[Dossier] Au bagne avec Albert Londres

Il y a 85 ans, Albert Londres trouvait la mort dans l’incendie du Georges Philippar, le bateau qui le ramenait de Chine en France. Le journaliste était connu pour ses reportages engagés à travers le monde.

[Dossier] Au bagne avec Albert Londres.

Albert Londres. Tableau de Raymond Galinié ; Revue de Comminges ; Société des études du Comminges (Saint-Gaudens) ; janvier 1994 – Source BnF

 « Le Petit Parisien publie le 8 août 1923 le premier volet du reportage d’Albert Londres intitulé « En voguant vers la Guyane » (icono 1), « une enquête passionnante, accomplie patiemment et consciencieusement dans le monde des « bagnards » ». Le journaliste s’engage à dire « avec une égale liberté, ce qu’il a vu, entendu et pensé ». Chaque jour ou presque pendant un mois, Londres raconte ainsi ses rencontres, ses séjours dans l’île Royale, une des îles du Salut (icono 2) jusqu’à Saint-Laurent-du-Maroni (iconos 3 et 4) « la capitale du crime » (Le Petit Parisien du 23 août 1923). Il fait découvrir au grand public les pratiques du système judiciaire, par exemple la loi du doublage (Le Petit Parisien du 11 août 1923) : chaque détenu au terme de sa peine, a l’obligation de résider dans la colonie pendant un temps égal à la durée de celle-ci. « Le jury, ignorant, condamne un homme à deux peines. Le but de la loi était noble : amendement et colonisation, le résultat est pitoyable. Et ici, voici la formule : le bagne commence à la libération. ». Le Petit Parisien du 7 septembre 1923 annonce que l’enquête est désormais terminée. Il rappelle qu’il ne s’agissait pas de créer un apitoiement pour des hommes « que, légitimement la société a éloignés d’elle parce qu’ils constituaient pour elle un danger. ». Et à cette occasion, le journal donne la parole à maître de Moro-Giafferi, avocat d’assises (il a plaidé pour Landru, icono 5) et membre du Parlement pour qu’il donne sa conclusion à l’issue de l’enquête menée par Albert Londres. L’avocat salue le reportage qui a permis d’« appeler l’attention publique sur les laideurs stériles de ce cloaque, où croupit une humanité sans espoir ». Et il affirme que « Le législateur, quelque jour, devra s’inspirer d’une pensée moins farouche et corriger l’excès inutile des rigueurs que le journaliste nous a dénoncées. »… »

Pour en savoir plus lire le billet publié par Isabelle Chalier sur le site Retronews


Vous aimerez aussi...