La perversion du suicide, entre la pathologie et la morale (Eva Yampolsky)

Résumé de l’article : Au tournant du xixe siècle, avec la naissance de la psychiatrie moderne et les transformations pénales en France, la médecine aborde le suicide et les perversions en termes de pathologie. Selon mon hypothèse, la théorisation de ces pathologies implique une ambiguïté conceptuelle, qui surdétermine le discours psychiatrique, et que j’aimerais ici analyser. En effet, comme on peut le lire dans plus d’un traité médical, le déplacement du crime juridique ou religieux dans le champ médical repose sur une certaine confusion entre la morale, ou les valeurs sociales, et le moral, ou les facultés intellectuelles et psychiques. À partir de là, j’aimerais tout d’abord montrer comment la morale, conçue en termes de règles et valeurs sociales, opère dans les théories médicales sur le moral, ou les fonctions psychiques. Je montrerai ensuite comment cette influence de la morale sur les théories psychiatriques a permis à la médecine mentale de s’approprier et redéfinir tout un spectre de comportements déviants – resté jusqu’alors en dehors du cadre de la pathologie.

Lire l’article de Eva Yampolsky dans la revue Criminocorpus.

Cet article  est une contribution à la journée d’études « Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l’autre  » organisée dans le cadre de l’EHESS, avec la collaboration de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et le programme de bourses Fernand Braudel Ifer incoming, ainsi que du Centre Alexandre Koyré.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *