Instruments de recherche sur les bagnes coloniaux aux Archives nationales d’outre-mer

De 1852 à 1953, la France a exilé plus de 100 000 personnes (criminels, délinquants récidivistes ou condamnés politiques) dans ses colonies pénitentiaires, au premier rang desquelles figurent la Guyane et la Nouvelle-Calédonie. Le fonds des bagnes coloniaux, aujourd’hui conservé aux Archives nationales d’outre-mer, constitue une ressource pour la recherche sur ces institutions répressives autant que sur la mémoire des personnes.

Outre les condamnés, la France a envoyé dans les bagnes coloniaux de nombreux opposants politiques du second Empire et les acteurs de plusieurs soulèvements de la deuxième moitié du XIXe siècle (l’insurrection de 1851, la Commune de 1871, les révoltes de 1871 en Algérie et à la Martinique, etc.). Au-delà de chaque personne, se dessine donc une histoire politique et sociale de la France métropolitaine et coloniale du 19e siècle.

Les Archives nationales d’outre-mer publient à la fois l’instrument de recherche du fonds de l’administration pénitentiaire coloniale et la base de données nominative donnant accès aux dossiers individuels des condamnés écroués avant 1891.

Avec ces publications électroniques, les Archives nationales d’outre-mer poursuivent une dynamique de valorisation du fonds des bagnes déjà engagée avec la publication en 2007 de l’ouvrage « Lettres du bagne » dans leur collection Histoires d’outre-mer, et la mise en ligne en 2010 de deux Documents du mois sur leur site internet.

Instrument de recherche du fonds de l’administration pénitentiaire coloniale :
http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ir?ir=FRANOM_00118&

Base de données nominative donnant accès aux dossiers individuels des condamnés écroués avant 1891 :
http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/bagnards_dossiers_individuels/

Voir aussi le dossier Criminocorpus sur les bagnes coloniaux


Vous aimerez aussi...