Le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle (Laetitia Gonon)

Date de parution du livre le 15 janvier 2013 – De la rubrique des faits divers du XIXe siècle aux rapports médico-légaux, en passant par les ouvrages des aliénistes, les romans réalistes et naturalistes, les feuilletons cousus de rebondissements et de drames, jusqu’aux dictionnaires d’argot, de police ou de gendarmerie, ce livre retrace le parcours du discours criminel à travers l’exploration des écrits professionnels du siècle.

Les méthodes et les outils de l’analyse du discours permettent de mener, à partir des faits divers criminels des années 1830 aux années 1880, une enquête sur la permanence et la circulation d’un interdiscours tissé de stéréotypes narratifs, lexicaux et syntaxiques, ainsi que sur la façon dont les différents scripteurs, administratifs, romanciers, journalistes, s’en saisissent, les éprouvent et les mettent à distance.

Extrait de l’introduction : « Il est vrai que le fait divers est littérature, même si cette littérature est réputée mauvaise.

Où trouverez-vous, dans l’océan des littératures, un livre surnageant qui puisse lutter de génie avec cet entrefilet : Hier, à quatre heures, une jeune femme s’est jetée dans la Seine du haut du pont des Arts. Devant ce laconisme parisien, les drames, les romans, tout pâlit.

Le fait divers fascine les foules ; il les met en scène, comme actrices et spectatrices d’un événement, tout en se proposant dans le même temps à leur lecture.

Ce lieu commun a traversé les époques : si fait divers est une lexicalisation du XIXe siècle, il a connu en réalité bien des antécédents et des avatars. L’une de ses premières manifestations se trouve dans les nouvelles à la main (avvisi en italien), correspondances manuscrites dont la tradition est déjà bien ancrée au XVe siècle : les «nouvelles à la main» étaient truffées de faits divers alors même qu’elles se destinaient à une élite. Au XVIIe siècle, l’intérêt pour le fait divers s’affirme dans les «journaux» des contemporains. […] À la même période, les faits divers relatés dans les journaux étaient compilés en recueils, telles les Histoires tragiques de François de Rosset, publiées pour la première fois en 1614 (M’Sili 2000 : 39-40).

Ces nouvelles à la main sont volontiers appelées occasionnels, «terme choisi pour désigner les feuilles d’informations non périodiques antérieures au XIXe siècle» (Seguin 1959 : 10), ou canards. Annik Dubied et Marc Lits (1999) montrent comment le vocabulaire de ces proto-faits divers est déjà hyperbolique et stéréotypé : les événements sont racontés avec force détails mélodramatiques, et souvent très crus, accompagnés de remarques morales destinées à édifier ou éduquer les lecteurs, qui considéraient très souvent les faits relatés comme véridiques, même s’ils paraissaient invraisemblables – il faut dire que les colporteurs ou bonimenteurs, qui les lisaient publiquement ou les rapportaient, se présentaient parfois comme des témoins des événements, ce qui valait gage d’authenticité. Le terme de canard, lui, désigne également les occasionnels de l’époque, mais il est d’un emploi plus tardif. Formellement, le canard se compose souvent d’un récit dramatique, d’une gravure qui l’illustre (plus ou moins bien, et souvent plutôt mal que bien), et d’une «complainte» du criminel : «Dans ces étranges poèmes, le coupable était censé prendre la parole pour rappeler son geste ; il évoquait rapidement sa vie, tirait des leçons de son aventure, exprimait ses remords, appelait sur lui-même au moment de mourir l’épouvante et la pitié» (Foucault 1973 : 329). Les faits divers cependant intègrent progressivement l’espace du journal : Théophraste Renaudot, le créateur du premier journal hebdomadaire français, la Gazette (1631), consacre aux événements sensationnels des éditions spéciales à grand tirage nommées Extraordinaires. Toutefois, il faudra attendre un siècle pour que les faits divers, au sens moderne du terme, pénètrent dans les journaux proprement dits (M’Sili 2000 : 8). »

Sommaire (fichier) : PDF icon Fait_divers_criminel.pdf

Éditeur : Presses Sorbonne Nouvelle

Laetitia Gonon – Université Grenoble Alpes

Laetitia Gonon  est l’auteure d’une thèse   « Le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle : enjeux stylistiques et littéraires d’un exemple de circulation des discours » Thèse de doctorat en Sciences du langage Soutenue le 17-11-2011à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Systèmes linguistiques, énonciation et discours (Paris) (laboratoire) . Le président du jury était Alain Pagès. Le jury était composé de Gilles Philippe,Alain PagèsJean-Michel AdamÉric BordasMarie-Ève Therenty.

RésuméÀ partir d’un corpus de 492 faits divers criminels relevés dans les quotidiens parisiens entre 1836 et 1881, ce travail s’efforce de montrer comment ce genre de discours journalistique est un lieu de citation d’autres discours, en particulier professionnels. La démarche stylistique adoptée, qui s’appuie sur les outils de l’analyse du discours, souligne la façon dont ces technolectes circulent dans la rubrique des faits divers, et sont souvent moins des citations explicites que des emprunts à des interdiscours volontiers constitués de clichés et de formules toutes prêtes et toutes faites. C’est ainsi le figement du fait divers qu’on met en avant, figement narratif, syntaxique et lexical ; ce figement lui vient parfois directement des discours auxquels il emprunte, et qui comme lui n’hésitent pas à fictionnaliser voire à inventer un événement. La démonstration s’attache à étudier la citation à l’intérieur de l’espace journalistique, afin de mettre en lumière la façon dont les faits-divers s’approprient l’article d’un autre, et à étudier leur position de sur- ou de sous-énonciateur par rapport au texte originel. C’est cette même position du fait-diversi qui est interrogée dans son rapport aux interdiscours médicaux et policiers ; ces derniers sont en effet des sources privilégiées de l’information fait-divers. L’analyse se reporte dans le même temps aux romans du siècle,feuilletons comme œuvres réalistes et naturalistes, avant de se pencher, à la fin de l’étude, sur les rapports du fait divers et de ces ouvrages. Il s’agit alors de montrer comment le fait divers,traversé de diverses voix, est un discours qui circule également dans la littérature de l’époque.

Titre traduit :

The Crime News Item in the French Daily Press of the 19th century : stylistic and literary issues of an example of discourse circulation

Résumé :

This work focuses on a corpus of 492 crime news items released in Parisian dailies between 1836 and 1881 and aims at showing how this specific journalistic discourse quotesother forms of discourse (particularly professional ones). The stylistic approach chosen, using discourse analysis tools, underlines the way those technolects circulate in crime news items and shows they are not so much explicit quotes as borrowings from interdiscourses often made up of clichés and ready-made, set phrases. This freezing of the crime news item is what stands out here: a narrative, syntactic and lexical freezing, stemming sometimes straight from the discourses from which it borrows. Both the crime news items and the discourses borrowedtend to fictionalize or even invent a drama.The work focuses on the quote within the journalistic space, so as to highlight how the crime news item writers make someone else’s article their own and studies the writers’ posture (as an over or an under-enunciator) regarding the original text. This same posture is also questioned in relation to both medical and police interdiscourses, which are the two privileged sources of information for crime news items. In the same time, the analysis refers to contemporary novels, whether serials or realist and naturalist works, before focusing on their relationships to crime news items. The aim is thus to show how the crime news item is a multiple-voice discourse which also circulates in the literature of that time.


Vous aimerez aussi...