Jean Belin- Sur les traces de Landru

Dans l’indifférence de sa hiérarchie, l’inspecteur recherche deux femmes disparues. Une opiniâtreté récompensée par la capture d’un séducteur de pacotille, vrai tueur en série.

Assassin hors norme, Landru figure dans Le Petit Larousse ; mais qui se souvient du policier qui l’arrêta, Jean Belin ? Ce Bourguignon avait la vocation. Titulaire du baccalauréat, à une époque où ce diplôme est difficile à obtenir, il aurait pu songer à un poste administratif rémunérateur et tranquille, mais il rêve de traques et d’aventures. Il monte donc à Paris pour entrer dans la police ; malheureusement, sa haute taille déplaît, et Belin doit se contenter de passer le concours des secrétaires de commissariat : il joue les « chiens de commissaire », effectuant tout le travail bureaucratique et routinier sans jamais courser un malfaiteur. C’est donc avec soulagement qu’il apprend, en … Par BRUNO FULIGNI dans Historia spécial 35 daté mai-juin 2017 – 829 mots Réservé aux abonnés du site pour en savoir plus …

commisssaire belin

« Dans ses mémoires, Trente ans de sûreté nationale, le commissaire Belin nous dit  » on ne vit pas avec les morts « , mais peut être aurait il bien fait de penser comme Marcel Arland : « Si je ne m’occupe pas de nos morts, qui s’en occupera ? « , car Jules Belin semble ne même pas se souvenir de la commune dans laquelle il est né.  » Mes débuts sont très modestes. Je suis né à Dijon (Côte d’Or)… «  Notre ami Bernard Sanrey, qui a retrouvé son acte de naissance, raconte dans son ouvrage Autrefois la région de Hortes à Varennes que  » Jules Belin est né à Chézeaux, le 5 juillet 1884 « .  » Ma mère une sainte femme, active et travailleuse, comme c’était l’habitude autrefois, dirigeait, non loin du palais des Ducs, un atelier de couture. Elle m’éleva seule, car mon père, comptable à Dijon, la laissa veuve alors que j’avais trois ans « . Là encore Jules Belin semble embellir la réalité car sa mère n’avait que 17 ans à sa naissance ; elle ne pouvait donc pas diriger un atelier de couture, mais seulement y faire ses premières armes. Elle accoucha chez son frère Auguste, probablement en raison de son jeune âge. Le futur commissaire de police, dit qu’il finira  » ses études au collège de Langres  » parce que sa mère voulait qu’il soit bachelier. Pourquoi serait-il venu faire des études à Langres s’il avait habité Dijon ? La cité ducale comptait alors plusieurs lycées réputés. Tout simplement parce qu’il fut élevé non pas par sa mère, mais par son oncle à Chézeaux, modeste village du canton de Varennes.  Comme pour brouiller les pistes, Jules Belin n’évoque jamais cette commune haut marnaise dans laquelle il revient presque chaque été jusqu’en 1937, à moins qu’il ne mente comme il a menti jadis aux journalistes qui le gênaient dans ses enquêtes. Ses amis d’enfance ont reconnu que les souvenirs qu’il racontait de son jeune temps étaient pour le moins fantaisistes. La lecture du passage que Bernard Sanrey lui consacre sont bien plus proches de la réalité, mais évoquons plutôt un aspect méconnu de ce commissaire qui avait enquêté sur les plus grandes affaires de son époque. Il fit en effet arrêter Landru, résoudre l’affaire Stawisky, celles du magistrat prince de Dijon, du marquis de Champaubert, des cagoulards ou de Weidmann » …

Pour lire la suite, voyez l’article en ligne

Biographies et généalogies haut-marnaises: Belin Jules

Pour en savoir plus sur le commissaire Jules Belin, vous pouvez consulter le livre de Jean-Marc Berlière, Policiers français sous l’Occupation, pages 102, 104 à 109, 111, 116,123,124, 140, 151. Date de parution janvier 2009, éditeur Perrin, collection Tempus 


Vous aimerez aussi...