L’accusé et sa mise en image sous la Troisième République

Expo-Criminel-3R.jpg

Entre les années 1880 et la veille de la première guerre mondiale, le nombre de récits de crimes dans la presse a doublé et l’anthropologie criminelle a connu son bref essor. Cet engouement pour les récits de crimes avait pour sujets principaux des apaches, des empoisonneurs, des escrocs, des tueurs en série… Ces individus et l’imaginaire qu’ils véhiculent sont parvenus jusqu’à nous, notamment au travers d’écrits : les récits de crime dans la presse, les histoires de Zola et d’Huysmans, et les manuels de Cesare Lombroso. Ces écrits participent à construire un imaginaire actuel de ces criminels d’autrefois.

Pourtant, à cette époque, l’imaginaire social du criminel se nourrit également de l’image. Les innovations techniques du secteur de l’imprimerie ouvrent la voie royale à une première presse illustrée à petit prix dans laquelle l’image jouit d’un poids rhétorique inédit dans la représentation des faits divers. Selon un journaliste du Petit Journal en 1890, « on ne se contente plus de la description du fait, on veut pour ainsi dire sa matérialisation parfaite ; il ne suffit pas qu’on lise, il faut qu’on voie. » …

Pour en savoir plus lire le billet publié par PATRICIA BASS sur le site de Criminocorpus

PLAN DE L’EXPO


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *