Le crime de lèse-nation. Histoire d’une invention juridique et politique (1789 -1791) – Association des professeurs d’histoire et de géographie

L’expression de « crime de lèse-nation » répond et s’oppose au « crime de lèse-majesté »  existant en France et s’appliquant au roi souverain. Cette nouvelle expression apparaît le 23 juillet 1789 comme découlant directement de la victoire de l’Assemblée Nationale sur le pouvoir royal au cours des mois de juin et de juillet 1789. Elle consacre ce transfert de souveraineté. La brève histoire de cette « invention juridique et politique » (p. 9) n’a été marquée que par une seule condamnation à mort, celle du ci-devant marquis de Favras pendu le 19 février 1790 place de Grève à Paris. Cette « première expérience de justice politique de la Révolution française » nous permet de pénétrer dans les débats de l’histoire de la justice politique révolutionnaire…

Pour en savoir plus lire le billet de © Jean SAGNES pour Historiens & Géographes, 14/05/2017 sur le site Aphg

Jean-Christophe GAVEN, Le crime de lèse-nation. Histoire d’une invention juridique et politique (1789-1791), Sciences Po-Les Presses, 2016, 559 p.,) Voir en ligne sur le site de l’éditeur

[Télécharger l’article au format PDF]


Vous aimerez aussi...