Le duel Clemenceau / Deschanel

Le député boulangiste Déroulède et le député radical Clemenceau. Le duel participe alors de la vie politique.

EN 1894, UN COMBAT SINGULIER OPPOSE LES DEUX PARLEMENTAIRES, CLEMENCEAU AYANT TRAITÉ DESCHANEL DE MENTEUR ET DE LÂCHE. LES DUELS ÉTAIENT ALORS UN MOYEN COURANT DE RÉGLER LES DIFFÉRENDS ENTRE PERSONNALITÉS PUBLIQUES…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 18 mai 2017 sur le site Retronews

Parution du livre le 9 mars 2004 – Le duel, rajeunissant un rituel de l’Ancien Régime, s’est perpétré en France, sans fléchir, de la Révolution française jusqu’à la guerre de 1914. A l’épée ou au pistolet, tout au long du XIXe siècle, parlementaires, journalistes, écrivains et artistes n’ont cessé de s’affronter passionnément sur le terrain, selon les règles codifiées et en courant de grands risques. Ni le bon sens ni la dérision ne parvinrent à y mettre un terme ; les pouvoirs publics demeurèrent impuissants ; la Justice détourna les yeux. Prenant appui sur une multitude d’épisodes parfois grotesques, souvent dramatiques, toujours pittoresques, Jean-Noël Jeanneney s’interroge sur les motifs d’une pareille pérennité. Et c’est tout une société en quête d’équilibres nouveaux qui s’en trouve, chemin faisant, éclairé.

Jean-Noël Jeanneney, né en 1942, professeur des universités à l’institut d’études politiques, a été président de Radio-France et de RFI de 1982 à 1986. Président de la Mission du Bicentenaire de la Révolution française de 1988 à 1990, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur puis à la Communication de 1991 à 1993, et il a été conseiller régional de Franche-Comté de 1992 à 1998.

Ancien Ministre. Il est président de la Bibliothèque Nationale de France depuis mars 2002.

Il a publié de nombreux ouvrages d’histoire contemporaine.

Le Prix Louis Marin lui a été décerné le 21 mai 1982 par l’Académie des Sciences morales et politiques…

Éditeur : Seuil

Parution du livre le 23 avril 2008 – L’âge d’or du duel en France. ce n’est pas l’époque des mignons de Henri III. mas le siècle du fer et de la vapeur : après la Révolution française, plus besoin d’être noble pour porter l’épée et provoquer un adversaire aussi bien né que vous. Tout le monde peut se battre, et tout le monde se bat, à l’épée, au sabre, au pistolet ; à propos d’un pied écrasé par mégarde, d’un article de journal venimeux, ou d’un adultère trop voyant. A force de se battre, on commence à se tuer moins : le dernier duel meurtrier connu a lieu en 1903. Et puis, après la boucherie de la Grande Guerre, le duel s’étiole, même si quelques combats ont encore lieu jusque dans les années 50 – notamment celui qui opposa Defferre à Ribière, indigné d’avoir été traité d' » abruti « . Fourmillant de récits de rencontres légendaires ou méconnues, ce beau livre raconte la saga du duel sous toutes ses formes, sociales, littéraires ou politiques.

François Guillet, agrégé de l’université et docteur en histoire, est spécialiste d’histoire culturelle.

Éditeur : Aubie

Collection : Historique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *