Jean Giono : Deux expériences de prison : de l’importance de la porte et du plafond

Jean Giono © Bettmann/CORBIS

Giono s’entretient ici avec Jean Carrière en 1965, quelques années avant que celui-ci ne reçoive le Goncourt pour « L’épervier de Maheux ». Ils observent tous les deux la même distance par rapport au petit monde littéraire. « Vous avez les yeux trop bleus pour Paris », disait Eugène Dabit à Jean Giono. C’est à Manosque qu’ils conversent. Giono y est né, y a acheté en 1930 une maison qu’il habitera jusqu’à sa mort, en 1970. Ce qui ne veut pas dire qu’il s’y sente exactement chez lui. C’est, comme Carrière, tout le contraire d’un écrivain régionaliste : un écrivain tellurique. La terre de Provence n’a pour lui rien d’idyllique. La terre comme la montagne – et pareillement le ciel et la mer, « cette gueule aux dents d’écume » – sont aussi des désordres… Quand, l’été, s’appesantit la chaleur, il voit les oliviers comme des tisons de braise. Et, sous la terre sèche, il devine l’en bas dévorateur qui retient à grand ’peine ses forces de révolte et de destruction. Le monde de Giono, c’est l’en-bas en lutte avec l’en-haut et l’écrivain dans le rôle d’Icare …

Pour en savoir plus RE-LECTURES du mardi 12 août 2014 par Jean Lebrun

Sur le site de France inter

Jean Giono (30 mars 1895 – 9 octobre 1970) – Dans le paysage littéraire du XXe siècle, Giono, figure dominante, est pourtant à part. Fils unique d’un cordonnier et d’une repasseuse, attaché à ses racines paternelles piémontaises et gommant la part de sang provençal qu’il tenait de sa mère, il est né à Manosque, ne l’a quitté qu’épisodiquement, contre son gré, et y est mort. Ayant dû, pour faire vivre sa famille, quitter le collège à seize ans et devenir employé de banque, il bâtit seul sa culture, et ne fait à peu près aucun voyage à l’étranger jusque passé la cinquantaine.

Il déteste les grandes villes, surtout Paris, où il ne restera peut-être jamais quinze jours de suite. L’atmosphère de l’édition l’indispose. Il a assez peu de relations littéraires, peu d’entregent. Aucun prix littéraire français important ne lui est jamais décerné ; il reçoit en 1929, le prix américain Brentano pour Colline, ainsi que le prix Northcliffe en 1930 pour son roman Regain. Exigeant avec lui-même, il se veut bon artisan.

Resté à l’écart des courants, volontiers même à contre-courant, n’ayant pas fait école, pas cherché à exercer une influence littéraire, ni à dégager la théorie de son écriture, il est inclassable. On l’a pris pour un paysan, pour un écrivain régionaliste alors que la moitié de ses livres sont situés dans les Alpes, ou en Italie, ou sur l’océan, pour une sorte de félibre, lui qui ne parlait pas le provençal et avait horreur du Mistral… Pour en savoir plus sur le site de Centre jean Giono

Jean Giono, pacifiste 1 – vidéo Dailymotion


Vous aimerez aussi...