Journées d’étude – Sources et méthodes de la micropénalité en institutions en Europe (XIXe-XXe siècles)

Sources & méthodes de la micropénalité en institutions en Europe (XIXe-XXe siècles).
Journées d’étude – Lundi 12 et mardi 13 juin 2017 à Lyon

(LARHRA-Lyon2 / Centre d’histoire du XIXe siècle-Paris 1)

 

Premières journées d’étude dans le cadre du projet sur les micropénalités en institutions en Europe (XIXe-XXe siècles). Pistes pour une histoire sociale comparée de la dimension punitive des institutions à l’époque contemporaine.

L’objectif de ce projet est de forger un groupe de réflexion sur l’histoire des population instituées en Europe à l’époque contemporaine, en prenant comme point d’entrée l’analyse des punitions. En réunissant des chercheurs sur l’école, l’asile psychiatrique, l’hospice, la caserne ou encore la prison, nous souhaiterions développer une approche pragmatique, micro et comparée des punitions en milieu institutionnel. Ce projet sur les micropénalités n’a pas pour ambition d’écrire une histoire exhaustive des institutions, mais bien de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, et de poser les termes de la comparaison en prenant en compte la diversité des configurations institutionnelles inscrites dans des contextes politiques et sociaux variés.
Les punitions constituent un continuum dans l’administration des populations encadrées et, de ce fait, offrent un observatoire privilégié pour une étude comparée des institutions. Cet objet, se situant à l’articulation de la morale et des pratiques infra-ordinaires de justice, permet de poser la question à la fois de la nature de la faute, de la matérialité de la peine et de la fonction de ce type d’interaction en milieu institutionnel. Instruments de gestion, les punitions jouent aussi un rôle dans la formation et la régulation des populations instituées.
Les deux premières journées de ce projet sont consacrées aux sources de la punition. Elles seront l’occasion d’un bilan historiographique collectif, et d’une présentation détaillée des corpus de sources concernant les punitions. L’objectif est ainsi de mener une réflexion collective sur les différents types de sources – sources normatives, débats théoriques, archives de la pratique administrative – afin d’interroger les formes archivistiques, les conditions de production et de conservation de ces traces punitives, diffuses ou systématiques, rares ou abondantes. Cette première rencontre permettra de poser les premiers jalons d’une analyse qui se prolongera en décembre 2017, lors d’une deuxième rencontre sur l’administration des punitions en institutions.
 
 Programme
Lundi 12 juin 2017. Salle Élise Rivet, Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot.
9h30-9h50 : Accueil des participant-e-s
9h50-10h : Introduction au projet et des journées d’étude, Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust.
10h-11h30. « Sur les traces des punitions », bilan historiographique collectif.
 
11h45-13h. Non-dits et silences sur la dimension punitive
Amélie Nuq (Grenoble, LARHRA) : « De l’ambivalence de la punition dans un État dictatorial : entre volonté affichée de rééducation et silence disciplinaire. Le cas des maisons de redressement de l’Espagne franquiste (1939-1975) »
Nicolas Picard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) : « L’impunité des morts-vivants. Les sources punitives dans le quartier des fers (France, XXe siècle) »
Irène Gimenez (LARHRA, IEP Lyon) : « Répressions et résistance au quotidien. Le cas des prisonnier.e.s politiques antifranquistes (années 1960-années 80) »
 
14h30 -18h. Fluctuation et éparpillement de l’enregistrement des sources de la punition
  Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA) : « Du bilan comptable des peines aux cahiers de punitions des vieux pensionnaires : les sources de la micropénalité en hospice de vieillards (XIX-XXe siècle) »
  Fanny Le Bonhomme (Centre Marc Bloch, Berlin) : « Punir en milieu psychiatrique : les traces de la punition dans le dossier de patients (Berlin Est- RDA, années 1960) »
Anatole Lebras (Centre d’histoire de Sciences Po) : « Les sources de la micropénalité asilaire : sur les traces d’une pratique punitive diffuse »
  Marianne Thivend (Lyon 2, LARHRA) : « Les sanctions dans les institutions de formation professionnelle au 20e siècle : la question des sources »
 
 
Deuxième journée. Salle des colloques, campus « berges du Rhône », Université Lyon 2, 18, Quai Claude Bernard.
9h-11h. Abondance et prolixité des sources punitives.
  Paul Marquis (Centre d’histoire de Sciences Po) : « Dossiers médicaux et sources imprimées : sur les traces des punitions dans un hôpital psychiatrique colonial (Algérie, 1933-1963) »
Mathieu Marly (Lille 3), « L’économie punitive des casernes. Étude quantitative d’ un registre de punition à la fin du XIXe siècle »
  Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) : « Administrer la peine : aux origines du foisonnement des sources punitives en prisons (France, fin XIXe– années 1930)
Pierre Porcher (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 4), « Aux sources de l’ordre scolaire républicain : sanctions et punitions dans l’enseignement public en France (1880-1940) »
 
11h30-12h30. L’usage des punitions : une pratique en débat.
  Solenn Huitric (ENS, LARHRA), « Approcher les modalités de régulation du comportement enseignant par les sources administratives : le cas de l’enseignement secondaire français au XIXe siècle »
Marie Derrien (Chambéry, LARHRA) : « Les punitions à l’heure de la « révolution psychiatrique » : les sources de la controverse dans L’Information psychiatrique »
 
 
14h-16h : Conclusions et table ronde entre les intervenants : pour une histoire sociale comparée des punitions en institution à l’époque contemporaine ?
 
Organisation : 
Elsa Génard (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle: elsa.genard@gmail.com) 

Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA) mathildemeheust@yahoo.fr)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *