Marie-François Goron, celui qui fait parler les morts

Patron de la Sûreté au terme d’une ascension rapide, cet ancien aventurier s’est rendu célèbre en tirant au clair une ténébreuse affaire en 1889. Assisté d’un limier inédit : le médecin légiste.

Marie-François Goron aurait pu mal tourner. Mauvais élève, il part tenter une vie d’aventures en Amérique du Sud, pour en revenir sans un sou. Entré dans la police parisienne en 1880, il est nommé commissaire cinq ans plus tard, devient sous-chef puis chef de la brigade de Sûreté en 1887, avant qu’un fait divers sensationnel ne fasse de lui une vedette : l’affaire de « la malle à Gouffé », qui tient la France en haleine pendant deux ans. Goron mène, en cette fin de XIXe siècle, une enquête exceptionnelle, marquée par la première utilisation active de la médecine pour résoudre une affaire – au lieu de simplement constater le décès – et par un important recours à la presse pour … Par BRUNO FULIGNI dans Historia  spécial 35 daté mai-juin 2017 – 1039 mots Réservé aux abonnés du site pour lire la suite …

Éditeur : ANDRE VERSAILLE (3 février 2010) – Marie-François Goron a dirigé la Sûreté parisienne de 1887 à 1894. Ayant enquêté sur la plupart des grandes affaires criminelles qui fascinèrent les lecteurs d’une presse alors en pleine expansion, il a, comme nombre de ses prédécesseurs – notamment le célèbre Vidocq -, beaucoup écrit après sa démission de la Préfecture de police. Ses mémoires, très fiables quand on les compare aux archives officielles, permettent une plongée originale dans le Paris de la fin du XIXe siècle. Portraits de criminels et de  » limiers  » hauts en couleur, évocation du service de la Sûreté, de ses méthodes et de son personnel, récits de crimes spectaculaires et sanglants, chroniques minutieuses d’enquêtes à rebondissements alternent avec des considérations psychologiques, professionnelles et morales, le tout formant un tableau pittoresque d’une Belle Époque peinte de couleurs inattendues. Dans L’Amour criminel, l’ancien chef de la Sûreté évoque plusieurs affaires dont la passion constitue le ressort. Parmi celles-ci, l’affaire dite de  » la malle à Gouffé « , qui éclata à Paris pendant l’Exposition universelle de 1899, passionna le monde entier. Une femme fatale, un guet-apens, une mystérieuse disparition, une malle sanglante, une chasse à l’homme jusqu’en Amérique, un mobile introuvable : tous les ingrédients du meilleur des romans policiers y sont rassemblés.

(Extrait de la préface de Jean-Marc Berlière) : « S’il est aujourd’hui difficile, tant son directeur excellait dans l’autopromotion, de se faire une idée précise des activités et de l’importance de l’«agence Goron», on peut, en revanche, mesurer la prolixité de l’«ancien chef de la Sûreté» dans le domaine littéraire et éditorial.

Mettant à profit les souvenirs très vivants conservés des enquêtes et des crimes qu’il avait connus comme policier et traités comme chef de la Sûreté, bien aidé par les dossiers et le «musée criminel» qu’il avait constitués, servi par son sens aigu de la réclame, les excellentes relations qu’il entretint constamment avec la presse et les journalistes, Goron, plus encore que Macé, l’un de ses prédécesseurs et confrère en littérature, va produire une oeuvre dont l’abondance tout comme la fidélité de son éditeur, Ernest Flammarion, démontrent le succès constant. »

Revue de presse : Dans un style digne d’Emile Gaboriau, Goron y raconte ses « descentes dans les garnis interlopes » et ses rencontres avec les « louves du trottoir » ou les « vieux vicieux » des bas-fonds. Simple catalogue d’épisodes cocasses ? Non, car si l’auteur aimait tremper sa plume dans le stupre et le sang, c’était aussi un esprit curieux de ce qui se faisait de mieux à l’époque – en particulier à Scotland Yard. Et surtout un rationaliste lucide qui sut résister aux délires, alors à la mode, de ceux qui étaient persuadés de trouver dans les cerveaux des assassins les « stigmates du crime ». (Thomas Wieder – Le Monde du 12 mars 2010)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *