Louis Nicolas Dubois, le préfet qui rêvait d’être ministre

Louis Nicolas a toute la confiance de Bonaparte… pour tenir à l’oeil Fouché, dont il convoite la place ! Même figure pâle, même regard voilé, les deux hommes se ressemblent. Un signe ?

Fouché a élevé au niveau du mythe la fonction policière : il est le créateur de la police moderne, doublé d’un génie politique. « Fouché, écrit Balzac, se réservait une grande partie des secrets qu’il surprenait et se ménageait sur les personnes un pouvoir supérieur à celui de Bonaparte. » « Le ministre de la Police est un homme qui doit se mêler de ce qui le regarde et surtout de ce qui ne le regarde pas », ajoutait Talleyrand. Fouché a éclipsé les autres policiers de son temps. Pourtant, le règne de Napoléon fut marqué par la multiplication des polices parallèles et leur rivalité. En réalité, Fouché n’eut qu’un rival, le préfet de police Louis Nicolas Dubois. À plusieurs reprises, il a … Lire la suite avec le billet publié par Jean Tulard dans Historia spécial 35 daté mai-juin 2017 – 800 mots Réservé aux abonnés du site

Recherche bibliographique : 

Amazon.fr – Le Comte Dubois, premier préfet de police : 1758-1847 …

Le Comte Dubois, premier Préfet de Police (1758-1847) – Persée

 

Dubois fut le premier préfet de police du 25 octobre 1800 au 14 octobre 1810.

Louis-Nicolas Dubois, qui devait devenir le puissant préfet de police de Paris sous le Consulat et l’Empire, est né à Lille, le 20 janvier 1758, dans une vieille famille du Nord. Son père était bailli de Saint-Amand et siégeait aux États du Hainaut.

En 1776, Louis-Nicolas vient à Paris pour étudier le droit et la procédure chez un procureur du Châtelet et six ans plus tard, prête le serment d’avocat à la Grand-Chambre du Parlement de Paris. L’année suivante, en 1783, il achète une charge de procureur au Châtelet, où il a comme collègues Réal et Fouquier-Tinville, deux futurs jacobins.

La Révolution ayant réformé la justice et supprimé les procureurs, Dubois s’installe comme avoué en 1791, au 5, rue de Tournon (6e). Membre du Club des Cordeliers après le 10 août 1792, il s’abstient sous la Terreur de se mettre en avant et il est nommé juge au tribunal du 3e arrt, le 14 nivôse an III (3 janvier 1795), puis au tribunal civil de la Seine, le 1er frimaire an IV (22 novembre 1795).

En germinal an VII (avril 1799), une note anonyme et confidentielle concernant le personnel des tribunaux de la Seine porte sur Dubois l’appréciation suivante : « Il est incapable de contrarier les vues du gouvernement, mais, l’opinion publique ne se prononce pas en faveur de sa moralité et de son désintéressement »…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  : Marc Allégret Revue : Revue du Souvenir Napoléonien Numéro : 363 Mois : févr. Année : 1989 sur le site du Napoleon


Vous aimerez aussi...