine la fillette de ses voisins, Marthe Erbelding, onze ans. La culpabilité de Soleilland ne fait pas de doute : il est condamné à mort le 24 juillet. Mais le caractère atroce du meurtre provoque un déchaînement des passions, surtout lorsque Fallières gracie le coupable le 13 septembre. Montrant en vis-à-vis un Soleilland au bagne et un Soleilland sur l’échafaud, L’Illustration titre « Voilà où il est. Voilà où il devrait être ». Le Petit Parisien organise un référendum sur la peine de mort. 400 000 lecteurs répondent par lettre : 74 % y sont favorables. Le débat sur l’abolition en est irrémédiablement faussé… Dans sa préface, Robert Badinter, figure emblématique de cette cause et garde des Sceaux en 1981, revient sur les conséquences du procès et explique pourquoi il fallut attendre soixante-quinze ans pour que la question fût tranchée. L’historien Jean-Marc Berlière présente un dossier d’une grande richesse, tiré des archives de la préfecture de police. On y trouve le rapport détaillé de l’enquêteur et les aveux de Soleilland qui éclairent les circonstances du crime et la personnalité du coupable. On y apprend aussi que certaines préoccupations ne sont pas nouvelles : déjà, en 1907, le débat sur l’insécurité et l’efficacité de la police fait rage , conduisant le populaire ministre de l’Intérieur, Georges Clemenceau, à créer les célèbres brigades mobiles. Les lettres, souvent haineuses du public, les articles enflammés des journalistes dressent enfin le portrait d’une société en état de choc. Ils montrent, en définitive, comment la presse et l’opinion – sollicitée pour la première fois avec une telle ampleur – ont fait pencher la balance dans un débat politique extrêmement sensible.

p1070784_0Jean-Marc Berlière est un historien, spécialiste de l’histoire des polices en France et professeur émérite à l’université de Bourgogne.

Agrégé d’histoire, il a enseigné dans le secondaire (Fort-de-France, Amilly, Montargis, etc.) Il a soutenu en 1991 une thèse de doctorat portant sur L’Institution et la société policières sous la IIIe République (1870-1914). Enseignant à l’IEP de Grenoble, puis à l’université de Bourgogne, ses dernières recherches, toujours basées sur le dépouillement exhaustif d’archives multiples – dont celles de la police -, sont centrées sur la période de l’Occupation et de la guerre d’Algérie.

Depuis 1994, Jean-Marc Berlière est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne (IUT de Dijon, département information communication-Métiers du livre et du patrimoine) et chercheur au CESDIP (CNRS/ ministère de la Justice). Il enseigne l’histoire de l’institution policière à l’ENSP (St-Cyr-au-Mont-D’Or) et à l’ENSOP (Cannes-Ecluses) ainsi que dans le master sécurité et la préparation au concours de commissaire de l’IPAG de Clermont2.

* Membre du comité scientifique de Crime Histoire et Sociétés/ Crime, History and Society, revue internationale, CNRS/ MSH, Droz.
* Membre de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice (IAHCCJ) depuis 1989.
* Expert ANR.
* Membre du conseil scientifique de Criminocorpus et de l’ENSP.
* Chevalier des Arts et Lettres (2000), Jean-Marc Berlière est également président du Hot Club du Gâtinais et organisateur de concerts de jazz, membre de la rédaction de Jazz Classique et auteur de nombreux articles et chroniques concernant le jazz.

Jean-Marc Berlière a également participé à la réalisation d’un certain nombres de documentaires historiques pour la télévision…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *