Avis de soutenance de thèse : Émilie LEROMAIN, « Monarchie administrative et justice criminelle en France au XVIIIe siècle. Les « états des crimes dignes de mort ou de peines afflictives » (1733-1790) » (Strasbourg, 30 juin 2017)

Émilie LEROMAIN, membre de l’EA 3400 ArCHE (Arts, civilisation et histoire de l’Europe) et de l’École Doctorale des Sciences humaines et sociales (ED 519) de l’Université de Strasbourg (UdS), soutiendra sa thèse « Monarchie administrative et justice criminelle en France au XVIIIe siècle. Les « états des crimes dignes de mort ou de peines afflictives » (1733-1790) » le vendredi 30 juin 2017 à 13h au Palais universitaire de Strasbourg, dans la salle Fustel de Coulanges (1er étage).

Le jury sera composé de :
M. Antoine Follain (directeur de thèse), professeur des Universités à l’Université de Strasbourg, directeur de l’institut d’histoire moderne.
Mme Annie Antoine, professeur des Universités à l’Université de Rennes 2 (rapporteur).
Mme Isabelle Brancourt, chargée de recherches CR1 au CNRS, IHRIM (UMR 5317, ENS-Lyon-CNRS). Délégation CNRS Rhône-Auvergne.
M. Benoît Garnot, professeur des Universités émérite à l’Université de Bourgogne (rapporteur).
Mme Isabelle Laboulais, professeur des Universités à l’Université de Strasbourg.‌

Cette thèse met à l’honneur une source qui jusqu’à présent n’avait été utilisée que de façon fragmentaire par les historiens : les « états des crimes dignes de mort ou de peines afflictives ». Instaurés par une circulaire du chancelier d’Aguesseau en octobre 1733, ils sont réalisés à l’échelle des intendances et des cours souveraines jusqu’à la chute de l’Ancien Régime et de ses institutions et ont pour but de contrôler l’activité des cours (poursuite des crimes et durée des procédures). Leur exceptionnelle longévité en fait une source rare sur le fonctionnement et la réalisation des enquêtes en pleine ère pré-statistique. Ils mettent en lumière le travail de la monarchie administrative, qu’il s’agisse des instances gouvernementales, comme la chancellerie, ou de l’administration provinciale (intendants et subdélégués). Cette enquête nous informe aussi sur les relations entre les différents acteurs (officiers et administrateurs) qui interviennent au cours de sa réalisation. Enfin, en s’intéressant aux crimes graves, elle nous offre un regard sur la manière dont les crimes sont appréhendés et définis au XVIIIe siècle (tant par les jurisconsultes que par les praticiens du droit) et une vision globale de la criminalité et de sa répression en France.