Louis Andrieux, l’homme de fer contre les anars

« J’ai fait tous les métiers », clamait, à raison, celui qui fut préfet de mars 1879 à juillet 1881. Un temps qu’il passe à traquer les ennemis d’un régime fragile, assisté d’une nuée de « mouchards »…

Né à Trévoux, dans l’Ain, le 24 juillet 1840 ; étudiant en droit à Paris qui attaque l’empire dans les petits journaux du Quartier latin ; avocat à Lyon, poursuivi pour outrages envers l’empereur et condamné à trois mois de prison ; délivré à la proclamation de la République et nommé procureur ; conseiller municipal de Lyon, conseiller général puis député du Rhône en 1876 ; franc-maçon : les étapes de sa vie, Louis Andrieux les retrouve en lisant son dossier secret, qui lui est remis, comme le veut la coutume, quand il est nommé préfet de police en 1879 : « Mon dossier portait le numéro 14207. Je l’ai fait relier et je le garde dans ma bibliothèque, avec toutes les calomnies grossières et … Par PAR BRUNO FULIGNI dans Historial spécial 35 daté mai-juin 2017 – 1004 mots Réservé aux abonnés du site pour en savoir plus …

En 1875, au bas d’une lettre, on pouvait lire : « Andrieux, avocat, ancien procureur de la République, ancien conseiller général, vice-président du conseil municipal de Lyon. » Louis Andrieux avait alors trente-cinq ans.

En 1929, le notaire ayant établi l’acte de vente de la propriété de Louis Andrieux à Valensole, dans les Basses-Alpes, mentionne en tête de celui-ci : « ancien avocat, ancien député, ancien préfet de police, ancien ambassadeur, ancien doyen de la Chambre des députés, chevalier de la légion d’honneur. » Louis Andrieux a soixante-dix-neuf ans.

Il y a encore des oublis. Résumons : avocat, procureur de la République, conseiller municipal de Lyon, conseiller général du Rhône, préfet de police de Paris, ambassadeur de France en Espagne, député, doyen de la chambre des députés, président du conseil général des Basses Alpes, sénateur de ce département (quelques jours), journaliste, écrivain, docteur es-lettres à quatre-vingts sept ans. À la Chambre, un jour il dira « j’ai fait tous les métiers ».

Il épouse une riche héritière d’une immense famille d’industriels alsaciens avec laquelle il aura trois enfants. Avec Marguerite Toucas il aura un fils, Louis Aragon, son père lui ayant donné le patronyme d’un de ses ex-collaborateurs, un commissaire de police. On lui prête une liaison avec Isabelle II, la reine d’Espagne. Cela se passait à Etretat.

Il fut toute sa vie un libre penseur, il mourut dans les bras d’une comtesse d’Action française ; il sera franc-maçon, il se gaussera d’eux dans ses souvenirs et ses anciens « frères » le lui feront payer cher ; il sera boulangiste mais le niera ; il eut un rôle important lors de l’affaire de Panama à l’occasion de laquelle il aura pages ouvertes dans la Libre Parole, le journal de l’antisémite Drumont ; il sera un féministe sincère.

Maurice Mouthier fourrage dans cette vie multiple, résout quelques énigmes, en laisse d’autres sans réponse…Une promenade dans un siècle d’une vie qui s’écoule surtout dans la seconde moitié du dix-neuvième.

Maurice Mouthier, avocat honoraire, diplômé d’études supérieures de droit public, auteur de nombreux ouvrages de droit aux éditions De Vecchi. Il est né l’année de la mort d’Andrieux.

  • Éditeur : Aléas (1 janvier 2008)

Extrait de l’introduction : « Certaines personnalités marquantes (de la IIIe République) ont été laissées pour compte par les historiens, et oubliées de la mémoire collective »

Hélène Landre, Laurent-Antoine Pagnerre (1805-1854)

« Andrieux fut une des plus curieuses physionomies de son siècle » (France-Soir, 4 mai 1955)

Louis Andrieux ? Un électron libre de la Troisième République. Un homme parti de rien ou presque et qui s’évaporera dans le temps ne laissant que de rares traces dans l’historiographie politique de l’époque. Paradoxalement il va se survivre dans le flamboiement de son fils adultérin, Louis Aragon, fils révolté contre son père, devenu révolutionnaire puis grand prêtre d’un ordre nouveau, d’une église nouvelle.

Andrieux, Louis Andrieux, m’est apparu de prime abord comme un personnage fantasque. Je m’étais attaché à lui parce que, lui, était attaché aux Basses-Alpes et plus intimement à Forcalquier. J’ai découvert, en effet, ce député bas-alpin, ce sénateur bas alpin, très éphémère, ce président du conseil général des Basses-Alpes surtout parce que j’avais appris qu’il avait été l’amant de Marguerite, la fille du sous-préfet de Forcalquier, laquelle s’était donnée à lui sans avoir « la bague au doigt. Par contre, lui, en avait déjà une.

Puis, j’ai pris goût au jeu : j’ai lu « À travers la République » et acquis « Souvenirs d’un préfet de police ». Je venais déjà de relever que, Andrieux, outre les mandats politiques déjà énoncés, avait été aussi, avocat, procureur de la République, ambassadeur et plus encore préfet de police.

Aragon, son fils, je le connaissais parce qu’il était communiste et que je l’avais été aussi et qu’aucun militant ne pouvait ignorer ce personnage emblématique. Je l’ai connu aussi, Aragon, quand plus lucide j’ai appris ses méandres politiques, plus ou moins acrobatiques mais qui ne s’échappaient jamais de la ligne droite traversant les anneaux.

Or, en dehors du curieux voulant approfondir quelques aspects de la IIIe République, on peut s’intéresser aussi à cet étonnant personnage qu’est Andrieux pris en sa qualité de père d’Aragon. Ce n’est pas flatteur pour le géniteur d’Aragon dont Dominique Desanti a cru pouvoir écrire, qu’il « est un des grands écrivains de ce siècle mais, comme Céline, politiquement c’était un salaud. » (312, p. 275). Peut-être étaient-ils, tous deux des « professionnels du désespoir » !

Il y a un genre qu’Aragon n’a pas abordé, c’est le théâtre et c’est étonnant. Certes Roselyne Waller dit que le père d’Aragon « fut l’un de ceux par qui sa vie eut à son origine des allures de roman ». Mais il admettait qu' »Anicet n’était qu’un masque transparent de moi-même ». Mais. Oui, c’est le théâtre et surtout la comédie. Or à qui, enfant, a-t-on joué le plus la comédie, qu’à Louis Aragon ? On pense à un jeu de rôles… à un jeu de drôles même.

Mais n’est-il pas curieux de rechercher le père à travers le fils dont François Nourissier disait en 1997 qu’il était temps de reconstituer le personnage ? Andrieux est à découvrir et existerait-il encore sans le fils que jamais il ne put reconnaître, tant est qu’il l’eut souhaité si, juridiquement cela lui avait été possible. Je viens d’emprunter dans une bibliothèque « La Troisième République » de Gisèle et Serge Berstein. Je cours à l’index. Andrieux y figure, p. 32. : « ARAGON, Louis… fils naturel du député Louis Andrieux ». (435) Le père connu grâce au fils !

Aragon « innombrable, ondoyant, déroutant, contradictoire » dit Nourissier. Andrieux ? Lisse sous une plume acerbe et alerte, sans masque mais pas sans gants lorsqu’il expulse les religieux (Voir l’histoire des fameux gants gris perle), constant en politique : il vit à travers la (troisième) République, fidèle et bon père ? C’est à discuter.

À la fin de ses jours Aragon a participé à une émission de télévision le visage masqué. « Pour signifier qu’il faudrait, à jamais, le traquer derrière le masque. Derrière les masques » s’interroge, dans Le Monde du 15 avril 1994, Josyane Savigneau ? Mais, ne faut-il pas commencer à traquer son père, ce qui n’est peut-être pas des plus simples car, où mieux se cacher que dans la foule, que dans le brouhaha ?

Louis Andrieux a toujours su « placer son fauteuil dans le sens de l’histoire » pour employer cette expression de Camus qui se demandait s’il fallait le faire à toute force. On verra que sur les principes Andrieux n’a jamais été un opportuniste, enfin, plus exactement il ne le fut que peu de temps : il est seulement resté fidèle à la République. Il n’est pas né avec elle. Ses premiers vagissements, Andrieux, les a poussés sous Louis Philippe.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *