Zoom sur Elisabeth de Miribel la collaboratrice du général de Gaulle – Les femmes du 18 juin 1940

Élisabeth de Miribel – Officier de la Légion d’honneur, de l’ordre national du Mérite, titulaire de la Médaille de la Résistance, Chevalier des Arts et des Lettres. Décédée en 2005.

« J’ai l’obscur pressentiment de participer à un événement exceptionnel » –

Dès la déclaration de la guerre 1939, elle se présente volontairement au ministère des Affaires étrangères et est affectée à Londres. Elisabeth est, entre 1940 et 1944, la collaboratrice, puis Attachée au cabinet du général de Gaulle. Dans son livre « La Liberté souffre violence » publié en 1981, elle revient sur ce jour de juin 1940, lorsqu’elle a tapé l’Appel du 18 juin. Elle écrit : « Dans l’après-midi du 17 juin 1940, le coup de téléphone que j’espérais secrètement m’a convoqué pour le lendemain matin à Seymour place, dans un petit appartement (…). Je me suis retrouvée devant une machine à écrire, alors que je tapais fort mal, et devant des feuilles manuscrites très difficiles à déchiffrer (…). Mon vrai travail a commencé vers 3 heures. (…) Pour gagner du temps, Geoffroy de Courcel m’en dicte des passages. Il emporte, au fur et à mesure, les feuillets dactylographiés pour les soumettre au Général (…). Ces mots vont constituer une page d’histoire. Je ne le sais pas encore. Pourtant j’ai l’obscur pressentiment de participer à un événement exceptionnel ».

Élisabeth de Miribel est Officier de la Légion d’honneur, de l’ordre national du Mérite, titulaire de la Médaille de la Résistance, Chevalier des Arts et des Lettres. Elle est décédée en 2005. Le Mémorial de Caen

Témoins ou acteurs – Vidéo Ina.fr

Parution du livre le 17 juin 2010 – La liberté souffre violence est le livre admirable d’une femme admirable : le récit, porté par un élan peu commun, d’une vie placée sous le signe de l’exigence et du courage, de la foi et de la liberté. Pour la jeune femme, l’aventure commence le 18 juin 1940 à Londres auprès du général de Gaulle. Ce jour-là, Elisabeth de Miribel tape sur sa machine à écrire le texte du célèbre appel. Elle vient de rencontrer l’Histoire et, pour une part, son destin, destin qui, en ces temps de guerre, va la conduire au Canada et à Alger auprès des Français libres, puis en Italie dont elle suivra la campagne comme correspondante de guerre et qui lui fera vivre au plus près les batailles de France et la libération de Paris. La paix revenue et de Gaulle parti, sa passion de la vérité va la conduire au Carmel où elle ne restera pas, expliquant très directement et simplement le pourquoi de cet abandon jugé par certains à l’époque comme scandaleux. De l’effervescence de Londres à la solitude du Carmel, voici ce chemin passionné. brûlant où se mêlent les jours historiques et le secret de la vie spirituelle. Ce livre lumineux montre simplement la fidélité, faite de caractère et de coeur. On y trouvera de beaux et émouvants portraits : ceux de. Jacques Maritain. du père Couturier, de Pierre Brossolette, du général Leclerc, d’André Malraux… » Le récit d’Elisabeth de Miribel est précis à souhait, haut en couleur, et prouve une perspicacité parfois redoutable…Il s’agit là d’un livre lumineux, ardent, loyal, un exemple pour notre temps.  » (Ambroise-Marie Carré, o.p., de l’Académie française.)

Arrière-petite-fille de Mac-Mahon, Elisabeth de Miribel (1915-2005) appartient à une famille de tradition catholique et militaire. Après un engagement dans les mouvements sociaux d’inspiration chrétienne, elle rejoint la Résistance française à Londres, au début de la Seconde Guerre mondiale, et devient la secrétaire du général de Gaulle. En 1942, le général l’envoie au Québec, où il la charge de rallier les Canadiens à la cause de la France libre. Elle devient ensuite correspondante de guerre notamment en Italie. Proche des milieux thomistes, en particulier de Jacques Maritain et de son entourage, elle entre au Carmel en 1949, mais quitte la vie religieuse au bout de cinq ans. Elle rejoint ensuite le Quai d’Orsay, est nommée au Maroc, au Chili, à Innsbruck, et termine sa carrière comme consul général de France à Florence. Outre cette autobiographie, Elisabeth de Miribel a publié de remarquables biographies, en particulier sur Edith Stein (1961) Encyclopédie de L’Agora | Stein Edith  et sur Giorgio La Pira (1992).

  • Éditeur : Cerf
  • Collection : L’histoire à vif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *