Les mousquetaires du président : GSPR(Groupe de sécurité de la présidence de la République) : dans les secrets de l’Elysée

Costumes sombres, oreillettes discrètes, valises en Kevlar et armes de poing : plongée avec le Groupe de sécurité de la présidence de la République.

invité de l’émission RTL de Jacques Pradel du 17 mai 2017 : Alain Le Caro, créateur du GSPR, auteur avec Gilles Halis du livre « Les mousquetaires du Président » publié aujourd’hui aux éditions Fayard.

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission L’Heure du crime

Parution du livre le 17 mai 2017 – Costumes sombres, oreillettes discrètes, valises en Kevlar et armes de poing à portée. Préparés au pire, formés comme aucun autre, ce sont eux qui rôdent autour de nos présidents, prêts à donner leur vie pour sauver la leur. Ce groupe, c’est le GSPR ; une soixantaine d’hommes, assujettis au devoir de réserve, perdus dans les « secrets des Dieux ».

Alain Le Caro, qui a fondé cette unité, revient ici sur sa première mission : François Mitterrand. Du groupe, il a dessiné les contours, formé secrètement les membres, autour d’une seule et même ligne : préserver la vie du président et cellede ses proches.

Une mission qui les a conduits à devenir peu à peu les ombres de François Mitterrand, les confidents de ses enfants, les coursiers des affaires de la République.

De révélation en révélation, Alain Le Caro nous entraîne au coeur de la sécurité présidentielle, de l’intimité des gourvernants aux secrets d’État. Un récit passionnant dans les coulisses de la « mitterrandie ».

« C’est un sacré parcours que celui d’Alain Le Caro, ancien colonel du GIGN, ex-patron du groupe de sécurité de la présidence de la République. Installé à Albi depuis 2 ans, le retraité combat le stress des autres.

Secrets d’État, raison d’État, secrets défense, confidentiel défense, petite Histoire, grande Histoire, coups d’État en Afrique, interventions périlleuses dans les pays de l’Est, à Berlin, en Amérique du Sud. ça, c’était le quotidien d’Alain le Caro, ex-patron du GIGN, l’unité d’élite de la gendarmerie nationale. Cet ancien enfant de troupe est passé par Mat spé puis par l’école des officiers de Saint-Cyr et, en suivant, l’école des officiers de la gendarmerie à Melun. C’était l’année de l’attentat aux JO de Munich en 1972. Dix ans après, explique Alain Le Caro, j’ai rejoint l’unité d’élite chargée de lutter contre le terrorisme, au moment de l’arrivée à l’Élysée de François Mitterrand. Nous avons été chargés de la protection du chef de l’État. J’étais capitaine et j’avais 34 ans». De nombreuses photos en présence de Mitterrand ornent sa salle de remise en forme. À la tête du groupe de sécurité de la présidence (GSPR) jusqu’en 1988, il dirige le nouveau groupe de sécurité et d’intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN). Le colonel le Caro a 400 hommes sous sa responsabilité. Il quitte la gendarmerie en 1993 et met ses qualités au service des grandes entreprises internationales puis d’un groupe pétrolier afin d’assurer la sécurité des employés et de leurs familles. Enlèvements, rançons, opérations spéciales faisaient partie de son quotidien »… La Dépêche.

Les Editions Fayard

Témoignages/Doc/Actu


Vous aimerez aussi...