Louis Lépine, le modernisateur républicain

« Un bûcheur, « Louis le Juste », qui au tournant du XXe siècle s’inquiète de l’image, catastrophique, des gardiens de la paix auprès de l’opinion, quand il ne met pas en place des réformes fortes.

Malgré sa petite taille, l’homme en impose : la barbiche impérieuse, l’air sévère, « sobre de gestes, bref en paroles, il commandait souvent des sourcils et il les avait prompts à se froncer », écrit son subordonné le commissaire Raynaud dans Souvenirs de police. Né à Lyon, le 6 août 1846, Louis Lépine a combattu en 1870, avant d’entrer dans la préfectorale puis d’assurer pendant quatre ans le secrétariat général de la préfecture de police. Il connaît donc parfaitement les rouages de la maison quand il est nommé préfet de police, le 11 juillet 1893. Promu gouverneur général de l’Algérie en 1897, il ne parvient pas à y contrer le succès électoral des antisémites aux législatives d » … Par BRUNO FULIGNI dans  Historia spécial 35 daté mai-juin 2017 – 1144 mots Réservé aux abonnés du site pour en savoir plus…

Le Préfet Louis Lépine est à l’origine de nombreuses inventions de la police moderne : c’est la raison pour laquelle il est souvent surnommé le « préfet inventif ». Préfet de police de 1893 à 1897 puis de 1899 à 1913, il est notamment à l’origine de la brigade fluviale, ainsi que des brigades cyclistes en 1901 (les fameuses « hirondelles »). Sa première mesure, l’année de sa prise de poste, est de doter la capitale d’un service centralisé des objets trouvés. C’est aussi lui qui arme, en 1897, les gardiens de la paix d’un bâton blanc et d’un sifflet à roulette. Il fait installer 500 avertisseurs téléphoniques rouges pour alerter les pompiers puis pour alerter police-secours. Il est à l’initiative de la réorganisation et la fluidification de la circulation en instaurant notamment des passages piétons, des sens uniques et des sens giratoires. Concernant l’organisation de la police elle-même, il encourage le développement de la police scientifique. En 1912, il instaure la Brigade criminelle, sur le modèle des Brigades du Tigre qui opèrent avec succès sur le territoire français. Il crée cette brigade spécialisée, pour endiguer les exactions commises notamment par une bande de malfaiteurs célèbre, dite « Bande à Bonnot ». Il est à l’origine du célèbre Concours Lépine , qui récompense chaque année, à la foire de Paris, les meilleures inventions des artisans et des commerçants. A l’origine, ce concours récompensait le gagnant d’un prix de 100 francs. Ce concours était destiné à sortir les petits fabricants parisiens d’une situation économique difficile. Aujourd’hui, tout le monde y a accès et le concours distingue les innovations les plus remarquables. Afin de valoriser le patrimoine de la police française, il crée en 1909 le musée de la préfecture de police ainsi que les archives de la police. En mémoire à l’œuvre qu’il a accompli à la tête de la préfecture de police pendant 18 ans, la trente-deuxième promotion des commissaires de police issue de l’École nationale supérieure de police, entrée en fonction en 1982, porte son nom. Source : Préfecture de police

Deux biographies à lire :

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *