Femmes et mères dans les prisons de Franco

Une approche de l’endoctrinement religieux et des privations matérielles dans le système carcéral espagnol pendant la dictature

Women and mothers in Franco’s prisons. An approach to religious indoctrination and material deprivation in the Spanish penitentiary system during the dictatorship

Atelier textile où les prisonnières cousaient surveillées par une religieuse (1952).

La dictature de Franco a massivement utilisé l’emprisonnement pour lutter contre ses dissidents et opposants. Si, tout au long de quatre décennies, la plupart des prisonniers étaient des hommes, les femmes ont elles aussi été victimes de cette politique d’enfermement. Les femmes incarcérées ont dû subir la misère, les privations et l’endoctrinement religieux et idéologique. Pour celles ayant des enfants, leur éloignement forcé constituait un moyen de chantage pour imposer la conversion aux valeurs du national-catholicisme. En outre, toute femme en liberté ayant un membre de sa famille en prison, était considérée comme hostile et suspecte de républicanisme, et faisait l’objet d’un contrôle social strict. Au fil du temps, les conditions de vie en prison se sont améliorées et le nombre de prisonnières s’est réduit. Toutefois, la volonté d’endoctrinement religieux et moral est restée pratiquement invariable jusqu’à la fin du régime.

Franco’s dictatorship profusely used the prison to fight against dissidents and opponents. Although most prisoners over nearly four decades were men, women couldn’t avoid punishment either. Women who were imprisoned, suffered a significant material deprivation, as well as strong religious and ideological indoctrination. In those prisoners with children, forced separation was used as blackmail to achieve the conversion of mothers and children to the values of national-catholicism. Furthermore, inmate’s mothers, wives and daughters were indirect victims of the prison, through social control mechanisms, which were designed to get under control a considered hostile population due to their republicanism. Over time, prison life conditions improved, at the same time as female prisoners decreased. But the will of religious and moral indoctrination in women’s prisons remained virtually intact until the end of the dictatorship.

César Lorenzo Rubio

Universitat de Barcelona (département d’histoire). Contact : clrubio@hotmail.com

Pour lire l’intégralité de l’article sur le site de Champ pénal revues.org/8750


Vous aimerez aussi...