Edmond Locard, le Sherlock Holmes de la rue Saint-Jean

Le médecin lyonnais ouvre, en 1910, le premier laboratoire de police scientifique. Sans limites, il peaufinera la méthode de son modèle de fiction britannique : « l’observation des riens ».

« C’est Jules, mon ancien chauffeur ! » Edmond Locard se souvient de la stupéfaction de sir Arthur Conan Doyle pendant qu’il déambulait dans son musée du crime en 1925 et qu’il vit sur le mur la photo de Jules Bonnot, l’ennemi public n° 1 qui avait semé la terreur à Paris entre 1911 et 1912. Le père de Sherlock Holmes rendait alors visite à celui qui avait fondé le premier laboratoire de police scientifique en 1910, l’année où l’anarchiste était venu à Londres. « C’était en pleins combles du palais de justice de Lyon, quelques pièces d’où il fallut chasser les araignées. On y accédait après cinq étages, par un escalier qui ressemblait à une échelle… Mon personnel, au début, était des pl …Par Laurent Lemire dans Historia spécial 35 daté mai-juin 2017 – 1808 mots Réservé aux abonnés du site pour en savoir plus

La fabuleuse histoire d'Edmond Locard, flic de province

Parution du livre en octobre 2007 – Une évocation romanesque d’Edmond Locard, un médecin légiste lyonnais qu’on a souvent comparé au personnage créé par Conan Doyle, Sherlock Holmes. Cet homme élégant, érudit, mélomane, séduisant et séducteur, était aussi à la pointe des techniques des criminologues de la fin du XIXe siècle et du début du XXe : empreintes, traces et autres indices, toxicologie, balistique. ©Electre 2016

Fabuleuse est l’histoire de ce jeune médecin légiste lyonnais, Edmond Locard, que l’on a comparé, non sans raisons, à Sherlock Holmes, la créature de Conan Doylc.

Dans ce récit, nous le découvrons, au travers de souvenirs personnels et familiaux: un homme élégant, érudit, mélomane, séduisant, séducteur. Un chercheur qui s’inscrit dès le début du vingtième siècle dans l’histoire des empreintes digitales, des traces, des indices, des recherches toxicologiques, balistiques, qui vont préluder aux découvertes de la criminalistique d’aujourd’hui avec, entre autres, celte molécule biologique: l’ADN, preuve incontournable de culpabilité ou d’innocence, et la mise en place à Lyon des services d’Interpol, inextricable réseau international où s’empêtrent les criminels.

Fabuleuse est la toile de fond historique de ce récit : la mythique Belle Époque, ses apaches, principal risque d’insécurité des premières décennies du 20e siècle, contre lesquels Clémenceau va dresser ses Brigades du Tigre, qu’a chanté Philippe Clay :

« De vrais robots, toujours à l’affût, jamais au repos.

De face, de dos, de profil, ils ont nos bobines en photo,

M’sieur Clémenceau… »

Kaléidoscope prodigieux que ces grandes affaires judiciaires du 19e et du 20e siècle: l’affaire Dreyfus, l’espionne Mata-Hari, le provocateur Lacenaire, des drames villageois, des assassinats sordides, des attentats et des meurtres politiques qui ont, en leur temps, passionné l’opinion publique, la presse, inspiré les écrivains, les cinéastes, Des accusés sur lesquels plane l’ombre maléfique de la guillotine.

Et, puisqu’en France tout se termine par des chansons, cette histoire à laquelle Edmond Locard fut mêlé de près : l’épopée du terrible Bonnot et de sa bande, évoquée par Joe Dassin :

« Dans la de Dion Bouton cachait les voleurs,

Octave comptait les gros billets et les valeurs,

Avec Raymond-La-Science, les bandits en auto,

C’était la bande à Bonnot. »

Biographie de l’auteure : Lyonnaise de cœur, Marielle Larriaga (née Burdet le 15 août 1930 à Lyon et morte le 19 décembre 2015)  à Champagne au Mont d’Or commença sa vie professionnelle à Paris pour s’initier au montage de cinéma. Revenue à Lyon, elle rencontre Roger Planchon, s’essaie à la mise en scène et devient secrétaire générale du TNP. Très vite, elle fait partie de l’équipe originelle de la Télévision régionale, où elle restera de 1959 à 1969. Elle est alors scripte, puis réalisatrice et scénariste. Un engagement à TF1 et Antenne 2 la conduit à nouveau dans la capitale où elle restera dix-huit ans. Ses prestations télévisuelles comportent un nombre incalculable d’émissions en direct, journaux, talk-shows, variétés, magazines et une trentaine de films dont trois ont été primés. Revenue en région pour le temps d’une « retraite » elle consacre alors tout son temps à l’écriture et publie nombre d’ouvrages, romans et essais.

Ed. des Traboules, Brignais (Rhône)

Parution du livre le 3 mai 2006 – Découvrir Edmond Locard c’est se replonger aux débuts de la police scientifique moderne. Bien avant l’utilisation de l’ADN, cet homme génial, médecin légiste et homme de culture, a doté la ville de Lyon du premier laboratoire français de police technique, capable de résoudre les crimes les plus abominables. Au travers de la vie de cet infatigable chercheur, le lecteur va découvrir l’avancée des travaux sur le crime et le criminel depuis le XIXe siècle avec Cesare Lombroso et Alexandre Lacassagne jusqu’aux empreintes génétiques utilisées pour la première fois en 1986 par le britannique Alec Jeffreys.

Sommaire : 

  • UNE JEUNESSE STUDIEUSE
    • Un héritage familiale prestigieux
    • Des études primaires et secondaires brillantes
    • Le temps des études médicales
    • Edmond Locard au cœur de la Grande Guerre
    • L’ASSASSIN ET LE CRIME AU XIXe SIECLE
    • La naissance de l’anthropologie criminelle
    • La police et la justice face à l’acte criminel avant le 19e siècle
  • LA VISION CRIMINALISTIQUE D’EDMOND LOCARD
    • La fondation du laboratoire de police de Lyon en 1910
    • Les techniques de laboratoire (en prenant l’exemple de celui de Lyon à l’époque du Dr Locard de 1910 à 1954)
  • EDMOND LOCARD, L’ARTISTE
    • La fondation de l’Académie de merle Blanc (1949)
    • La présidence de la Société des Amis de Guignol
    • Edmond Locard, un homme éclairé et passionné pour les sciences naturelles
    • Edmond Locard, la musique, la peinture et la philatélie
    • Edmond Locard, littéraire et romancier (surtout de 1933 à 1956)
    • Edmond Locard, l’enseignant
    • Edmond Locard, l’homme, le savant passionné en criminalistique

Michel Mazevet, docteur en médecine, a fait une thèse remarquable sur Edmond Locard (avec la mention  » très honorable avec éloges « ). Il est par ailleurs médecin militaire et s’intéresse de très près, comme Locard, au droit et aux techniques de recherches scientifiques utilisées lors des crimes.

Louis-Paul Fischer (Préfacier)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *