La guerre du Gardien de la paix Allard/Jean Alliot (Luc Rudolph)

Le 5 février 1943, le gardien de la paix de la Préfecture de Police Jean-Baptiste AllardIndou se trouve à Carantec avec trois autres agents, dont son collègue Albert Billard, tous membres de L’Alliance, pour être transférés vers l’Angleterre. Ils embarquent sur l’Yvonne et rejoignent la Grande-Bretagne à Salcombe le 7 février, non sans avoir essuyé une forte tempête. Ils séjournent à Patriotic School pour le traditionnel criblage de sécurité jusqu’au 8 mars. L’aventure d’Allard commence alors vraiment. Né en 1904 à Avessac (Loire-Inférieure), il est entré à la Préfecture de Police comme gardien de la paix en mars 1928 : il y deviendra opérateur radio. Allard rejoint la Résistance, qu’il sert à plein temps, comme agent P2 dès mai 1942 : il est révoqué de ses fonctions le 22 février 1943. Arrivé en Angleterre, le voici membre des FFL, devenu  Jean Alliot…

Un article rédigé par Luc Rudolph et  publié le 29 mars 2017 par

Lire la suite en PDF : La guerre du Gardien Allard

Après avoir bousculé en 2014 les dogmes sur la Résistance à la Préfecture de Police et sur la Libération de Paris, dans Policiers Rebelles (éd. SPE), c’est au tour de la Résistance des policiers dans le reste du pays et leur rôle dans le débarquement allié à Alger de trouver leur place ici. Même si différente de celle de la région parisienne, cette Résistance est aussi foisonnante, précoce et diverse. À côté d’un réseau de grande importance tel Ajax, une douzaine de policiers créent leur propre structure pour combattre l’ennemi. Qui se souvient que c’est un policier qui a créé La Voix du Nord ? Leur place dans les réseaux «civils» est aussi parfois déterminante : au sein de L’Alliance, de Morhange, Andalousie, Marco-Polo, Action R6, Sylvestre-Farmer… Ce sont parfois des unités de police entières qui basculent du côté des «terroristes». Beaucoup de policiers tomberont entre les mains des Allemands, voués à la déportation ou à la mort immédiate. Une cinquantaine de Justes sauront contrebalancer quelque peu l’action de ceux qui ont participé aux rafles meurtrières : 75 % des Juifs de France seront quand même sauvés. L’inaction, risquée, des policiers n’y est pas étrangère. Les actes de courage, nombreux, se feront au prix d’un affrontement permanent avec les préfets et directeurs vichystes qui dirigent la police et avec la «Gestapo», l’OVRA ou la Kenpeitaï, policiers contre policiers. Comme pour la Libération de Paris, les coups portés par les policiers français à l’ennemi ou aux pétainistes seront parfois décisifs : ainsi de leur rôle en 1942 en Algérie. Car leur combat sort des limites de la Métropole : ils se battront en Afrique du Nord contre les multiples «polices» vichystes développées par les armées du Maréchal, ou affronteront les Japonais en Indochine. Tous les grades apporteront leur pierre à cette Résistance effacée des mémoires : gardiens, inspecteurs, commissaires, administratifs. Tous méritaient de sortir de l’oubli.

Titre Policiers Rebelles Sous-titre Volume 2, Policiers Contre Policiers : Une Résistance Oubliée, La Police : 1940-45 Date de sortie 11/04/2015 Auteur(s) Luc Rudolph Traducteur(s ) Collectif Éditeur SPE Militariat Collection Policiers Rebelles – 2 Rayon Histoire / Histoire De France