François Vidocq, le forçat du renseignement

Voilà un ancien bagnard qui a réussi sa reconversion ! Espion des bas-fonds pour le compte de la police, il dirige à partir de 1811 la brigade de sûreté, qu’il fait reine dans l’art de l’infiltration.

Voici cent soixante ans, le 11 mai 1857 exactement, mourait François Vidocq. Immortalisé par Harry Baur, Claude Brasseur ou Gérard Depardieu au cinéma, il a inspiré son Vautrin à Balzac (dont il fut l’ami) et une part de son Jean Valjean à Victor Hugo. Ses Mémoires en quatre volumes, publiés à partir de 1828, sont une mine d’or pour les romanciers et les scénaristes. Ils restent aussi très instructifs pour les policiers, tant par les expériences vécues par Vidocq que par ses considérations plus générales sur le renseignement, la justice ou le système pénitentiaire. L’activité policière de Vidocq est célèbre par son principe fondamental, l’infiltration ; par son efficacité, qui re … par  OLIVIER COQUARD dans Historia spécial 35 daté mai-juin 2017 – 1417 mots Réservé aux abonnés du site pour en savoir plus…

Olivier Coquard est professeur d’histoire au lycée Henri IV.

 

La vie et le rôle dans la police de cet extraordinaire ancien forçat, qui a inspiré les plus grands romanciers de son époque.

Parution du livre le 3 mai 2017 – François-Eugène Vidocq, né à Arras en 1775, mort à Paris en 1857, acquiert dans sa jeunesse quelque notoriété dans la pègre, mais plus par ses évasions de la prison de Douai et des bagnes de Brest et Toulon que par ses délits. Las d’être en cavale, il propose en 1809 à la préfecture de police de trahir ses anciens amis en échange de sa liberté. Mouchard à l’essai dans les prisons de Bicêtre et de la Force, puis lâché dans Paris, il montre une telle efficacité, une telle intelligence et une telle intuition que, au grand scandale de beaucoup de monde, il devient le premier chef de la brigade de sûreté, en 1812. Nommé sous Napoléon, il le restera sous Louis XVIII et Charles X, en dépit de multiples ennemis et malgré les pièges qui lui sont constamment tendus pour le faire tomber. Écarté en 1827, il publie des Mémoires qui achèvent d’en faire une grande vedette de son époque et fonde la première agence privée de renseignements, où la clientèle afflue et dont les résultats spectaculaires lui valent les attentions de la presse, de la justice et de la police officielle, jalouse de ses succès et exaspérée par ses agents, tous issus du « milieu ». Grand policier, manipulateur, dissimulateur, provocateur, opportuniste, il passionne les journalistes et les écrivains, inspire son Vautrin à Balzac, son Jean Valjean à Hugo, fournit l’essentiel de sa matière à Eugène Sue pour Les Mystères de Paris. Un siècle plus tard, il inspire même une série télévisée à succès. Auteur de cette biographie documentée, Eric Perrin avait publié chez Perrin une vie du maréchal Ney, qui avait obtenu le Grand Prix de la Fondation Napoléon.

Eric PERRIN (né en 1963, aujourd’hui disparu), était journaliste à la télévision. Il avait aussi publié chez Perrin une vie du maréchal Ney (1993) qui avait obtenu le Grand Prix de la Fondation Napoléon.


Vous aimerez aussi...