Denis Peschanski : Hommage à l’historien Pierre Laborie

« Pierre Laborie est mort.

 Denis Peschanski -Membre du Conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires
Historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale
Directeur de recherche au CNRS
Président des conseils scientifiques du Mémorial de Caen et du Mémorial du camp de Rivesaltes

C’est l’un des plus grands historiens de la France des années noires qui vient de nous quitter. Il a révolutionné notre approche de l’opinion et pour ceux qui ne connaissent pas son oeuvre, je vous recommande le classique: « L’opinion française sous Vichy : les Français et la crise d’identité nationale 1936-1944 », Éditions du Seuil, Paris, Points Histoire, 2001. La révolution paxtonienne était passée à côté de cette question cruciale à laquelle Pierre consacra sa thèse sur le Lot publiée dès 1980. Il a donc ensuite élargi la focale et, appareil conceptuel à l’appui, a démonté les systèmes de représentation à l’oeuvre à la fin des années 1930 et après la défaite. Au coeur de son propos se trouve le diagnostic d’une crise d’identité nationale marquée par une atomisation de la société, un repli sur soi, un rejet de l’autre, une perte des repères collectifs hérités de la Révolution française, uns système combinant xénophobie, antisémitisme, anticommuniste et pacifisme alors que montaient les périls. La reconstruction se fera doucement, dans la Résistance d’abord.

Systèmes de représentation, crise d’identité nationale, mais aussi question heuristique cruciale de la représentation. S’inspirant de travaux portant plus sur le XIXe, il prend comme objet moins l’événement lui-même que la représentation de l’événement qui, au passage, quand elle est celle de décideurs ou de la population, prend statut d’événement en agissant sur la décision ou sur l’opinion. Pour illustrer son propos je prenais régulièrement l’exemple du renvoi de Laval par Pétain le 13 décembre 1940. Les sources et la méthode de l’historien insistent sur l’enjeu de pouvoirs à Vichy : qui contrôlait les négociations avec les Allemands contrôlait l’essentiel du pouvoir ; Laval l’avait compris et avait mis la main sur ce lien avec l’Occupant. Pétain ne pouvait accepter qu’il le fît à sa place. Mais… que pensait l’opinion dans sa majorité ? Que le maréchal renvoyait ainsi l’homme de la Collaboration, une collaboration qui était largement rejetée. On « comprenait » enfin la poignée de Montoire entre Hitler et Pétain qui était donc une façon de finasser pour mieux prendre ses distances avec Hitler.

L’historien qui s’attache à expliquer ce renvoi montrera donc qu’il s’expliquait par des conflits intérieurs de pouvoir, mais, s’il s’attache à l’état de l’opinion avec Pierre Laborie, il vous dira que ce qui a pesé sur celle-ci ce n’est pas l’événement tel que reconstitué par l’historien, c’est la représentation dominante que s’en faisait l’opinion. En un mot, pour comprendre l’état de l’opinion, l’événement est secondaire, ce qui compte c’est la représentation que l’opinion s’en fait.

Je ne développerai pas davantage, mais on mesure l’importance de cette approche, aussi, quand on étudie l’action et l’opinion, deux registres qu’il faut distinguer pour appréhender la singularité de la Résistance (qui fut un autre de ses objets d’étude) et celle de la société dans son ensemble.

Il faut donc lire son oeuvre qui m’a marqué comme elle a marqué nombre de ses collègues et de ses élèves.

Durant sa vie la souffrance, la douleur, le drame ont été trop souvent au rendez-vous. Si quelque dieu existe, il ne l’a pas épargné. Pierre est parti trop tôt. Trop tard aussi pour éviter les longues dernières épreuves.

Je t’embrasse, mon ami. » Denis Peschanski


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *