Séjour surveillé pour « indésirables français » : Le château du Sablou en 1940

La politique de répression mise en place par la IIIe République à l’encontre des individus jugés « dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique » se traduit dans les départements par la création de « centres de séjour surveillé pour indésirables français ». En Dordogne, le « Camp du château du Sablou » voit ainsi le jour. Il fonctionne du 17 janvier au 30 décembre 1940, soit une année à peine… suffisamment longtemps pour marquer la mémoire du lieu, ainsi que celle des trois à quatre cents internés, détenus « par mesure administrative ».

Pour bien mesurer toute l’ampleur du dispositif répressif, il est nécessaire de garder en mémoire la chronologie des événements qui se succèdent à compter de la déclaration de guerre de l’Angleterre et de la France à l’Allemagne. Le conflit qui éclate le 3 septembre 1939 conduit le gouvernement Daladier à renforcer la surveillance des milieux politiques considérés comme subversifs et à étendre la procédure d’internement à tout individu, étranger ou non, suspecté de porter atteinte à la défense nationale ou à la sécurité publique. Le décret-loi du 12 novembre 1938 relatif à « la situation et à la police des étrangers » a déjà statué sur le cas de ces « indésirables étrangers » dont il est « indispensable d’assurer l’élimination […] en raison de leur activité dangereuse pour la sécurité nationale ». En vue de leur internement, des « centres spéciaux de rassemblement » sont créés. Le premier d’entre eux voit officiellement le jour le 21 janvier 1939, au lieu-dit « Rieucros », sur la commune de Mende (Lozère). Des dizaines de milliers d’étrangers y sont détenus, Espagnols d’abord puis, sous Vichy, juifs allemands, autrichiens, polonais et français.

Avec le décret-loi du 18 novembre 1939, une nouvelle étape est franchie dans la répression : « Les individus dangereux pour la défense nationale ou pour la sécurité publique peuvent, sur décision du préfet, être éloignés par l’autorité militaire des lieux où ils résident et, en cas de nécessité, être astreints à résider dans un centre désigné par décision du ministre de la Défense nationale et de la Guerre et du ministre de l’Intérieur »[…]

Lire la suite de cet article de Jacky Tronel sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...